Aussi libres qu’un rêve de Manon Fargetton

3

Aujourd’hui, nous allons parler du roman Aussi libres qu’un rêve de Manon Fargetton. Un roman dystopique qui met en place un univers original où votre avenir est défini par votre mois de naissance. Ce roman est sorti en 2006 et j’ai profité de sa réédition aux éditions Castelmore pour découvrir son histoire. Alors, oserez-vous être aussi libres qu’un rêve ?

Aussi libres qu'un rêve de Manon Fargetton

Synopsis

En cette fin du XXIe siècle, l’accès à un métier est régi par la loi des Dates de naissance. Ainsi, si vous êtes né en janvier, les métiers les plus cotés vous seront proposés ; par contre, si vous êtes né en décembre, il ne vous restera que les métiers dont personne n’aura voulu.
Minöa et Silnëi sont sœurs jumelles, mais l’une est née le 31 décembre à 23h58, et l’autre dans les premières minutes de janvier ! Cela ne les empêchera pas d’unir leurs forces pour combattre la tyrannie des Dates de naissance, en compagnie de Kléano, jeune chanteur d’un groupe de rock rebelle.

Mon avis sur Aussi libres qu’un rêve

Tout d’abord je tiens à remercier l’auteure, Manon Fargetton, d’avoir dédicacé mon exemplaire d’Aussi libres qu’un rêve. C’était une merveilleuse surprise ! Vous pouvez retrouver la photo (et toutes mes aventures) sur mon compte Instagram.

L’histoire

Dans l’univers du roman Aussi libres qu’un rêve, l’Europe n’existe plus. Les régions se sont divisées pour devenir des états indépendants. Manon Fargetton nous entraîne alors en Bretagne où la loi des dates de naissance régit la vie de chacun. Si vous êtes né en janvier, vous avez beaucoup de chance. Vous aurez alors accès aux métiers du show-biz. Chanteur, acteur, tout est possible ! Par contre, si vous êtes né en décembre, cela va être beaucoup moins drôle pour vous puisque vous n’aurez accès qu’aux métiers que personne ne veut comme l’entretien des robots ou des pompes de nettoyage des océans.

Minöa et Silnëi sont sœurs jumelles. La première est née le 31 décembre à 23h58 et se retrouve donc dans une école de Décembre avec pour seul avenir de nettoyer le fond des océans. La deuxième est née le 1 janvier à 0h17 et accède donc à une école de Janvier pour devenir actrice. Deux sœurs identiques qui sont pourtant destinées à un futur bien différent. Minöa rêve de liberté et déteste déjà son futur métier. La jeune fille est bien décidée à se rebeller contre la dictature de Chan Wallow. Pour cela, elle pourra compter sur sa sœur bien entendu mais aussi sur Kléano, un Novembre qui ne vit que pour la musique.

Un univers intéressant

Avec Aussi libres qu’un rêve, Manon Fargetton nous propose un univers très intéressant. J’ai adoré son idée d’attribuer un avenir en fonction des dates de naissance. Chaque femme doit se rendre tous les mois dans un centre afin de recevoir une injection contraceptive. Si vous souhaitez avoir un enfant, vous recevrez alors 11 injections contraceptives et 1 placebo. Mais impossible de choisir le mois durant lequel vous recevrez le placebo bien entendu. Cela permet au gouvernement de contrôler les naissances selon les mois et ainsi s’assurer que chaque poste aura bien un employé. Un système qui pourrait paraître équitable si toutefois tout le monde le respectait. Mais je n’en dirai pas plus sur ce point pour vous laisser découvrir l’histoire.

J’ai aussi beaucoup aimé ce vent de rébellion qui souffle sur ce roman. A l’image d’Hunger Games, je suis toujours une grande fan des personnages qui se rebellent contre le système et qui sont bien décidés à le foutre en l’air.

Un récit trop enfantin

Si j’ai adoré l’univers du roman Aussi libres qu’un rêve, je dois toutefois lui reprocher son style trop enfantin. En effet, bien qu’on soit dans un roman jeunesse, j’aurais aimé une approche plus mature de l’histoire. Tout se passe très vite et l’histoire est cousue de fil blanc. On sent que l’auteure croit en son histoire et qu’elle est friande de liberté mais malheureusement, son style n’a pas fonctionné sur moi. Toutefois, il s’agit d’une remarque très personnelle et subjective puisque chacun réagit différemment au style d’un auteur.

De plus, j’ai vraiment eu du mal avec le personnage de Minöa. Alors oui, c’est une adolescente avec des réactions inhérentes à son âge mais elle reste assez insupportable. J’ai préféré sa sœur, Silnëi, que j’ai trouvée beaucoup plus mature et réfléchie dans ses réactions. Pour terminer, je n’ai pas du tout accroché au triangle amoureux que tente de mettre en place l’auteure. Déjà, je ne suis pas fan des triangles amoureux mais en plus, celui-là m’a vraiment laissée de marbre. Mais peut-être que je suis maintenant trop vieille pour les amourettes d’adolescents.

Conclusion

Pour conclure, je reste mitigée sur ma lecture du roman Aussi libres qu’un rêve. J’ai adoré l’univers mis en place par l’auteure et j’ai beaucoup aimé la rébellion de ces adolescents face au système. Par contre, je n’ai pas aimé le style d’écriture et le récit un peu trop enfantin pour moi. Toutefois, je garde un bon souvenir de ce roman que j’ai dévoré en quelques jours.

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

3 commentaires

  1. Pingback: Phobos, tome 1 : la première télé-réalité dans l'espace ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :