Crimson Peak de Guillermo Del Toro

7

Aujourd’hui, nous allons parler cinéma avec un film qui me tentait beaucoup mais que j’ai tardé à voir : Crimson Peak. Je voue un culte à Guillermo Del Toro depuis que j’ai vu Don’t be afraid of the dark, où il n’est certes pas réalisateur mais scénariste, mais j’ai trouvé que l’esthétique et l’histoire étaient absolument géniaux pour un film d’horreur. J’avais décidé d’aller voir Crimson Peak au cinéma mais finalement, j’ai fini par atterrir devant The visit. Mais ça y est, je l’ai vu et je peux enfin vous donner mon avis.

Crimson Peak de Guillermo Del Toro

Synopsis :

Au début du siècle dernier, Edith Cushing, une jeune romancière en herbe, vit avec son père Carter Cushing à Buffalo, dans l’État de New York. La jeune femme est hantée, au sens propre, par la mort de sa mère. Elle possède le don de communiquer avec les âmes des défunts et reçoit un étrange message de l’au-delà : « Prends garde à Crimson Peak ». Une marginale dans la bonne société de la ville de par sa fâcheuse « imagination », Edith est tiraillée entre deux prétendants : son ami d’enfance, le docteur Alan McMichael, et Sir Thomas Sharpe.

Bande annonce :

Mon avis sur Crimson Peak :

Comme je vous le disais dans l’introduction, je devais normalement aller voir Crimson Peak au cinéma avec ma mère. Je lui avais demandé ce qu’elle préférait voir entre celui-ci et The visit. Au début, elle était super emballée par la bande annonce et moi aussi je dois dire, mais elle a finalement opté pour l’autre film parce qu’elle trouvait que la bande annonce dévoilait trop de choses pour Crimson Peak. Finalement elle n’avait pas tout à fait tort mais je dois dire que je suis complètement tombée en amour pour ce film.

J’ai découvert la plume de Guillermo Del Toro, avec Don’t be afraid of the dark, un film d’horreur qui pourrait facilement passer pour une histoire des frères Grimm. Même si ce n’est pas lui qui réalise le film, je trouve qu’on a quand même un peu de lui dans la réalisation. J’avais vraiment beaucoup apprécié ce genre qui change des films fantastiques – horrifiques que j’ai l’habitude de voir.

J’ai fini par voir ce film en VO et je dois dire qu’encore une fois, ça apporte beaucoup de charme à l’histoire. En effet, le film se situe en 1887, Edith est une jeune femme qui rêve de devenir romancière et qui ne s’intéresse guère au mariage et aux hommes en particulier. Sauf que le jour où elle fait la rencontre de Thomas Sharpe, elle tombe immédiatement amoureuse de lui et part s’installer dans la demeure de Crimson Peak.

Crimson Peak de Guillermo Del Toro

Pour tout vous avouer, non ce n’est pas l’histoire du siècle, oui c’est prévisible et oui la bande annonce en montre beaucoup et vous pouvez même deviner une partie de la fin en la regardant. Mais je dois dire que j’ai vraiment aimé ce film. D’abord, je pense que ce qui m’a le plus plu, ce sont les décors et l’ambiance générale. J’aime les films d’horreur, c’est un fait, mais je suis particulièrement friande de ceux qui traitent d’esprits et en particulier quand c’est dans une grande demeure (oui parce que difficile de faire peur à quelqu’un dans un studio). Visuellement c’est sublime, c’est effrayant mais vraiment beau à voir. Ensuite, je dois dire que j’ai adoré le casting que pourtant je ne connais pas si bien que ça. Il y a d’abord Mia Wasikowska que je ne connaissais que pour son rôle dans Alice au pays des Merveilles, qui ne m’avait pas transcendée mais qui là se trouve être parfaite dans ce rôle de fille un peu ingénue et nunuche. Mon gros coup de cœur va quand même à Jessica Chastain et surtout Tom Hiddleston qui sont absolument géniaux et que je découvre dans ce genre de film. Tom Hiddleston n’a pas une beauté qui saute aux yeux je trouve mais il possède un charme incroyable, ce qui le rend énigmatique à l’image de son personnage. Je découvre aussi Charlie Hunnam, qui joue un gentilhomme propre sur lui, ce qui le change de son rôle de biker dans Sons of Anarchy.

Crimson Peak de Guillermo Del Toro

Alors bien sûr, il y a des choses qui m’ont fait sourire et elles sont en grande partie liées au personnage d‘Edith. Bon déjà, la fille féministe et anti mariage qui se marie en deux temps trois mouvements, ça me faisait lever les yeux au ciel mais alors quand elle arrive dans une maison avec un trou au plafond au fin fond d’une cambrousse coupée du monde et qu’elle ne se pose aucune question, ça a vraiment commencé à m’agacer. Mais je dois dire que ma plus grosse déception, c’est la fin. En voyant la bande annonce, je m’étais imaginé une fin de fou et peut-être très improbable mais là, pour le coup, je dois dire que j’ai vraiment été déçue. Alors soyons clairs, le twist m’a plu mais c’est la toute fin et la façon dont elle est traitée que j’ai trouvée franchement ridicule et très rapide.

Crimson Peak de Guillermo Del Toro

Pour conclure, je dirais que j’ai vraiment aimé ce film mais qu’il ne faut pas en avoir de grosses attentes. J’ai passé un bon moment parce que visuellement c’est magnifique et que le frisson et l’histoire sont là et que le casting est parfait. Bien que la fin m’ait un peu gâché mon plaisir, je le recommande pour ceux qui ont envie de se plonger dans un film d’horreur poétique avec un fort style anglais.

Julia Pan

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

J’ai longtemps espéré que Peter Pan vienne me chercher et m’amène au pays imaginaire pour y vivre pleins d’aventures mais à 25 ans je me suis fait une raison. Afin de pouvoir quand même vivre mille vies, je me suis réfugié dans la lecture, les films et les séries.

7 commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec ta critique ! J’ai beaucoup aimé Crimson Peak pour sa beauté esthétique (notamment l’alternance entre les couleurs chaudes au début puis les couleurs froides / effrayantes une fois arrivée au château) et son ambiance gothique. Mais c’est vrai que la fin est très prévisible et qu’il n’y a pas franchement de coup de théâtre.

    Et comme toi, j’ai trouvé qu’Edith manquait d’esprit critique. Ce n’est quand même pas banal de se marier avec un homme qui disparaît de la chambre toutes les nuits, qui a une soeur bizarrement jalouse et qui vit dans « une maison avec un trou au plafond », pour reprendre ta formulation ! A sa place, n’importe qui aurait eu des soupçons dès le début. Mais pour Edith, non, tout est normal ! Ce serait bien d’avoir, pour une fois, un film d’horreur avec une héroïne qui ne soit pas totalement cruche.

  2. Je me permets de commenter sur le fait qu’Edith n’émet pas d’objection à se retrouver dans une maison avec un trou au plafond.

    /////

    !! ATTENTION, SPOILERS !!

    /////

    – C’est un film avec des fantômes, créatures qui, jusqu’à preuve du contraire, n’existent que dans l’imagination des gens, mais vous êtes perturbés par un trou au plafond x) ?
    – Plus sérieusement, je pense qu’à partir du moment où elle a su que la maison s’appelait Crimson Peak, elle n’a plus eu l’intention de partir (si tant est qu’elle l’ait eue), quelles que soient les conditions de vie, préférant trouver les réponses à ses questions (à commence par « D’où le fantôme de ma mère aux USA connaît-il Crimson Peak en Angleterre ?! »). Je crois aussi que ça montre bien d’une part la curiosité qui est chez elle plus forte que la peur, d’autre part la confiance qu’elle place dans ‘ses’ fantômes, enfin la fascination qu’exercent le frère et la sœur sur elle, au-delà de l’amour qu’elle porte à Thomas.

    Bref, j’ai bien aimé ce film même si j’ai passé la moitié de la projection cachée derrière mon écharpe (rempart imparable face aux fantômes bavants et hurlants…) 😀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :