Coup de coeur : J’étais là de Gayle Forman

16

Aujourd’hui, je voudrais vous faire partager un livre coup de cœur : J’étais là de Gayle Forman. J’ai découvert ce livre grâce à ma copinaute Evey et je ne m’en remets toujours pas. Poignant, bouleversant, dérangeant, addictif, je n’ai pas assez d’adjectif pour vous décrire ce livre que vous devez absolument lire !

j'étais là

Synopsis

Après le suicide de sa meilleure amie Meg, Cody est sous le choc. Elle était là. Même si Meg et elle s’étaient éloignées depuis quelque temps, elle avait toujours été là pour son amie. Comment avait-elle pu ne pas s’apercevoir que Meg allait si mal ? Pourquoi Meg ne lui avait-elle rien dit ? Quand elle se rend à Seattle à la fac de Meg pour récupérer les affaires de Meg, Cody découvre qu’il y a beaucoup de choses d’elle qu’elle ignorait. Beaucoup de choses qu’elle aurait aimé savoir. Au sujet de ses colocataires, par exemple, le genre de filles que Cody ne rencontrerait certainement pas dans sa petite ville paumée dans l’état de Washington. Ou encore de Ben McAllister, le garçon à la guitare et au sourire narquois qui a brisé le cœur de Meg. Mais surtout, Cody trouve un fichier informatique crypté qui transforme toutes ses certitudes au sujet de la mort de Meg en insupportables questions…

Mon avis sur J’étais là

Si je n’avais pas lu l’article d’Evey, je pense que je ne me serais jamais intéressée à ce livre. Si Gayle Forman est un gage de qualité pour certains lecteurs, pour moi c’est un peu le contraire. Je n’ai jamais lu ce livre de cette auteure mais j’ai vu l’adaptation cinématographique de Si je reste. Et je n’ai pas du tout été séduite, loin de là. Du coup, je me suis fait des aprioris sur l’auteure et je ne me suis pas intéressée à ses romans. Mais J’étais là a un sujet qui me touche tout particulièrement et Evey m’a vraiment donné envie de le lire. Et il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis car Gayle Forman m’a complètement conquise !

J’étais là raconte l’histoire de Cody et Meg, deux meilleures amies, inséparables depuis l’enfance, qui partagent tout et qui n’ont aucun secret l’une pour l’autre. Enfin, ça c’est que croyait Cody car quand Meg se suicide dans un motel sordide c’est l’incompréhension. Meg avait tout pour être heureuse, elle était belle, intelligente, avait obtenu une bourse pour intégrer une prestigieuse université à Seattle, sortait beaucoup avec ses nouveaux amis. Comment Cody a pu ne pas voir que sa meilleure amie allait si mal qu’elle en est venue au suicide ? Comment a-t-elle pu passer à côté d’une chose aussi importante ? A-t-elle loupé des signes évidant que sa moitié n’allait pas bien ? Voilà toutes les questions que Cody se pose et dont elle espère trouver les réponses en allant récupérer les affaires de Meg à Seattle.

Le printemps ne devrait pas éclore. Quelque part au fond de moi, je pensais qu’il resterait hiver, cette année.

Cody va rencontrer les nouvelles personnes qui ont partagé les derniers jours de Meg. Ses colocataires qui ont vécu avec elle, les personnes qu’elle côtoyait au quotidien, les personnes avec qui elle sortait et surtout Ben, son dernier (et seul) petit ami. Cody va chercher des réponses à toutes ces questions qui l’empêchent de dormir et de reprendre une vie normale. Est-ce qu’une histoire d’amour qui a mal tourné aurait pu pousser son amie à avaler du poison ? En fouillant dans l’ordinateur de Meg, en fouillant dans sa vie, elle va s’apercevoir qu’elle ne connaissait rien de la vie à Seattle de sa meilleure amie, qu’elle ignorait beaucoup de chose et surtout que Meg a peut-être été aidé dans son suicide …

J’étais là est un livre qui va au-delà du coup de cœur, il m’a complètement renversé, chamboulé, retourné, enfin vous avez compris. J’ai refermé la dernière page et il m’a fallu plusieurs minutes pour reprendre mes esprits. Je ne sais pas si un livre m’a déjà fait cet effet mais j’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre. Encore aujourd’hui, plusieurs jours après avoir terminé ma lecture, j’y pense encore beaucoup. Le suicide, le mal être, est un sujet qui me touche tout particulièrement et j’ai vraiment été retournée par ce livre mais aussi révoltée.

Tes marraines-fées t’ont refilé un tas de cailloux, tu les as lavés et tu t’es fabriqué un collier. Meg, elle, a reçu des bijoux et elle s’est pendue avec.

Attention ne pas lire ce qui suit si vous ne voulez pas en apprendre trop sur J’étais là. J’ai été vraiment révoltée car Gayle Forman nous informe qu’il existe réellement sur internet des groupes de soutien au suicide. Qu’une personne envisage le suicide et même qu’elle passe à l’acte n’est pas la question, chacun est libre de ses choix et je ne suis personne pour juger. Mais que des personnes crées des groupes sur internet pour encourager le suicide, ça c’est révoltant. Les personnes qui vont mal ont parfois juste besoin d’être écouté, aidé, et non d’être encouragé à choisir le suicide comme solution. Pousser des personnes, jeunes et moins jeunes, au suicide, les enfoncer dans leur dépression, leur déconseiller de se faire aider est tout simplement inacceptable. Je ne veux pas trop en parler pour ne pas vous gâcher votre lecture mais ce roman m’a révolté dans le sens où il est inspiré de faits réels déjà et que quand on est concerné par le sujet, il est très difficile de rester objective face à ces personnes qui se sentent fortes en enfonçant les autres.

Je crois que je pourrais vous parler de ce livre pendant des heures et des heures tellement je l’ai aimé. D’ailleurs, j’ai mis beaucoup de temps à écrire ma chronique parce que je ne savais pas comment la structurer. Pour conclure, je ne pourrais que vous encourager à acheter ce roman, J’étais là est un immense coup de cœur et me réconcilie avec Gayle Forman. Vous devez lire ce roman, vraiment, cela est tellement rare de trouver un livre qui peut vous toucher à ce point… Et venez en parler ici après et me dire si vous aussi, vous avez été bouleversé par l’histoire de Meg et Cody.

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

16 commentaires

  1. Wow ! quelle chronique ! Effectivement, c’est un sujet grave et choquant ! Je le rajoute de suite ! Il y a aussi « Les coeurs fêlés » du même auteur qui se trouve dans ma wish list !

  2. Kikou,
    hum ce que tu dis à la fin de ton article ne m’a pas choqué moi.
    j’avais vu y’a quelques années de ca, le mouvement Pro-ana sur les blogs, etc… du coup, j’me doute que si le pro ana était présent, il doit bien exister d’autres trucs de malades sur le net.
    Moi ca m’a surtout fait réfléchir sur le : pourquoi ils font ca.. est-ce juste pour aider les gens, pour que ca s’passe au mieux, pour l’entourage… ou juste parce qu’ils sont dérangé.
    ca me fait réfléchir depuis dimanche, et là je suis en train de lire un autre livre, sur un sujet d’actualité, j’ai vraiment beaucoup de mal à le lire, et en mêem temps ca me rappelle J’étais là, ce que Gayle Forman explique entre les lignes : ils ne poussent pas, mais se servent de paroles pour pousser les gens qui ont déjà un problème à la base…

    j’sais pas.. tout ca franchement ca pousse au débat… moi aussi j’pourrais en parler des heures !!!

    • J’ai du me retenir de ne pas écrire une chronique de 100 000 mots tellement j’étais inspirée ! On peut aider les gens qui vont mal sans les conforter dans l’idée que le suicide est la meilleure solution. J’ai vraiment du mal à comprendre ces gens même si je suis très ouverte. Mais comme tu dis, c’est un sujet qui pousse au débat.
      Quel est le livre que tu lis actuellement ?

      • je lis Fatwa et carricatures de je ne sais plus qui.. je l’ai reçu avec l’opération Masse Critique de Babelio. Je ne pensais pas du tout que l’auteur allait tourner le sujet dans ce sens… c’est comme dans J’étais là.
        L’auteur prend des textes pour les tourner à sa façon, et c’est pour moi une sorte de manipulation malsaine… je compte faire une chronique détaillée pour démontrer que dans les 2 sens on nous manipule… ca m’exaspère de voir qu’on peut tous être manipulé un jour ou l’autre sans s’en rendre compte.. juste avec des mots, des phrases, des bouts de citations…
        bref…
        pour en revenir à aider ceux qui vont mal.. c’est sur qu’on peut aider de plein de façon. et j’vais surement pas prendre la défense de ces gens là.. Ca ne s’excuse pas mais ca s’explique : dans leurs têtes de malades mentaux, ils pensent qu’ils aident l’entourage peut-être.. genre s’ils aident ceux qui décident de se suicider a bien s’organiser, ca enlève de la culpabilité aux personnes qui restent..
        Enfin, on voit dans le livre que non, mais ca doit en enlever un peu , peut-être…
        c’est comme le truc des pro ana sur le net.. difficile d’arreter leurs trucs, ils y croient fermement.. ce sont eux qu’il faut aider aussi, qui ont des problème mentaux certainement…

  3. Pingback: J’étais là : un coup de cœur des lecteurs ! Lecture Academy

  4. Pingback: Tag – Je suis une fangirl ! ⋆ Smells like rock

  5. Pingback: Harry Potter Tag ! ⋆ Smells like rock

  6. Si tu cherche des romans young adults traitant de sujets grave: »Le faire ou mourir », de Claire-Lise Marguier est à lire absolument. Un coup de poing dans le ventre, je suis encore retournée !

  7. Pingback: Les Coeurs fêlés de Gayle Forman ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :