Une fille facile de Louise O’Neill : mon coup de coeur

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler du roman Une fille facile de Louise O’Neill. Si vous suivez un peu l’actualité de la blogosphère, vous avez déjà dû entendre parler de ce roman qui a fait énormément parler de lui. Il faut dire qu’il évoque un sujet très difficile : le viol. Et plus particulièrement, le cas d’une jeune femme violée pendant une fête alors qu’elle était inconsciente. Âmes sensibles, s’abstenir.

Détails pratiques

Titre : Une fille facile
Genre : Contemporaine
Éditeur : Editions Stéphane Marsan
Collection : Romans
Nombre de page : 283
Prix : 18 €

Acheter le livre

Synopsis :

« Quand tu prononces un mot comme celui-ci, tu ne peux plus faire marche arrière. Fais comme s’il ne s’était rien passé. C’est plus simple comme ça. Plus simple pour toi. »

Emma a dix-huit ans, c’est la plus jolie fille du lycée. En plus d’être belle, elle est pleine d’espoir en l’avenir. Cette nuit-là, il y a une fête, et tous les regards sont braqués sur elle.
Le lendemain matin, ses parents la retrouvent inanimée devant la maison. Elle ne se souvient de rien. Tous les autres sont au courant. Les photographies prises au cours de la soirée circulent sur les réseaux sociaux, dévoilant en détail ce qu’Emma a subi. Les réactions haineuses ne se font pas attendre ; les gens refusent parfois de voir ce qu’ils ont sous les yeux. La vie d’Emma est brisée ? Certains diront qu’elle l’a bien cherché.

Mon avis sur Une fille facile

/!\ Attention, le roman Une fille facile ainsi que ma chronique abordent des sujets difficiles comme le viol et le harcèlement. Si vous ne souhaitez pas lire ce type de contenu, merci d’arrêter votre lecture ici ou de passer directement à la conclusion. /!\

Une fille facile de Louise O'Neill : mon coup de coeur

L’histoire

Emma Donovan est la plus belle fille de Ballinatoom. C’est un fait, elle est belle et attire l’attention de tout le monde, femme comme homme. Emma a l’habitude d’être le centre d’attention de la petite ville et elle fait tout pour que cela dure. Tenues sexy, attitude provocante, Emma aime être le centre d’attention et n’hésite pas à draguer tous les garçons (même les petits-amis de ses copines) pour imposer son statut de Queen Bee.

Après une soirée où Emma a tellement bu qu’elle ne se souvient de rien, son statut social va soudainement changer. Si elle pensait qu’être retrouvée inconsciente devant chez elle par ses parents, brûlée par le soleil, était la pire chose qui lui était arrivé durant le weekend, Emma était bien loin de la vérité. Lorsqu’elle débarque le lundi au lycée et qu’elle découvre que tout le monde se partage des photos d’elle en train de coucher par plusieurs garçons, le cauchemar commence réellement pour elle.

Alors que tout le monde lui tourne le dos face à ce scandale et qu’elle devient une pestiférée que personne ne veut fréquenter, Emma va devoir faire un choix important. Doit-elle tenter d’oublier ces photos d’elle complètement nue et dans des positions sexuellement explicites pour retrouver son statut de fille populaire et reprendre sa petite vie tranquillement ? Ou doit-elle accepter le fait que pendant qu’elle était inconsciente, plusieurs de ses amis l’ont violée et photographiée en train d’être agressée pour ensuite diffuser les photos sur Facebook ? Parfois, affronter la réalité est bien plus dur que de faire comme s’il ne s’était rien passé.

Est-ce que j’ai aimé ce roman ?

Je savais que la lecture du roman Une fille facile allait être compliquée. Le thème abordé est très compliqué et me révolte à chaque fois. Je vous avais déjà parlé du documentaire Audrey & Daisy disponible sur Netflix, qui raconte l’histoire de deux adolescentes qui se sont fait violer pendant qu’elles étaient inconscientes et dont les agresseurs ont été acquittés (si vous n’avez pas vu ce reportage, je vous conseille d’y jeter un œil si le sujet vous intéresse). Ce qu’il faut savoir, c’est qu’aux Etats-Unis, un juge considère qu’une agression est un viol seulement si la victime a clairement dit « non ». Si la fille est inconsciente au moment des faits, alors ce n’est pas un viol puisqu’elle n’a pas clairement dit « non » à son agresseur. Vous trouvez ça absurde ? Moi aussi. J’espère que cela a changé depuis la diffusion du reportage.

Bref, dans Une fille facile, l’autrice se place du point de vue de la victime et aborde un aspect très intéressant : la culpabilité. Quand Emma réalise qu’elle a été violée, à aucun moment elle ne se place en victime de cette histoire. Sa première réaction est de s’excuser auprès de ses agresseurs pour les problèmes qu’ils risquent d’avoir à cause d’elle ! Elle fera pareil avec ses amis, qui ne la voient pas non plus comme une victime. Emma portait une robe qui ne cachait pas grand chose, elle avait bu beaucoup d’alcool et avait accepté de prendre de la drogue. Tout le monde va donc penser qu’elle a cherché ce qui lui est arrivé, Emma la première.

Ce roman m’a vraiment révolté car on se met à la place d’Emma, on partage ses sentiments et la réaction de ses proches est à vomir. Je ne veux pas trop vous parler de ce point car je veux vous laisser découvrir tout ça en lisant le roman, mais j’ai vraiment eu envie d’étriper tout le monde. Comment peut-on penser qu’une femme mérite d’être violée ? Comment peut-on justifier le harcèlement et la publication de photos par l’argument en carton « oui, mais c’est une fille facile » ? Je ne ressors pas indemne de cette lecture et j’ai vraiment trouvé que le style d’écriture de l’autrice était très juste. Le sujet, bien que difficile, est bien traité par Louise O’Neill qui nous entraîne au cœur de l’horreur en nous faisant entrer dans la tête d’Emma.

J’ai vu beaucoup de critiques concernant la fin du roman venant de lectrices qui n’ont pas compris le choix de l’autrice. Sans vous révéler la fin de l’histoire, j’ai trouvé que l’autrice avait justement ancré son histoire dans la réalité et que son choix reflétait parfaitement l’horreur et l’incompréhension face à des cas de viol comme celui d’Emma.

Conclusion

Pour conclure, j’ai eu un coup de cœur pour le roman Une fille facile de Louise O’Neill. J’ai trouvé que l’autrice avait traité le sujet du viol de manière à la fois sobre et juste. La réalité de ce texte fait froid dans le dos et pourtant c’est un sujet qu’il est important d’aborder. Vraiment, je vous conseille de lire ce roman qui vous fera à coup sûr réagir. Toutefois, si vous n’êtes pas à l’aise avec le thème du viol et du harcèlement, cette lecture n’est pas pour vous.

Facebook - Twitter  - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !

Verdict ?

100%
100%
Coup de cœur !
  • Histoire
    10
  • Personnages
    10
  • Ecriture
    10
  • User Ratings (0 Votes)
    0
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

2 commentaires

  1. Ça m’a l’air très dur comme histoire ! Je pense être trop sensible pour tenter cette lecture mais il est NECESSAIRE d’avoir ce genre d’histoire, ne serait-ce pour nous rendre compte de l’horreur qu’est le viol et l’hypocrisie des gens ! Ça me rend malade !

    • Ce livre est effectivement très dur à lire mais aussi très intéressant. Il est difficile de voir comment la victime d’un viol porte sur elle toutes les responsabilités de l’agression. Ce livre est révoltant mais utile malheureusement.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :