Le dernier pub avant la fin du monde

1

Le dernier pub avant la fin du monde, oui je sais, le titre vous interpelle et vous vous dites, mais qu’est-ce que c’est encore ce film. Alors je vous explique, la semaine dernière, il est bientôt 21h, je zappe et je finis par tomber sur une chaîne de la TNT et je vois ce titre s’afficher. Et là je me dis que si ça parle de pub, c’est forcément un film « made in UK » donc que je suis obligée d’y jeter un œil. Je découvre rapidement qu’il s’agit d’une réalisation de Simon Pegg, que j’appelle le Ben Stiller britannique (car il a toujours le chic pour se fourrer dans des situations incroyables dans ses films) et là je suis obligée de regarder le film jusqu’au bout parce qu’avec Simon Pegg, on ne sait jamais ce qui va arriver.

Le dernier pub avant la fin du monde

L’histoire

En 1990, cinq amis célèbrent la fin de leurs années de lycée par une tournée des douze pubs dans leur village de Newton Haven. Mais la virée tourne mal et le dernier bar n’est jamais atteint, de sorte que Gary King, le meneur du groupe, s’en trouve très frustré. Vingt ans plus tard, Il vit encore dans le souvenir de cette nuit et décide de rappeler ses amis, Andy, Steven, Oliver et Peter, pour les sortir de leur vie rangée afin de parvenir à ce qu’ils n’ont pas pu faire plus jeunes : une nuit, cinq potes, douze pubs, un minimum d’une pinte chacun par pub et achever leur tournée en parvenant jusqu’au fameux pub The World’s End. Sur place, ils retrouvent Sam, la sœur d’Oliver, pour qui Gary et Steven en pincent toujours. Alors que la fine équipe tente, tant bien que mal, d’accorder le passé avec le présent, une série de retrouvailles avec de vieilles connaissances et des événements inattendus les font soudain prendre conscience que le véritable enjeu, c’est l’avenir, non seulement le leur, mais celui de l’humanité entière.

Le dernier pub avant la fin du monde

La bande annonce

Le rôle principal de Gary King est interprété par Simon Pegg, une célébrité Outre-Manche. Il est surtout connu au niveau mondial depuis son rôle de Benji Dunn dans la saga Mission Impossible aux côtés de Tom Cruise. Si vous aimez son style complètement décalé (car Simon Pegg est le scénariste de la plupart des films dans lesquels il joue), vous adorerez Paul, une version moderne et complètement barrée de E.T., et Shaun of the Dead, une version encore plus barrée de l’invasion des zombies. Dans « Le dernier pub avant la fin du monde », vous reconnaîtrez plein d’autres visages connus : Nick Frost, l’acolyte de Simon Pegg dans beaucoup de ses films, Rosamund Pike, une des James Bond girls dans « Meurs un autre jour » aux côtés de Pierce Brosnan, ou encore Martin Freeman, le Docteur Watson de la toute dernière version BBC de Sherlock Holmes aux côtés de Benedict Cumberbatch. Bref, du beau monde.

Mon avis sur « Le dernier pub avant la fin du monde »

Bon forcément, comme vous, je me suis demandé à un moment donné « mais qu’est-ce que c’est que ce film » ? Mais étant une grande fan de l’humour britannique (et de leur façon si particulière de ne rien prendre au sérieux, pas même leur appartenance à l’Union Européenne) et de Simon Pegg, je savais qu’à un moment donné, le film allait déraper. Et c’est ça qui est fantastique avec Simon Pegg, c’est qu’on sait que ça va arriver mais jamais quand ni sous quelle forme. Les situations dans lesquelles se fourrent les protagonistes sont souvent prévisibles mais elles restent drôles. Il y a beaucoup de jeux de mots qui malheureusement ont perdu de leur sens en passant en VF mais bon, c’est toujours mieux que rien.

Je ne vous cacherai pas qu’il ne s’agit pas d’un grand film mais si vous avez envie de vous reposer le cerveau, franchement je conseille ! Et même si après un certain temps vous vous rendez compte que vous n’aimez pas « Le dernier pub avant la fin du monde », vous aurez envie de le regarder jusqu’au bout juste par curiosité, pour savoir comment ce film complètement fou va se terminer. J’ai pu le tester sur mon mari qui s’endort en général à 21h05. Pour une fois, il est resté éveillé et a pu voir le film en entier, juste pour me dire « c’était bof bof comme film » ! « Oui mais en attendant t’as pas dormi ! ». Bref, vous l’aurez compris, c’est quitte ou double, vous aimerez ou vous détesterez ! Pas de juste milieu avec Simon Pegg ! J’ai choisi mon camp, à vous de choisir le vôtre !

Lady Dedlock

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :