Happy Valley – Saison 2

0

Après un petit détour par la France, je vous ramène en Grande-Bretagne pour vous parler de la saison 2 de la série britannique Happy Valley. Souvenez-vous, je vous avais parlé de la saison 1 l’année dernière. Cette série m’avait complètement retournée, emballée et l’attente pour la saison 2 allait être insoutenable ! Entre temps, la série a finalement été diffusée en France mais sur Canal+ uniquement et les abonnés Netflix peuvent la découvrir depuis peu. L’attente a pris fin il y a quelques jours après la diffusion de la saison 2 au Royaume-Uni et qui a encore cartonné Outre-Manche. Je vais donc essayer de vous faire partager mon ressenti sur cette nouvelle saison.

Happy Valley - Saison 2

L’histoire

Dix-huit mois ont passé depuis la fin de la saison 1 et l’arrestation de Tommy Lee Royce. En pleine enquête, Catherine Cawood découvert le corps d’une victime qui s’avère être liée à Royce. Ann Gallagher (qui avait été au centre de l’enquête dans la 1ère saison), nouvelle recrue dans la police, et Catherine commence l’investigation. Pendant ce temps, l’un des inspecteurs de la police criminelle venu enquêter sur le meurtre est beaucoup plus occupé à essayer d’empêcher sa maîtresse de révéler leur liaison à sa femme plutôt que de trouver le meurtrier. De son côté, Clare, la sœur de Catherine, renoue avec un ami d’enfance rencontré par hasard au détour d’une rue alors que Tommy Lee Royce reçoit la visite en prison de Frances Drummond, qui est complètement éprise de lui. On se rend compte alors rapidement que tous les personnages sont liés.

Bande annonce

On retrouve Sarah Lancashire dans le rôle de Catherine Cawood ainsi que tous les acteurs qui ont fait le succès de la saison 1. L’équipe a été rejointe par de nouveaux personnages. Les fans de Downton Abbey reconnaîtront l’acteur Kevin Doyle alors que ceux d’Harry Potter auront bien du mal à reconnaître Matthew Lewis, l’éternel Neville Londubat.

Happy Valley - Saison 2

Mon avis sur Happy Valley – Saison 2

Après avoir lu mon avis sur la saison 1 d’Happy Valley, vous savez que mes attentes étaient grandes tant j’avais adoré cette série. L’histoire était vraiment prenante et l’actrice principale, Sarah Lancashire, était juste exceptionnelle. Le duo qu’elle formait avec Siobhan Finneran, sa sœur à l’écran, relevait de l’osmose parfaite. Happy Valley m’avait littéralement retournée et chamboulée. J’ai donc retrouvé la saison 2 avec plein d’enthousiasme, d’excitation et d’appréhension.

Happy Valley - Saison 2

Dès les premières minutes, j’ai su. J’ai su que ces six épisodes n’allaient pas être suffisants pour épancher ma soif d’Happy Valley. Le générique complètement décalé était de retour tout comme le duo Catherine-Clare et leur accent du Yorkshire. Cette saison 2 nous offre encore des scènes magnifiques entre les deux actrices. La nouvelle intrigue est prenante immédiatement et on a tout de suite envie de regarder l’épisode 2 puis 3 et en un instant, on est déjà malheureusement arrivé au bout de l’aventure et on se dit que six épisodes, c’est toujours trop court ! La scénariste Sally Wainwright a réussi à intégrer tous les personnages de la première saison, même Tommy Lee Royce, qui réussit à pourrir encore la vie de Catherine Cawood depuis sa cellule. Celle-ci est d’ailleurs plus forte que jamais. Mieux vaut ne pas se trouver sur son chemin si vous avez fait quelque chose d’illégal.

Happy Valley - Saison 2

Dès le premier épisode, trois histoires semblent se mettre en place et on se rend vite compte que tout est lié. L’auteure de cette seconde saison a encore réussi à alterner des scènes très dramatiques et des moments de comédie (la scène d’ouverture entre Catherine et sa sœur donne le ton, on est immédiatement accroché et on se demande vite ce qui nous attend pour la suite !). Happy Valley a été accusée d’user trop de violence dans la première saison et elle reste présente dans cette seconde saison mais ce n’est jamais gratuit. Je pense que cela retranscrit bien la réalité dans ces bourgades du nord de l’Angleterre laissées à l’abandon. Cela participe à ancrer Happy Valley dans la triste réalité. Catherine Cawood est une policière qui donne des coups mais qui en prend aussi. Elle reste une femme forte, qui semble être indestructible malgré toutes les épreuves rencontrées sur son chemin. Elle reste la bouée de sauvetage de tellement de monde dans la série qu’il ne lui reste plus de temps pour sombrer elle-même et c’est sans doute ça qui continue à la faire avancer, quoi qu’il arrive.

Happy Valley - Saison 2

Face au nouveau succès de cette saison 2, tout le monde espère une saison 3. Catherine Cawood est un personnage tellement attachant avec ses faiblesses et sa fragilité qui la rendent tellement réelle. Et pourtant, on a envie de lui ressembler, d’avoir le courage qu’elle a pour affronter chaque jour les horreurs du monde avec tant de bravoure et d’abnégation de soi. J’espère vraiment que cette fois Sarah Lancashire sera récompensée personnellement pour son travail sur cette série, qui est juste énorme. Réponse l’année prochaine aux Baftas 2017. La première saison a été diffusée sur Canal+ (et depuis peu elle est proposée dans le catalogue français de Netflix) donc il n’y a pas de raison pour que cette saison 2 ne le soit pas. Je renouvelle un conseil pour tous ceux qui se sentent le courage de le faire : regardez la série en VO, l’accent du Yorkshire participe à l’ambiance de la série et Happy Valley ne serait juste pas la même si elle avait été tournée à Londres. Alors bon Happy Valley à tous !

Lady Dedlock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :