Grave : un film d’horreur 100 % carnivore

11

Aujourd’hui, nous allons parler d’un film d’horreur coup de cœur : Grave de Julia Ducournau. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas vu un film d’horreur qui réussit l’exploit de me plaire du début à la fin. Grave est un petit bijou de Body Horror et français s’il vous plaît (enfin, franco-belge mais on ne va pas chipoter).

Grave : un film d'horreur 100 % carnivore

Synopsis

Justine, une surdouée de 16 ans issue d’une famille intégralement végétarienne, est sur le point d’entamer sa formation pour devenir vétérinaire. Comme tous les nouveaux étudiants, elle doit passer par la case bizutage. Manque de bol pour cette mangeuse de légumes, cette année les nouveaux arrivants sont forcés d’avaler un rein de lapin cru. Cet épisode annonce le début d’un changement radical dans la vie – et le régime – de Justine, sur le point de découvrir sa véritable nature.

Bande annonce

Mon avis sur Grave

Dans la presse, Grave a surtout fait parler de lui car il a provoqué des évanouissements lors de sa projection en festival. Mais ce qui m’a décidée à aller le voir au cinéma, c’est le passage de la réalisatrice, Julia Ducournau, dans le Quotidien de Yann Barthès. Sa manière de parler de son film m’a poussée à me rendre pour la première fois de l’année dans les salles obscures et je ne regrette pas une seule seconde mon choix.

L’histoire

Grave : un film d'horreur 100 % carnivore

Grave est l’histoire de Justine, une jeune fille très intelligente qui intègre une école vétérinaire. Justine vient d’une famille aisée dont tous les membres sont végétariens. Elle-même suit ce régime et n’a jamais mangé de viande. Manque de chance, pendant sa première journée de bizutage, tous les nouveaux doivent manger un rein de lapin. Malgré ses protestations, et sous la pression de sa sœur qui fait partie des anciens, elle avale pour la première fois de la viande.

Bien que révulsée par sa première expérience en tant que carnivore, Justine va sentir quelque chose changer dans son corps. L’envie de viande va se faire de plus en plus présente. Il se pourrait même que la jeune fille prenne goût à la viande humaine. Justine arrivera-t-elle à contrôler sa véritable nature de cannibale ?

Les personnages

Grave : un film d'horreur 100 % carnivore

Tout au long de Grave, le spectateur assiste à la transformation de Justine. Petite fille surdouée, sage et timide au début du film, elle laisse peu à peu sa véritable nature prendre le dessus. Elle devient un animal dangereux, séducteur et affamé. Sa transformation est fascinante et hypnotise le spectateur. Justine attire autant qu’elle révulse. Par contre, j’ai eu plus de mal avec la sœur de Justine, Alexia. En fait, j’ai eu beaucoup de mal à cerner ce personnage et même en y repensant, j’ai du mal à la comprendre. Elle veut aider sa sœur et la soutient dans les moments difficiles. Mais elle sait également la pousser à bout et devenir son pire ennemi. Une double personnalité difficile à comprendre.

Par contre, j’ai eu un gros coup de cœur pour le colocataire de Justine, Adrien. C’est le genre d’homme dont on sait au premier regard qu’il est un véritable gentil. J’ai aimé sa personnalité attachante et son homosexualité assumée. Il va être un pilier dans l’épreuve que va traverser Justine. Il sera présent pour le meilleur et pour le pire et essayera coûte que coûte de la protéger.

Les acteurs

Grave : un film d'horreur 100 % carnivore

Tout le film repose sur les épaules de Garance Marillier qui joue Justine. C’est une actrice incroyable et j’ai été impressionnée par sa performance. Pour dire qu’il s’agit de son premier long-métrage, elle nous offre une performance renversante ! J’espère la revoir très vite sur grand écran. Sa sœur, Alexia, est jouée par Ella Rumpf qui fait aussi sa première apparition au cinéma. J’ai eu un peu de mal avec son jeu au départ mais on s’habitue très vite. En fait, son jeu colle avec son personnage qui est difficile à comprendre lui aussi.

Adrien est joué par Rabah Naït Oufella qui lui n’est pas un inconnu. Il a notamment joué dans « Entre les murs » et « Papa was not a Rolling Stone ». Il est aussi actuellement à l’affiche avec le film « L’Ascension » de Ludovic Bernard.

Conclusion

Pour conclure, Grave est un immense coup de cœur. Je ne me souviens même pas du dernier film d’horreur pour lequel j’ai fait une chronique aussi élogieuse. Grave est un petit bijou à voir absolument ! J’avais beaucoup de mal à imaginer comment Julia Ducournau allait pouvoir terminer son film mais la fin de Grave est juste parfaite ! De l’humour, de l’horreur et aucun évanouissement en vue (promis), vous pouvez aller voir ce film les yeux fermés !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

11 commentaires

    • C’est vraiment un type de film d’horreur qu’on ne voit pas souvent. Pas de jump scrare à outrance, juste une ambiance (et beaucoup de sang) qui fait tout le film. Grave est vraiment un film à découvrir !

  1. A Grenoble, le film n’est diffusé que dans un cinéma et peut-être est-ce dû au fait que certains passages sont choquants. J’avais aussi entendu dire que des spectateurs s’étaient évanouis et que des cinémas américains et canadiens ont distribué des sacs à vomi à l’entrée. Je suis certaine que cette initiative n’est pas justifiée (c’est purement marketing) mais ça met tout de même à l’aise d’être prévenus que nous risquons de rendre notre déjeuner. Je n’irai pas le voir au cinéma pour des raisons pratiques. J’attendrai un peu avant de voir si le film mérite sa sulfureuse réputation.
    Merci pour ta chronique !

    • Oh tu es de Grenoble ? J’ai pour projet de m’installer là-bas d’ici la fin de l’année 😀
      Pour en revenir au film, la réalisatrice a abordé le fait que des personnes se soient évanouis pendant la projection et ce n’est qu’une fausse rumeur. En fait, une seule personne a fait un malaise devant Grave et c’était lors d’une projection très tard dans la nuit dans un festival. Le malaise n’est surement pas même pas dû au film. Enfin cela à suffit pour faire naître une rumeur. Pour les sacs à vomi, c’est la même chose. Uniquement du marketing pour provoquer un buzz (même si le film n’en a clairement pas besoin). Ne t’inquiète pas pour ton déjeuner, il ne risque pas de ressortir durant le film 😉

  2. Je me doutais que ce n’était que du marketing mais ça ne m’aurait pas non plus étonné qu’un film ait été réfléchi dans ce sens. J’habite à 10 km de Grenoble (je préfère ne pas en dire plus ici) et je travaille pour le moment au centre ville. Tu viendras t’y installer pour les études, pour un job ? Si tu as besoin de plus d’informations, n’hésite pas à m’envoyer un mail.

  3. Hello ! J’ai moi aussi vu l’interview de la réalisatrice dans Quotidien et ça m’a donné très envie de voir ce film qui en plus est français. Ca vaut donc la peine de le voir pour se faire une idée, vu que c’est finalement assez rare.
    A bientôt !

  4. Pingback: Get Out : le film d'horreur que vous devez absolument voir ! ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :