Hazel Wood : toutes les histoires ne se terminent pas bien

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, nous allons parler du roman Hazel Wood de Melissa Albert publié aux éditions Milan. Je crois que ce roman est celui que j’attendais le plus cette année ! J’étais comme une petite fille à Noël qui scrute sa boîte aux lettres en attendant son cadeau ! Surtout que les éditions Milan ont mis en place un teasing incroyable sur cette parution (vous vous souvenez des lettres et des indices que j’ai reçus ? Vous pouvez d’ailleurs les retrouver sur Instagram). Alors, est-ce que ce roman valait le coup d’attendre ?

Synopsis

Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, auteure des célèbres Contes de l’Hinterland.
Hazel Wood, d’où semblent s’échapper des personnages inventés par Althea.
Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer.
Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.

Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ? Un leurre ? Une porte d’entrée sur un autre monde ?
Et si Alice était bien plus qu’une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?

Il était une fois… Hazel Wood.

Bande annonce

Mon avis sur Hazel Wood

Avant de commencer à vous parler de ce roman, vous savez que j’apporte beaucoup d’importance aux couvertures. Je suis une lectrice superficielle, on ne se refait pas ! Et je dois dire que quand j’ai tenu pour la première fois Hazel Wood dans mes mains, j’ai été émerveillée ! La couverture est absolument sublime ! On ne peut pas le voir sur la photo mais la couverture noire et or brille lorsqu’on la place à la lumière. Je trouve cette couverture merveilleuse et j’avais vraiment vraiment envie que l’histoire soit à la hauteur. En tout cas, je partais conquise !

Hazel Wood : toutes les histoires ne se terminent pas bien

L’histoire

Tout commence avec Lucie. Cette adolescente n’a jamais eu de maison au sens strict du terme. Avec sa mère, elles changent fréquemment de lieu et de ville au gré de leurs envies. Depuis toujours, elles semblent attirer les catastrophes et désespèrent d’avoir une vie normale un jour. Mais ça, c’était avec que deux choses changent complètement leur vie. Tout d’abord, la mère d’Alice décide de se marier à un riche homme d’affaire et d’obliger sa fille à s’installer avec eux à New-York. Ensuite, une lettre mystérieuse vient les informer qu’Althea, la grand-mère d’Alice, vient de mourir, déclenchant une vague de bonheur chez sa mère.

Pourquoi tout à coup la mère d’Alice décide de se fixer à un endroit et surtout de se marier à un homme qu’elle connaît à peine ? Et pourquoi la mort d’Althea (célèbre et mystérieuse écrivaine) met autant en joie la mère ? Ce sont des questions qu’Alice aurait bien aimé se poser, mais l’enlèvement de sa mère va venir compliquer encore un petit peu plus les choses. Son seul indice pour retrouver sa mère ? Hazel Wood. Même si Alice a toujours promis de ne jamais s’approcher du manoir de sa grand-mère, son instinct lui dit que tout va se jouer là-bas.

Hazel Wood n’apparaît sur aucune carte et tous ceux qui sont partis à sa recherche ne sont jamais revenus. Mais Alice est bien décidée à s’y rendre ! Pourtant, son instinct lui dit que cet endroit est très dangereux. Les personnages des contes de l’Hinterland (le best-seller de sa grand-mère) semblent prendre vie là-bas. Et ce ne sont pas des personnages très charmants !

Est-ce que j’ai aimé ce roman ?

Comme je le disais en introduction, j’attendais énormément de ce roman. Cela faisait des mois que j’attendais sa sortie et j’avais vraiment hâte de découvrir son univers de contes de fée très sombre. Je m’attendais à retrouver un monde digne d’Alice au pays des merveilles mais en version bien sanglante, si vous voyez ce que je veux dire. Alors je vais être très honnête, ce roman n’est malheureusement pas un coup de cœur. Mais ce n’est pas une déception non plus. Je dirais que je suis à moitié conquise par le monde créé par Melissa Albert.

En fait, j’ai beaucoup aimé l’histoire. J’ai adoré Alice, son univers et sa personnalité. Aucun souci avec le personnage principal pour une fois. J’ai aussi bien aimé sa mère et les personnages secondaires, encore une fois aucun souci. Ce qui m’a dérangé dans ce roman, ce sont les longueurs. Et il y en a des tonnes ! L’histoire est intéressante et encore plus quand Alice arrive (enfin) à Hazel Wood, mais tout met beaucoup trop de temps. C’est long, très long. Tellement long que le lecteur se lasse bien avant que les choses sérieuses commencent. J’avoue avoir lu certains passages en diagonale pour arriver à des scènes d’action qui manquent cruellement.

Je comprends que l’autrice souhaite bien mettre en place son univers et expliquer l’histoire et la vie d’Alice, mais tout de même ! Le début est interminable et j’avais vraiment l’impression qu’Alice n’arriverait jamais à Hazel Wood, ou alors dans un second tome. La première partie de l’histoire est vraiment longue et c’est dommage parce que la suite des aventures d’Alice est plutôt pas mal. Il y a beaucoup plus d’action à Hazel Wood même si les longueurs persistent encore un peu. C’est dommage !

La deuxième chose que je reproche à ce roman, c’est que je m’attendais à un univers bien plus sombre. Je sais que nous sommes dans un registre jeunesse et que l’autrice ne pouvait pas mettre du sang et des massacres partout, mais je m’attendais à autre chose. Alors peut-être que je me suis fait une fausse idée du roman (c’est fort possible), mais j’aurais aimé quelque chose de plus sombre et que l’autrice joue à fond sur ce thème. Là, ça reste bon enfant, pas de quoi faire des cauchemars (pas comme avec Emmurées).

Quelques jours après ma lecture, je garde tout de même un bon souvenir de Hazel Wood. J’ai plutôt bien aimé l’histoire et l’univers mais les défauts du roman ont tout de même gâché mon plaisir. Je suis triste que ce roman ne soit pas le coup de cœur que j’espérais.

Conclusion

Pour conclure, Hazel Wood n’est pas un coup de cœur. Ses trop nombreuses longueurs et son univers un peu trop jeunesse m’ont empêché d’apprécier cette lecture comme il se doit. J’en garde tout de même un bon souvenir car l’histoire d’Alice est intéressante malgré tout et j’ai plutôt bien aimé toute la partie se déroulant à Hazel Wood. J’espère que les Contes de l’Hinterland seront publiés car c’est un point que j’ai beaucoup aimé !


Avez-vous entendu parler de Hazel Wood ?

Facebook - Twitter  - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !

Verdict ?

63%
63%
Avis mitigé !
  • Histoire
    8
  • Personnages
    7
  • Ecriture
    4
  • User Ratings (0 Votes)
    0
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

9 commentaires

  1. Pingback: Pëppo de Séverine Vidal : mon livre feel good de l'été ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :