Philomena de Stephen Frears

4

Je vous retrouve en ce début de semaine avec une nouvelle chronique sur le film « Philomena » de Stephen Frears, une adaptation poignante et dramatique de la vie d’une femme marquée par l’enlèvement forcé de son enfant, et prête à tout pour le retrouver des années plus tard.

Philomena de Stephen Frears

Synopsis :

Philomena, une Irlandaise ayant accouché adolescente dans un couvent, n’a aucune nouvelle de son fils, adopté contre son gré. Le jour des 50 ans de la naissance de son fils, en 2002, elle en parle pour la première fois à la fille qu’elle a eue plus tard. À la suite de cela, elle part avec le journaliste, Martin Sixsmith, à la recherche de son fils.

Bande annonce :

Mon avis sur Philomena :

Lorsque le roman « Philomena » de Martin Sixsmith est sorti en 2014, j’ai très vite voulu l’acheter. Mais au fur et à mesure des mois et des nouvelles sorties, le livre a rejoint ma Wish-List et quand j’ai appris qu’il avait déjà été adapté au cinéma en 2013, et par Mr Stephen Frears, en plus, qui est un réalisateur que j’aime bien, j’ai plutôt choisi le film. Alors entre sa sortie et le 22 décembre dernier, il y a eu pas mal de temps qui s’est écoulé, mais Julia Pan pourra témoigner, j’ai toujours un temps de décalage avant de regarder les films. Par un pur hasard (et grâce à Monsieur qui paie Canal+), je suis tombée un dimanche matin devant à la télé … et je n’ai pas pu décrocher de l’écran avant le générique de fin.

Philomena, c’est l’histoire poignante d’une femme qui le jour de ses 50 ans prend la décision de partir à la recherche de son fils Anthony, qu’on lui a arraché à l’âge de 3 ans. A la fois jeune mère et adolescente, Philomena Lee passe sa jeunesse dans le couvent de Roscrea, en Irlande. Un soir, lors d’une fête, elle tombe amoureuse d’un garçon et après avoir passé la nuit avec lui, se retrouve enceinte. Menant une vie difficile au sein du couvent, les seuls moments de réconfort et de bonheur pour la jeune adolescente sont ceux qu’elle passe avec son fils. Mais au bout de 3 ans, Philomena voit sa vie basculer lorsqu’on lui arrache son fils pour le faire adopter par un couple d’Américains. La jeune mère n’a d’autre choix que de renoncer à ses droits parentaux et de continuer sa vie sans son enfant.

Philomena

Martin Smith, conseiller au gouvernement de Tony Blair, perd son emploi et accepte de travailler pour un journal en tant que journaliste. Lorsque la fille de Philomena le contacte pour lui raconter l’histoire qu’a vécue sa mère et son désir de retrouver son enfant, Martin voit avant tout l’opportunité d’écrire un bon article. Le journaliste accepte donc d’aider Philomena et ils partent ensemble sur les traces d’Anthony. Leur voyage qui débute aux Etats-Unis s’annonce compliqué ! Martin et Philomena sont deux personnalités différentes, élevés dans des milieux opposés, avec une vision de la vie et des valeurs bien distinctes, en particulier concernant la religion. Ils vont donc devoir apprendre à se connaître et mettre de côté leurs différences pour se lancer pleinement dans leur enquête, ou plutôt dans une véritable aventure humaine.

Philomena
Autant vous l’avouer tout de suite, « Philomena » est un film qui m’a énormément touchée. Le sujet abordé dans ce film, à savoir les adoptions d’enfants de « fille-mère », est quelque chose dont j’avais déjà entendu parler, mais je ne m’étais pas intéressée plus que ça au sujet. Et pourtant, ce qui s’est passé dans les couvents à cette époque est impensable. Stephen Frears a réussi à rendre un sujet difficile et qui n’est plus d’actualité à la portée de tous, mais surtout de manière très humaine.

Je pense honnêtement que la réussite du film est en grande partie dûe à Judi Dench, qui joue le rôle de Philomena et qui est tout simplement époustouflante dans ce film. Je l’avais beaucoup aimée dans « Indian Palace », mais c’est vraiment dans ce registre que je la trouve la meilleure. Tout au long du film, Judi Dench arrive à nous retransmettre tous les sentiments que ressent Philomena : l’excitation, le chagrin, la frustration, l’incompréhension, la peine… Mais ce qui surprend le plus, c’est le calme et la patience avec lesquels Philomena vit les choses. Même si on s’attend à ce qu’elle soit révoltée et en colère, et elle aurait toutes les raisons de l’être (moi en tout cas je l’ai été par procuration), le film nous montre en réalité la sagesse avec laquelle Philomena vit les choses, et c’est d’une certaine façon une bonne leçon de vie.

Philomena - Judi Dench
A noter que Steve Coogan est également très bon dans le rôle de Martin Sixsmith. Son rôle d’homme très terre à terre et colérique permet de compenser avec le calme de Philomena et j’avoue que cela fait du bien. En particulier lorsqu’il décide d’affronter la sœur dirigeante du couvent, qui n’exprime aucun regret quant à avoir « donné » l’enfant de Philomena à ce couple, et qui affirme même que c’est une punition méritée dûe au péché qu’elle a commis en passant la fameuse nuit avec le garçon.
Petite information, d’ailleurs : le film a reçu de nombreuses récompenses, a été nommé dans 4 catégories aux Oscars, dont celle de meilleure actrice pour Judi Dench, ou encore celle du meilleur film.

Je ne l’ai pas précisé au début de mon article, mais le livre « Philomena », tout comme le livre qui est une adaptation de ce dernier, est une histoire vraie, ce qui rend l’histoire d’autant plus touchante et émouvante. Philomena Lee a contacté Martin Sixsmith en 2004 pour obtenir son aide, qu’il relatera plus tard sous forme de livre. Ce livre qui est un témoignage d’un moment de la vie de Philomena Lee, et d’une manière plus large, un témoin d’une période peu valorisante mais surtout peu connue de ce qui a pu se passer dans les couvents irlandais des années 50. Philomena Lee a fait preuve de beaucoup de courage pour oser raconter un moment difficile et intime de son histoire.

Philomena Lee

Pour conclure,

Vous l’aurez sans doute compris, ce film est l’un des films à voir absolument, surtout si comme moi, vous ne connaissiez pas vraiment le sujet. Ce film éprouvant, gênant mais surtout attendrissant et très émouvant a réussi à me toucher. Je ne pouvais m’attendre qu’à un film réussi de la part de Stephen Frears qui m’a rarement déçue lors des adaptations cinématographiques de romans. Je mets une mention spéciale à Judi Dench qui m’a vraiment épatée dans le rôle de Philomena. Grâce au film, j’ai toujours autant envie de me procurer le livre, qui selon les divers avis, est beaucoup plus approfondi et plus détaillé que le film.

Aurore Mushi

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

4 commentaires

  1. J’ai énormément aimé ce film, hyper émouvant mais aussi drôle ! C’est effectivement la confrontation entre le personnage de Dench et celui de Coogan (tous les deux excellents) qui est intéressante et qui permet de poser les bonnes questions. J’aimerais beaucoup lire le bouquin !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :