Au revoir là-haut : le bijou poétique d’Albert Dupontel

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, nous allons parler cinéma avec le film Au revoir là-haut d’Albert Dupontel. Un petit bijou plein de poésie qui a remporté pas moins de cinq César cette année. Que vous dire à part que cela est largement mérité pour ce film adapté du livre Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre. Mais revenons sur l’histoire et sur ma fascination pour ce film.

Au revoir là-haut : le bijoux poétique d'Albert Dupontel

Synopsis

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire.

Bande annonce

Mon avis sur Au revoir là-haut

Mon chéri avait envie de voir ce film depuis sa sortie au cinéma. Il faut dire que c’est un grand fan d’Albert Dupontel et qu’il ne loupe jamais un de ses films. De mon côté, j’étais plus mitigée. J’avais peur que ce film soit trop fantastique pour moi car c’est ce que laisse entendre la bande annonce. Heureusement, j’ai su mettre mes a priori de côté pour me plonger dans ce petit bijou plein de poésie.

L’histoire

Au revoir là-haut : le bijoux poétique d'Albert Dupontel

Albert Maillard et Édouard Péricourt sont deux soldats rescapés de la première guerre mondiale. Le champ de bataille a été un enfer pour les deux hommes, mais Édouard est plus éprouvé physiquement. En effet, lors de sa dernière bataille contre les allemands, il a perdu une partie de son visage. De retour à Paris, Édouard ne veut plus aucun contact avec sa famille, et surtout avec son père qui a toujours été très dur envers lui. C’est comme cela qu’avec l’aide d’Albert, il décide de se faire passer pour mort.

De son côté, Albert doit subvenir à ses besoins et aussi à ceux d’Édouard. Il accepte alors de nombreux petits boulots pour gagner de quoi acheter à manger et de la morphine pour son ami. Mais un jour, Édouard a une idée de génie et décide de lancer une immense arnaque aux monuments aux morts. Un plan tellement fou et fantasque qu’il pourrait bien marcher !

Est-ce que j’ai aimé le film ?

Au revoir là-haut : le bijoux poétique d'Albert Dupontel

Les films sur la guerre ? Très peu pour moi. Les films fantastiques ? Non merci. Et pourtant, je suis tombée amoureuse d’Au revoir là-haut ! Il faut reconnaître qu’Albert Dupontel est un génie et que tous ses films sont extraordinaires. Mais on n’est jamais à l’abri d’un loupé… Heureusement, ce ne sera pas ce film !

Un des premiers points positifs de ce film est son histoire, bien sûr. On s’attache très vite à ces deux rescapés de la guerre qui sont autant éprouvés physiquement que mentalement. Albert fait de son mieux pour retrouver un semblant de vie normale et Édouard tente comme il peut de se reconstruire. Leur histoire est touchante et nous emporte pendant les deux heures de film (que je n’ai pas vu passer d’ailleurs).

Au revoir là-haut : le bijoux poétique d'Albert Dupontel

Le second point fort d’Au revoir là-haut est un immense coup de cœur pour les costumes, les décors et la photographie. Ce film est absolument sublime du début à la fin. Tout est beau, travaillé et très poétique. Quand je vous disais au début que j’avais peur que ce film soit trop fantastique pour moi, je me trompais complètement. Albert Dupontel a su amener un soupçon de fantastique dans un film d’une réalité puissante. Cette touche de poésie apportée par Édouard et par l’ambiance des années folles donne au film une dimension tragique tout en restant dans le sublime.

Je suis contente d’avoir tout de même vu ce film malgré mes réticences car j’ai trouvé un des plus beaux films de mon année 2018 (avec Call me by your name dont je vous parlerai demain). Vraiment, si vous avez l’occasion de le voir, n’hésitez pas une seule seconde !

Le casting

Au revoir là-haut : le bijoux poétique d'Albert Dupontel

Avant de se quitter, nous allons faire un tour rapide du casting. Le personnage principal est bien entendu incarné par Albert Dupontel (9 mois ferme) qui a su s’écrire un rôle à la hauteur de son talent. Son personnage est attachant, touchant, drôle parfois mais très fidèle. Édouard est joué par Nahuel Pérez Biscayart, qui lui aussi incarne son personnage à la perfection. Il incarne le fantastique et la poésie de ce film.

Laurent Lafitte est le grand méchant de cette histoire. Ce n’est pas un acteur que j’apprécie particulièrement mais je dois reconnaître qu’il joue à la perfection les méchants. Et dans ce film, il est détestable au plus haut point. Une belle performance ! Dans les visages connus, on a pu voir celui de Mélanie Thierry et celui de Kyan Khojandi. Un coup de cœur pour la petite Héloïse Balster qui joue Louise et que nous allons revoir très vite au cinéma, j’en suis sûre.

Conclusion

Pour conclure, Au revoir là-haut est un film magnifique, puissant, dramatique mais plein de poésie. C’est un coup de cœur pour moi et je vous encourage vraiment à le voir. En fait, je vous encourage à voir tous les films d’Albert Dupontel.

Facebook - Twitter  - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

8 commentaires

  1. J’avoue que je ne suis pas friande de films et de littérature française, mais, pour 2018, j’ai aussi envie de m’y mettre et Au revoir là-haut fait définitivement partie de mon programme de découverte, autant le film que le livre. Les échos que j’ai pu avoir des deux sont souvent très positifs, et ton avis me conforte dans cette idée !

  2. Tu trouves qu’il y a du fantastique ?
    Mais sinon très très beau film, ravie de voir un film pareil en France, ambitieux, spectaculaire, avec une vraie patte d’auteur !

    • Quand je dis « fantastique » c’est dans le sens imaginaire et non science-fiction. En fait, quand j’ai vu la bande annonce j’ai eu peur que l’histoire des masques nous emmène dans un monde imaginaire et que les personnages perdent pied avec le réel. Mais même si des éléments fantastiques sont dispersés ici et là, on ne perd pas la réalité des yeux et c’est ce qui m’a énormément plu dans ce film 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :