Instinct de survie de Jaume Collet-Serra

6

Etre blogueur signifie pour moi parler de livres, de films ou de séries qui nous on fait réagir. La plupart du temps j’aime bien vous parler de quelque chose que j’ai adoré, mais cette fois j’ai tellement été énervée par Instinct de survie de Jaume Collet Serra que je n’ai pas pu m’empêcher d’en faire un article. Je vous explique de suite pourquoi.

Instinct de survie de Jaume Collet-Serra

Synopsis : 

Nancy surfe en solitaire sur une plage isolée lorsqu’elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats…

Bande annonce : 

Mon avis sur Instinct de survie : 

Les films de requins et moi, on n’est en général pas potes. Vous savez maintenant mon affection pour les animaux et le mal que j’ai à les voir se faire massacrer dans les films, et ce même si c’est un requin qui bouffe tout le monde. Ensuite, j’avoue que ça m’énerve qu’on colle cette image aux requins puisque oui, il y a des attaques mais non, le requin ne déchiquette pas l’homme à la manière d’un serial killer. Alors vous allez me dire, mais pourquoi tu es allée voir ce film ? Et bien d’abord, lors de son passage à Cannes, on a plus entendu parler de ce film-là que de celui de Woody Allen qui expliquait la présence de Blake Lively. Ensuite, j’avais vu la bande annonce et j’avoue que visuellement ça donnait envie. J’ai donc profité qu’un ami ait aussi eu envie de le voir pour aller au cinéma. Seulement voilà, plus d’une semaine après y être allée, je suis toujours en train de me demander ce qu’il m’a pris de payer ma séance, et cela pour différents points.

blake

  • L’histoire : 

Nancy, une jeune femme un peu paumée, décide de faire le point sur sa vie en partant faire du surf sur la plage qu’avait découvert sa mère des années auparavant. Tout est idyllique, jusqu’à ce qu’un requin se mêle à la partie, obligeant Nancy à se réfugier sur un rocher. Cependant, la marée montante arrivant, elle sait qu’elle n’aura pas d’autre choix que de l’affronter.

Je vous assure que je suis allée voir ce film sans aucun avis tranché. J’ai vu Les dents de la mer mais il y a de ça bien longtemps, du coup je n’en garde qu’un souvenir lointain. Ça commençait plutôt pas mal avec de beaux paysages et une tension qui monte petit à petit, et puis plus le film avançait et plus je me suis dit que ça allait être très long. En effet, le film est monté comme un huis clos puisqu’une très grande partie se déroule sur ce fameux rocher avec Nancy et… une mouette. Le requin, lui, tourne gentiment autour de Nancy, attendant qu’elle fasse quelque chose de stupide… ce qui arrive bien sûr. Mais au-delà de l’aspect huis clos qui apporte son lot de longueurs, le plus énervant pour moi, ça a été le manque de cohérence. Je ne dis pas qu’un film doit coller à la réalité mais là, ça fait beaucoup quand même. Le fameux requin, qui est d’une taille très impressionnante, arrive à faire des gros dommages à une baleine, il tue autour de lui mais Nancy, elle, s’en sort avec une simple morsure. Alors je suis d’accord que si’il lui arrachait la jambe dès le début, ça ne ferait pas un film, mais j’avoue avoir levé les yeux un bon nombre de fois.

requin

  • Le personnage de Nancy et Blake Lively 

Blake Lively est une actrice que j’aime plutôt bien mais j’avoue, je ne la trouve pas particulièrement convaincante et je la connais principalement pour son rôle dans Gossip Girl. Mais je dois avouer que ce film-là ne m’aide pas à la considérer comme une actrice de génie, et ce même si je trouve qu’elle se défend plutôt bien étant donné que le film repose sur ses épaules. Le gros problème pour moi en ce qui la concerne, c’est son personnage qui est pour moi insupportable, qui pleure, qui dort, qui fait la warrior et puis qui pleure qui dort etc. et cela pendant toute la durée du film. Ensuite, et cela n’est bien sûr pas un souci au niveau du film en lui-même, mais j’ai extrêmement de mal avec la voix française de Blake Lively et ce depuis Gossip Girl.

  • Les plans sexistes

Sur ce point, vous pourrez dire que je suis naïve et qu’il fallait s’y attendre mais j’avoue que si j’ai une si mauvaise opinion de ce film, c’est parce que les vingt premières minutes sont dédiées à la plastique de l’actrice… Que ce soit quand elle se change (comptez 3 minutes), quand elle nettoie sa planche (2 minutes) ou quand elle plonge pour commencer à surfer (15 minutes), on a un aperçu sur ce qui fait d’elle une femme. Alors il faut, le dire elle a du mérite parce qu’elle avait accouché seulement 10 mois avant le tournage du film, mais sincèrement j’en ai marre de voir la femme instrumentalisée dans ce style de film (petit coup de gueule bonjour).

instinct

Conclusion

Pour conclure je dirais que Instinct de survie est pour moi un film de série b qui se laisse certes regarder mais qui remporte pour moi la palme des incohérences et du levage des yeux au ciel. Je dois toutefois saluer la beauté du spot choisi, ainsi que le réalisme du requin qui font qu’esthétiquement le film tient la route. Mais je reste sur un avis négatif et vous conseille de le regarder lors d’un après-midi pluvieux si vous êtes en mal de vacances.

Julia Pan

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

J’ai longtemps espéré que Peter Pan vienne me chercher et m’amène au pays imaginaire pour y vivre pleins d’aventures mais à 25 ans je me suis fait une raison. Afin de pouvoir quand même vivre mille vies, je me suis réfugié dans la lecture, les films et les séries.

6 commentaires

  1. J’ai vu la bade-annonce, et j’avoue que ça ne m’a pas donné envie du tout… Déjà parce que le requin était encore utilisé pour faire peur, et ensuite l’histoire n’avait pas l’air d’être très élaboré 😛

  2. J’ai été attirée par la bande-annonce aussi et mon Dieu comme j’ai été déçue… Ce film est un navet. Même pas un nanar plaisant à regarder et pas du tout le genre qui fait rire. Non, simplement UN NAVET MONUMENTAL. J’ai halluciné de voir Nancy s’en sortir avec une morsure (profonde, certes)(mais bon, elle la recoud avec une boucle d’oreille, trop forte la meuf) alors que le squale découpe en deux le poivrot du coin et transforme en soupe les deux autres surfers… Totalement crédible et normal, donc.
    De même, les sessions Facetime avec son père sont de trop. J’ai pas compris la nécessité de nous expliquer dans les grandes largeurs pourquoi Nancy était so sad et qu’elle arrêtait la fac’ de médecine, tu peux pas comprendre Papa, même que Maman m’aurait dit oui elle me comprenait mais voilà maintenant elle est morte bouh je suis triste. Franchement, on s’en fout, non ?
    Je sais même pas comment je suis arrivée à tenir jusqu’au bout. J’aurais mieux fait de me refaire un bon vieux Peur Bleue pour la centième fois, tiens!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :