Vox de Christina Dalcher : une dystopie glaçante

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, nous allons parler littérature avec le roman Vox de Christina Dalcher. Imaginez, vous n’avez le droit qu’à 100 mots par jour et pas un de plus. C’est le monde qu’imagine l’autrice, un monde patriarcal où les femmes doivent rester à la maison et s’occuper de leur famille. Elles sont réduites au silence, n’ont pas le droit de lire et encore moins de s’instruire. Voilà le monde dans lequel nous plonge cette dystopie glaçante.

Synopsis

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…

Mon avis sur Vox

Pendant le mois d’août, j’ai profité de mes vacances, de mon chéri et de ma famille. Du coup, je n’ai rien lu d’autre que ce roman. Vox m’aura donc fait un mois entier mais ce fut un plaisir de pouvoir me replonger dedans dès que je le pouvais. J’espère réussir à vous donner envie de découvrir cette dystopie à votre tour car elle vaut vraiment la peine d’être lue.

L’histoire

Jean McClellan est une docteure en neurolinguistique de talent. Mais quand le nouveau gouvernement entre au pouvoir, elle est réduite au silence comme toutes les autres femmes. Toutes ses recherches sur l’encéphalopathie de Wernicke sont arrêtées et elle se retrouve obligée de devenir une femme au foyer modèle. Parce que dans ce nouveau monde imaginé par un gouvernement patriarcal, la femme n’a pas besoin de travailler. Elle doit rester à la maison, s’occuper de son mari et de ses enfants. Elle n’a d’ailleurs plus besoin de parler, ni de s’exprimer autrement que par son mari. C’est comme cela que les bracelets sont mis en place.

Toutes les femmes (et les petites filles) ont maintenant un bracelet compte mots. La limite est de 100 mots par jour. Au-delà, vous recevez une décharge électrique de plus en plus forte. Un bon moyen de réduire les femmes et toute rébellion au silence. Mais quand le frère du président fait une vilaine chute de ski et se retrouve avec le cerveau endommagé, le gouvernement n’a pas d’autre solution que de faire appel à Jean.

Même si aider le gouvernement est la dernière chose dont elle a envie, Jean se sacrifie pour que sa fille puisse grandir sans bracelet. Un sacrifice qui va la conduire au cœur de l’horreur quand elle découvrira les plans secrets du gouvernement. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour regagner sa liberté ?

Est-ce que j’ai aimé Vox ?

Pas de grand suspense ici, oui j’ai beaucoup aimé le roman Vox de Christina Dalcher. Le monde imaginé par l’autrice est terrifiant et je ne m’imagine pas pouvoir utiliser que 100 mots par jour. Surtout que les femmes de ce roman n’ont pas le droit de lire ou d’écrire non plus. Inimaginable. Comme quoi le pouvoir des mots est bien plus grand qu’on ne l’imagine !

L’héroïne de ce roman, Jean, est un personnage que j’ai adoré car il évolue énormément entre la première et la dernière page du roman. Au début, c’est une femme résignée qui a accepté son sort. Elle ne sera jamais une parfaite femme au foyer mais elle ne voit pas quoi faire pour se sortir de ce cauchemar. Mais c’est sa fille qui va lui donner la force de se battre. Sonia va à l’école pour apprendre à compter (indispensable pour faire les courses) et tenir un foyer. Non, Jean ne veut pas de cet avenir pour sa fille.

Au fil des chapitres, la rebelle au fond d’elle va se réveiller et se révolter. Surtout quand son fils va dénoncer sa petite amie pour avoir voulu une relation sexuelle hors mariage. Surtout quand elle va revoir son amant, une relation qui pourrait l’envoyer directement dans un camp de travail. Mais Jean veut être libre de vivre sa vie même si pour cela elle doit travailler pour le gouvernement et trahir ses convictions.

Une héroïne qui ne se laisse pas faire et qui ne veut pas compter sur les hommes pour faire entendre sa voix. Jean est une femme forte qui fera tout pour retrouver sa liberté. Vox est un roman plein d’espoir qui a vraiment su me séduire. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j’espérais vraiment que malgré toutes les épreuves, Jean allait réussir à s’en sortir.

En bref

Pour conclure, j’ai adoré le roman Vox de Christina Dalcher. Le pouvoir des mots est immense et l’autrice nous le prouve dans ce roman où les femmes sont réduites au silence. Une dystopie glaçante qui a réussi à me captiver du début à la fin. Je vous conseille vraiment de lire ce roman qui saura réveiller la révolte qui dort en vous.

Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

Un commentaire

  1. Ouh là là ! Pipelette comme je suis, je ne tiendrai pas un jour dans cette dystopie ! Le thème est glaçant effectivement ! J’ai déjà entendu parler de ce livre par le booktubeuse Margaud Liseuse ! Je note !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :