Kiss Me First – Saison 1 : enter a new reality

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, nous allons parler d’une série que j’ai découvert récemment sur Netflix : Kiss me first. Si les séries qui mêlent réalité virtuelle et vie réelle ne sont pas vraiment mon truc habituellement, celle-là a su rapidement me convaincre. Pourquoi ? Parce que Kiss me first a été créée par Bryan Elsley, qui est également le papa de Skins, à savoir une de mes séries cultes ! Du coup, est-ce que cette saison 1 vaut vraiment le détour ?

Synopsis

Dans le monde virtuel d’Agora, Leila rencontre Tess. Quand celle-ci disparaît, Leila prend sa place et se retrouve happée dans une mystérieuse et terrifiante aventure.

Bande annonce

Mon avis sur Kiss me first – Saison 1

Avant de démarrer cette critique, je dois vous préciser que cette série est adaptée du roman Kiss me first de Lottie Moggach. Je n’ai pas du tout lu le livre alors cette chronique sera basée uniquement sur mon visionnage des 6 épisodes de la première saison disponible sur Netflix.

L’histoire

Leila est une jeune femme qui traverse une période compliquée dans sa vie. Sa mère vient de mourir d’un terrible cancer et elle se retrouve seule pour gérer la maison et surtout les factures. Et ce n’est pas son minable boulot de serveuse ou son nouveau colocataire qui tente de devenir acteur qui vont arranger les choses. Alors Leila se réfugie dans un monde virtuel, Azana.

Ce jeu en réalité virtuelle est une sorte de World of Warcraft. Vous incarnez un personnage puis vous allez vous battre contre d’autres joueurs pour gagner des points. Mais au sein d’Azana, Leila va découvrir un groupe secret qui se cache dans une partie non cartographiée du jeu. Elle va alors découvrir un groupe de jeunes qui ont tous une vie difficile et qui se soutiennent mutuellement.

Cela ressemble un peu au monde des bisounours, pas vrai ? Evidemment, tout ne va pas bien se passer sinon ce serait trop facile. Adrian, le chef de la bande, semble avoir une emprise beaucoup trop importante sur ce petit groupe et souffle le chaud comme le froid. Des disparitions étranges vont terminer d’éveiller les soupçons de Leila. En parallèle, dans la vie réelle, elle va rencontrer une joueuse en chair et en os. Tess lutte contre la drogue et une famille oppressante, elle va voir en Leila l’amie qu’elle n’a jamais eue. Mais Tess sera-t-elle une alliée ou une ennemie pour Leila ?

Est-ce que j’ai aimé ?

Comme je le disais dans mon introduction, les séries qui mêlent réalité et monde virtuel, ce n’est pas mon truc. De plus, il y a tellement de séries à voir sur Netflix que si le nom du créateur ne m’avait pas interpellée, je n’aurais jamais lancé le premier épisode de Kiss me first. Si Bryan Elsley a su créer un chef d’oeuvre comme Skins (UK bien sûr), alors je devais lui laisser une chance avec cette nouvelle série.

Et bizarrement, cela a fonctionné ! J’ai regardé le premier épisode sans trop y croire et je me suis fait happer par l’histoire sans m’en rendre compte. J’ai adoré le premier épisode qui met en place Leila dans la vie réelle (et sa vie est bien merdique, il faut le reconnaître) et Shadowfax, son double dans le monde d’Azana. J’ai d’ailleurs adoré les personnages de Leila et Tess, aussi bien dans la vie réelle que dans le monde virtuel.

La force de cette série est qu’elle réussit habilement à mêler la vie réelle avec Azana pour créer une intrigue commune aux deux mondes. Parfois, notre quotidien nous paraît tellement insupportable qu’on se réfugie derrière un écran, on se crée un monde virtuel plus sûr et apaisant. Mais les mondes virtuels sont peut-être plus sûrs en apparence mais parfois, ils se révèlent être encore plus dangereux que la réalité. C’est ce que nous apprend Kiss me first à travers son grand méchant, Adrian. Rappelez-vous : il ne faut jamais se fier aux apparences !

Mais Kiss me first n’est malheureusement pas parfaite. Si j’ai beaucoup aimé les premiers épisodes et le dernier, j’ai tout de même trouvé que cette série traînait en longueur. Alors qu’elle ne comprend que 6 épisodes ! L’histoire met parfois trop de temps à avancer, il ne se passe pas grand chose et certains épisodes manquent clairement d’action.

Le casting

Côté casting, je ne connaissais pas grand monde mais il y a quelques noms à retenir tout de même. Tout d’abord, l’actrice principale, Tallulah Haddon. Je ne l’avais pas encore croisée au détour d’une série ou d’un film, mais en lisant sa filmographie, j’ai constaté qu’elle jouait dans la série Taboo avec le beau Tom Hardy. C’est une série qui me tente énormément alors je pense la recroiser rapidement.

Le deuxième nom à retenir est Simona Brown, qui joue Tess. Comme pour l’actrice principale, je ne connaissais pas Simona mais j’ai beaucoup aimé sa prestation et son rôle. J’espère la recroiser dans de futures séries ! Dans les visages connus, on peut reconnaître Matthew Beard que j’ai vu récemment dans Imitation Game mais qui joue également dans The Riot Club, un film qui est dans ma wish list.

Il y a également Geraldine Somerville, dont le visage devrait vous parler puisqu’elle incarne Lily Potter dans la saga Harry Potter. Et pour finir, j’ai également reconnu Pooky Quesnel puisque je l’ai vue il n’y a pas si longtemps dans le film Orgueil et Préjugés et Zombies.

Conclusion

Pour conclure, Kiss me first est une bonne série de science-fiction qui saura rapidement vous entraîner dans son univers. J’ai aimé l’intrigue qui nous propose un thriller qui se passe aussi bien dans le monde réel que dans le monde virtuel d’Azana. La série comporte tout de même quelques longueurs mais cela reste raisonnable puisque la première saison ne comporte que 6 épisodes (vive les séries britanniques !). La première saison est disponible sur Netflix.

Est-ce que vous connaissez Kiss me first ?
Qu’avez-vous pensé de la première saison ?

Facebook - Twitter  - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !

Verdict ?

70%
70%
Un univers intéressant
  • Réalisation
    8
  • Scénario
    7
  • Casting
    6
  • User Ratings (0 Votes)
    0
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :