Chronique cinéma : The green inferno

0

Aujourd’hui, on parle cinéma avec le dernier film d’Eli Roth, The green inferno. Une plongée en plein coeur de la forêt amazonienne, à la rencontre d’une tribu cannibale. Article à ne pas lire en mangeant ! Vous êtes prévenu…

The green inferno d'Eli Roth

Synopsis

Un groupe d’activistes new-yorkais se rend en Amazonie et tombe entre les mains d’une tribu particulièrement hostile.

Bande annonce

Mon avis sur The green inferno

Pour tout vous avouer, je ne suis pas une grande fan d’Eli Roth à la base (papa des films Hostel entre autres). Je trouve qu’il est très bon sur la forme mais beaucoup moins sur le fond. Comme je l’ai déjà lu je ne sais plus où sur internet, Eli Roth est un très bon réalisateur mais un très mauvais conteur. Mais vous commencez à me connaitre, je suis persévérante et curieuse alors quand son nouveau film à bien voulu montrer le bout de son nez en France, j’ai sauté sur l’occasion de le regarder.

L’histoire annonçait un très bon début : une bande d’étudiants écolo se regroupent dans leur fac pour manifester contre un peu tout et n’importe quoi. Mais un jour, ils ont une idée pour médiatiser leur combat et faire connaitre leur association. Ils décident de se rendre en Amazonie pour manifester contre une grande entreprise péruvienne qui a entreprit de raser une partie de la forêt et donc de réduire en miette le village d’une tribu indigène. La manifestation se passe bien, les étudiants s’enchaînent aux arbres, crient leurs slogans, filment toute l’action et rediffusent le tout sur internet. Sauf que manque de chance, au retour, l’avion se crash.

The green inferno d'Eli Roth

Notre petite bande de jeunes écolo se retrouvent donc en plein milieu de la forêt amazonienne. Alors que les survivants sont contents d’avoir survécu à l’accident, ils vont baisser leur garde et hop ! Ni une, ni deux, ils vont se faire capturer par une tribu qui n’a pas l’air des plus accueillante. Et effectivement, ils vont vite regretter de ne pas être mort dans le crash de l’avion… Cannibalisme, torture, ces indigènes ne nous donne pas envie d’aller passer quelques jours de vacances dans leur village !

Alors forcément, en regardant The green inferno, on ne peut pas s’empêcher de penser au célèbre film Cannibal Holocaust. Eli Roth n’a rien inventé mais apporte sa petite touche de modernité. Fidèle à sa réputation, The green inferno est gore, il y a du sang partout, des têtes éclatés, des membres coupés, des scènes malsaines et tout, et tout. Âme sensible s’abstenir bien entendu ! Et évitez de manger en regardant ce film, on ne sait jamais comment pourrait réagir votre estomac.

The green inferno d'Eli Roth

Ce qui m’a le plus dérangé dans The green inferno, c’est vraiment le fond. Le scénario est basique de chez basique, on devine tout à l’avance, certaines scènes frisent même le ridicule. J’ai trouvé le film très long à commencer et l’histoire ne m’a pas plus fasciné que ça (et pourtant j’étais pleine de bonne volonté). Je pense qu’Eli Roth a attaché beaucoup trop d’importance à la forme et que du coup, le fond est passé en seconde position.

Pour conclure, est ce que vous devez regarder ce film ? Je dirais que oui si vous êtes fan du style Eli Roth ou si vous avez envie de regarder un film bien gore avec du sang partout. Si comme moi, vous attachez plus d’importance au scénario qu’à l’esthétisme, vous serez déçu… Avec The green inferno, Eli Roth nous fait découvrir les superbes paysages d’Amazonie mais malheureusement, c’est définitif, je n’irai jamais là bas. Pas à cause des tribus cannibales mais à cause des montreuses araignées que l’on voit tout le long du film ! Les cannibales ? Même pas peur ! Pas contre les araignées…

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :