Le perroquet : la schizophrénie vue par un enfant de 8 ans

2

Mon objectif de cette année était de lire plus de BD et avec Le perroquet d’Espé, je continue d’avancer dans ce challenge. C’est encore une fois grâce à Julia que j’ai découvert cette BD très touchante et bien loin des portraits de Pénélope Bagieu dans Culottées. Ici, un petit garçon de 8 ans nous raconte la maladie de sa maman atteinte de  « troubles bipolaires à tendance schizophrénique ».

Le perroquet : la schizophrénie  vue par un enfant de 8 ans

Synopsis

Bastien a 8 ans. Et sa maman est malade. Souvent, elle fait ce que son papa et ses grands-parents appellent des « crises ». D’après les médecins, elle souffrirait de « troubles bipolaires à tendance schizophrénique ». c’est pour ça qu’il faut régulièrement l’emmener à l’hôpital, dans des établissements spécialisés, pour prendre des médicaments. Bastien n’aime pas trop ça car quand elle revient, elle ne réagit plus à rien. elle n’a plus aucun sentiment. Plus aucune envie.
S’inspirant de son propre vécu, Espé livre un récit aussi personnel qu’universel, celui d’un enfant perdu dans une réalité où l’imaginaire est le seul refuge ; dans son regard, on ne lit qu’incompréhension et douleur face à la maladie de sa mère.

Mon avis sur Le perroquet

Comme je le disais en introduction, mon objectif cette année est de lire plus de BD. Mais un de mes autres objectifs est de sortir de ma zone de confort littéraire. Avec Le perroquet d’Espé, je réunis ces deux objectifs en une seule lecture. Quand j’achète des BD, je reste toujours dans des thèmes très girly avec des illustratrices comme Pénélope Bagieu ou Maugaux Motin. N’étant pas du tout connaisseuse de ce genre, je ne m’aventure jamais bien loin dans le rayon BD. Heureusement, je pouvais compter sur Julia et ses superbes conseils pour m’aiguiller dans ma quête.

L’histoire

Le perroquet : la schizophrénie  vue par un enfant de 8 ans

Le perroquet est une histoire qui nous est racontée par Bastien, un petit garçon de 8 ans. La maman de Bastien est très malade et a souvent des crises durant lesquelles elle casse tout autour d’elle et se met à hurler. Pour un petit garçon, ces crises sont très mystérieuses et il ne comprend pas toujours ce qu’il se passe. Ce qu’il sait, c’est que quand sa maman a des crises, il doit aller vivre chez ses grands-parents qui sont aussi ses voisins et que sa maman part souvent avec des monsieurs en blanc qui l’emmènent à l’hôpital.

Toute cette famille vit autour de Marie et sa maladie. Le père de Bastien fait tout pour aider sa femme et l’aider à gérer ses crises même s’il est épuisé. Les parents de Marie sont toujours là pour prendre soin de Bastien même s’ils ont du mal à comprendre la maladie de leur fille. La schizophrénie va malmener cette petite famille à laquelle on s’attache dès les premières pages.

Des personnages touchants

Dans Le perroquet, on s’attache très vite à tous les personnages mais surtout à Bastien. Ici, la maladie est vue par un petit garçon qui la raconte avec ses mots d’enfant. Il ne comprend pas ce qu’il se passe autour de lui et pense même que sa maman est un super héros ! Si la thérapie par électrochocs sonne comme une torture à nos oreilles d’adultes, Bastien lui pense que si sa maman reçoit de l’électricité dans le corps, elle peut développer des supers pouvoirs. La narration est à la fois naïve et touchante, et c’est bien la première fois que je prends autant de plaisir à lire une histoire racontée par un enfant !

Marie pourrait être un personnage que l’on rejette pour le mal qu’elle fait à sa famille, pourtant on la prend très vite en pitié. Les maladies mentales sont très difficiles à comprendre et à gérer pour les patients. Pour le bien de sa famille, elle accepte de nombreux traitements et fait de longs séjours à l’hôpital. On voit Marie se dégrader aussi bien mentalement que physiquement au fil des pages. On a envie de s’allier à son mari et à ses parents pour lui venir en aide.

Pourquoi j’ai aimé Le perroquet ?

Le perroquet : la schizophrénie  vue par un enfant de 8 ans

Tout d’abord pour son histoire, bien entendu. Les maladies mentales sont un sujet qui m’intéresse énormément et j’étais heureuse de trouver une BD qui traite de ce sujet. En plus, j’ai beaucoup aimé que ce soit Bastien qui nous raconte son histoire, avec ses mots et son interprétation des événements. C’est un récit très touchant qui aura réussi à me faire verser quelques larmes.

Ensuite, j’ai adoré l’utilisation des couleurs. Quand la maman de Bastien est en crise, les planches sont entièrement recouvertes de rouge pour symboliser la colère, l’agressivité mais aussi le combat de Marie contre la maladie. Quand Bastien nous raconte de bons souvenirs, les planches sont vertes car cette couleur symbolise l’harmonie, le bonheur et la sérénité. L’auteur utilise beaucoup les couleurs pour faire passer ses émotions et cela rend le récit très intense. C’est vraiment le point qui m’a mené au coup de cœur avec cette BD.

Conclusion

Est-ce que je vous recommande Le perroquet ? Bien sûr ! Lisez cette BD sans aucune crainte, vous allez adorer. Même si c’est une histoire très dure, le fait qu’elle soit racontée par un enfant la rend très touchante. Vraiment, lisez cette histoire ! Par contre, évitez de combiner dans la même journée cette BD et la série 13 Reasons Why. J’ai fait le test et ce n’est pas bon pour le moral !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

2 commentaires

  1. Effectivement, ce doit être très fort émotionnellement ! C’est aussi un sujet qui me touche beaucoup ! Beaucoup de thèmes graves/tabous passent mieux par le regard d’un enfant. Il suffit de lire ‘le silence de Mélodie’ ou cette BD pour s’en rendre compte !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :