Ciné Club #65 : les films vus en septembre

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Je sais que nous sommes en novembre et qu’il est un peu tard pour publier mon Ciné Club du mois de septembre. Comme vous avez dû le remarquer, j’ai été absente durant le mois d’octobre et je me remets doucement à écrire. J’essaie donc tant bien que mal de rattraper mon retard. Voilà pourquoi je vous propose seulement aujourd’hui mon Ciné Club du mois de septembre. Mais rassurez-vous, pour me rattraper, il contient plein de super films.

Mes coups de cœur du mois : 120 battements par minute & Le discours d’un roi

D’habitude, mon Ciné Club contient un film coup de cœur. C’est un film que j’ai envie de mettre en lumière, de partager avec vous de manière spéciale car il a réussi la prouesse de faire battre mon cœur un petit peu plus vite, un petit peu plus fort. Mais durant le mois de septembre, il s’est produit quelque chose d’assez rare : j’ai eu deux coups de cœur !

120 battements par minute

Mon premier coup de cœur va au film 120 battements par minute. Il s’agit d’un film qui parle des militants de l’association Act-Up Paris qui lutte contre la maladie du sida. Cette association accompagne et informe les malades du sida ainsi que leurs proches, diffuse des informations sur la maladie et l’avancée des traitements, lutte contre les préjugés et organise des actions pour combattre l’indifférence générale autour de cette maladie au début des années 90.

Cela faisait des années que je voulais voir ce film qui a eu de nombreuses récompenses dont le grand prix du Festival de Cannes et le César du Meilleur film. C’est un film important qui m’a laissée sans voix. Il m’a fait rire, m’a fait pleurer, il m’a touchée et surtout il m’a appris beaucoup de choses. De plus, les acteurs sont incroyables. Vous pourrez notamment retrouver Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel ou encore Felix Maritaud. On voudrait plus de films aussi justes et engagés que celui-ci au cinéma.

Le discours d'un roi

Mon deuxième coup de cœur va au film Le discours d’un roi. Mon chéri voulait me faire regarder ce biopic historique depuis un long moment mais allez savoir pourquoi, je n’avais pas vraiment envie de me lancer. Pourtant, un film qui parle du père de la Reine Elisabeth, Georges VI, cela me donne envie d’habitude. Mais il faut savoir reconnaître ses erreurs et ne pas avoir regardé ce film avant est un grosse erreur car il est magnifique.

Le discours d’un roi s’intéresse au bégaiement du roi Georges VI et au « médecin » qui a réussi à lui faire prononcer un discours public compréhensible de tous. Une histoire vraie, une belle histoire et surtout un bout d’histoire méconnu sur la famille royale d’Angleterre. Ce film est vraiment magnifique, touchant et met en scène un trio d’acteurs absolument grandioses : Colin Firth, Helena Bonham Carter et Geoffrey Rush. Je vous le dis souvent mais je le pense vraiment du fond du cœur, si vous n’avez pas vu ce film, foncez !

Le film d’horreur du mois : The Furies

The Furies

Eh oui, un seul film d’horreur durant le mois de septembre. Et cela va aller de mal en pis car je suis entrée en plein dans ma période films de Noël. On reprendra les films d’horreur au mois de février hein (oui, en janvier on a encore le droit de regarder des films de Noël).

The Furies est une sorte de Battle Royal où 8 jeunes femmes sont kidnappées et relâchées en plein milieu de la forêt australienne. La petite originalité du film est que ces 8 femmes sont chacune associées à 1 tueur psychopathe. Et chaque tueur a pour mission de zigouiller 7 filles tout en sauvant la sienne. Sympa comme concept, non ?

Bon, je ne vais pas vous parler de The Furies durant des heures car ce n’est pas le film de l’année. Il est sympathique à regarder à la maison mais ce n’est pas un chef d’oeuvre. J’ai bien aimé la fin de cette histoire et l’actrice principale, Airlie Dodds, n’est pas trop mal. Rien d’inoubliable mais pas un navet non plus. On lui donne la moyenne quand même.

Le film trop mignon du mois : Tall Girl

Tall Girl

Netflix sait faire des films trop mignons et il nous le prouve encore une fois avec Tall Girl. Jodi est une adolescente qui souhaite trouver l’amour pour enfin vivre la même romance que ses amis. Oui mais Jodi est grande. Très grande. Et cela lui vaut de nombreuses moqueries de la part de ses camarades. C’est pourquoi, il est hors de question de sortir avec un mec plus petit qu’elle et d’attirer encore plus l’attention sur sa taille.

Heureusement pour Jodi, Stig, un étudiant étranger, débarque dans son lycée. Et le nordique est très grand lui aussi. Est-ce le destin qui va mettre ce grand viking sur la route de l’adolescente ? Peut-être bien. Dans tous les cas, Jodi va se retrouver bien malgré elle au milieu d’un triangle amoureux.

Tall Girl est un film comme je les aime : mignon, plein de bons sentiments, dégoulinant d’amour et avec une fin toute rose marshmallow. Alors oui, ça ressemble à plein d’autres films pour ados, il n’y a rien d’extraordinaire mais c’est tellement bon pour le moral que ce serait dommage de s’en priver. Personnellement, j’ai adoré !

Le film en noir et blanc du mois : L’auberge rouge (1951)

L'auberge rouge

Durant le mois de septembre, j’ai également regardé la toute première version de L’auberge Rouge datant de 1951. Je sens que vous vous demandez comment je me suis retrouvée à regarder un vieux film avec Fernandel un samedi après-midi.

Tout d’abord, parce que je cherchais un film pour valider le point nécessitant de regarder un film français d’avant 1980 pour mon Movie Challenge. Ensuite, parce que Charles et Mathias en ont parlé dans leur Podcast Inspiré de faits réels. Et si vous n’écoutez pas encore ce podcast, grave erreur !

Bon, le film a mal vieilli je trouve. Ça reste du Fernandel, c’est sympathique, c’est rigolo mais c’est tout de même un peu long. Et on ne va pas se le cacher, les répliques racistes, ça passe bof aujourd’hui. Mais bon, je repars avec un point de plus sur mon challenge alors ça valait quand même le coup de le regarder.

Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

7 commentaires

      • Moi ça m’a surpris. J’étais ému, parfois avec les larmes aux yeux pendant le film mais c’est à la fin quand la salle pleine s’est vidée en silence (ce qui n’arrive quasiment jamais) que ça m’a pris d’un coup et que j’ai vraiment pleuré. Comme si toutes les émotions ressenties pendant le film devaient sortir. C’était fort et il y a peu de films ou séries qui m’ont mis dans cet état.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :