Captive State : ma première déception ciné de 2019

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, nous allons parler du film Captive State de Rupert Wyatt (papa de La planète des singes : Les origines). La science-fiction, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. Et pourtant, la bande annonce de ce film m’a bien donné envie de le découvrir sur grand écran. Je m’attendais à un film très thriller psychologique, basé sur de la psycho-économie (est-ce que je viens d’inventer ce terme ? Possible). Je sais, je suis très optimiste pour un film qui parle d’une invasion extraterrestre. Mais vraiment, je croyais beaucoup en Captive State et en sa capacité à traiter différemment ce sujet vu mille fois au cinéma.

Synopsis

Les extraterrestres ont envahi la Terre. Occupée, la ville de Chicago se divise entre les collaborateurs qui ont juré allégeance à l’envahisseur et les rebelles qui les combattent dans la clandestinité depuis dix ans.

Bande annonce

Mon avis sur Captive State

Mais dis-moi un truc, pourquoi est-ce que tu vas voir des films de science-fiction si tu n’aimes pas ça ? Excellente question ma petite dame ! (Oui, je fais les questions et les réponses maintenant). Effectivement, je n’aime pas vraiment la science-fiction. Mais je suis aussi très curieuse en matière de cinéma. Alors, même si je n’aime pas un genre, je ne suis pas contre l’idée d’aller voir un film qui me fera peut-être changer d’avis. D’ailleurs, cet état d’esprit m’a plutôt bien réussi avec les westerns et Les frères Sisters. Bon, pour la science-fiction par contre, il va falloir que je fasse encore quelques efforts…

L’histoire

Captive State : ma première déception ciné de 2019

Je papote, je vous raconte ma vie mais je n’ai toujours pas parlé de l’histoire de Captive State. Et c’est un peu pour ça que vous êtes là, non ? Alors Captive State, c’est avant tout l’histoire d’une invasion d’extraterrestres. Les humains étaient tranquillement en train de s’occuper de leurs affaires (c’est-à-dire détruire la planète) quand tout à coup les extraterrestres débarquent. Un peu avec la même méthode que dans La 5ème vague, ils foutent le bazar, tuent des gens au hasard et coupent l’électricité. Une seule solution pour les humains s’ils veulent survivre : coopérer.

Les législateurs prennent alors le contrôle et décident de virer tous les dirigeants du pays. C’est alors que les humains vont se scinder en deux clans : ceux qui collaborent et ceux qui résistent. Ça ne vous rappelle rien ? Bref, l’histoire de Captive State se passe 9 ans après que les envahisseurs aient pris le contrôle de la Terre. Tout le monde s’apprête à célébrer nos nouveaux dirigeants mais une cellule de résistants s’active à Chicago.

Gabriel est le frère d’un des plus célèbres résistants de la ville, mort en essayant de renverser le pouvoir des envahisseurs. Alors que la police le surveille de près, il est bien décidé à entrer dans la résistance et à se rebeller contre le pouvoir en place. Mais est-ce qu’une bande d’humains est de taille à renverser un gouvernement extraterrestre ?

Est-ce que j’ai aimé Captive State ?

Captive State : ma première déception ciné de 2019Captive State : ma première déception ciné de 2019

Avec le titre de mon article, je crois qu’il n’y a pas de trop de suspense pour savoir si j’ai aimé Captive State ou pas. Aucune surprise donc : j’ai été très déçue par ce film. D’ailleurs, en lisant les commentaires et les avis sur internet, je me dis que soit on adhère totalement à Captive State, soit on passe totalement à côté. Je suis donc passée complètement à côté de ce film. Pour vous dire, j’ai même hésité à quitter la séance après 1h30 de film en me disant qu’un McDo serait beaucoup plus intéressant. Mais chéri m’a dit « Et si la fin était une grosse surprise ? ». Il n’en fallait pas plus pour semer le doute dans mon esprit et m’obliger à rester jusqu’à la fin.

Encore une fois, pas de suspense : la fin n’était pas une grosse surprise. Pire que ça, la fin est tellement évidente qu’elle en est décevante. En fait, je crois que je ne n’ai pas aimé Captive State parce que je m’attendais à un tout autre genre de film. Je pensais que nous allions parler du pouvoir des extraterrestres sur l’économie de la Terre et de leur emprise sur les humains. Que ce film de science-fiction allait plus tendre vers le thriller psychologique. Mais non. Je ne saurais même pas comment vous décrire Captive State. D’un côté, nous avons les envahisseurs qui prennent le contrôle de la Terre sans grande difficulté. Ensuite, nous avons des humains qui travaillent tous pour construire un monde sous-terrain pour les extraterrestres. Nous avons aussi des rebelles qui sont déportés sur d’autres planètes (Où ? Pourquoi ? Pour quoi faire ? Aucune idée) et des villes complètements fermées aux humains. Et de l’autre côté de tout ça, nous avons Gabriel et la résistance qui tentent de monter un gros coup pour virer les législateurs de la terre.

Si vous voulez tenter de suivre ce beau bazar, accrochez-vous parce que ce film part vraiment dans tous les sens. Il est vrai que ce fouillis aurait pu donner un film extraordinaire. Mais non. On ne comprend rien, tous les sujets sont sous-exploités, c’est mou, c’est long, on s’ennuie ! J’en suis arrivée à un point où j’aurais préféré que Captive State soit un blockbuster avec des batailles, du sang et des explosions. A la place, j’ai eu le droit à un film avec des extraterrestres presque invisibles alors qu’ils représentent une grande partie de l’histoire.

Le casting

Captive State : ma première déception ciné de 2019

Même si je n’ai pas aimé Captive State pour toutes les raisons invoquées ci-dessus, je dois tout de même reconnaître que le casting est vraiment pas mal. Alors je ne vais pas vous parler du « héros » de ce film parce que ce n’est pas lui que j’ai le plus aimé dans Captive State. Je vais plutôt m’intéresser à un duo de rôles secondaires que j’ai trouvé excellent. Dans le beau bazar que représente ce film, John Goodman (10 Cloverfield Lane, Inside Llewyn Davis) et Vera Farmiga (Conjuring : Les dossiers Warren) arrivent à briller par leur talent. Et ce n’était pas gagné !

En dehors de ces deux grands acteurs, j’ai tout de même reconnu d’autres acteurs. Tout d’abord, Madeline Brewer qui n’a pas un grand rôle ici mais qui est surtout connue pour son rôle dans la série à succès The Handmaid’s Tale. Je l’ai également vue récemment dans un film très bizarre, Cam.

Et pour finir, j’ai également reconnu Colson Baker, qui collectionne les second rôles pour le moment et que j’ai déjà vu dans des films comme Bird Box et Nerve.

En bref

Pour conclure, est-ce que je vous recommande Captive State ? Non. Ce film était ambitieux mais malheureusement son résultat est un échec. Le scénario est fouillis, on ne comprend pas grand chose, et tous les sujets sont sous-exploités car trop nombreux. Si vous cherchez un bon blockbuster, passez votre chemin. Pas d’explosion ou de bottage de fesses d’extraterrestres en vue. Dommage, le sujet avait beaucoup de potentiel.

Une seule cerise pour John Goodman

Facebook - Twitter  - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

Un commentaire

  1. Pingback: Ciné Club #62 : les films vus en avril ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :