U4, Jules : le phénomène de la rentrée littéraire

10

Aujourd’hui, je vais vous parler littérature avec le phénomène de la rentrée littéraire : U4. Vous avez peut-être entendu parler de cette saga très originale publiée aux éditions Nathan, pour les autres je vais tout vous expliquer sur ces mystérieux livres qui vont envahir vos librairies. Je vais également vous présenter le tome Jules, que j’ai eu la chance de lire avant sa sortie prévue le 27 août !

U4 jules

Synopsis

Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. Les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l’épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu’il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu’il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.

Mon avis sur U4 : Jules

Si vous suivez un peu l’actualité littéraire que ce soit sur les blogs ou sur les réseaux sociaux, vous avez sans doute déjà dû entendre parler d’U4. Cela fait plusieurs mois que ce fameux code revient un peu partout et surtout sur les pages d’auteurs que je suis comme Florence Hinckel ou Vincent Villeminot (que je vénère tout particulièrement). Et puis un jour, les éditions Nathan ont révélé ce que cachait cet acronyme. U4 c’est en fait 4 livres écrits par 4 auteurs différents mais qui racontent tous la même histoire. Vous ne comprenez rien à ce que je raconte ? C’est normal, je vais tenter de mieux vous expliquer.

U4 est un virus mortel qui a détruit plus de 90 % de la population mondiale. Encore une histoire d’un gentil laboratoire qui a laissé échapper un gentil virus qui détruit tout sur son passage, comme dans un autre roman dont je vous ai parlé récemment, Inhuman. Donc ce virus ressemble un peu au virus de Resident Evil. Si vous l’attrapez, vous commencez à avoir de la fièvre, à être paralysé, puis à vous vider de votre sang par tous les pores de votre peau. Après, vous ne vous transformez pas en zombie, non, vous mourez et vous restez mort. Ce virus est en train de tuer tout le monde sauf les adolescents qui résistent étrangement à l’épidémie. Pourquoi ce virus n’est pas capable de tuer les ados ? C’est un des mystères de ce roman et non, ce n’est pas leurs acnés qui les protègent !

La population de Paris a été presque complètement décimée, il n’y a plus d’électricité, plus internet, des cadavres jonchent les rues et une odeur de putréfaction à envahis la ville. C’est dans cette scène digne de l’apocalypse qu’un message d’espoir va naître sur un forum réservé à WOT, un MMORPG semblable à Warcraft.  Les experts du jeu vidéo sont invités à se retrouver sous la plus vieille horloge de Paris afin de remonter le temps et d’empêcher le virus U4 de se propager. Ces experts comptent notamment parmi eux Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane. 4 experts, 4 histoires qui se croisent et s’entrecroisent et que vous pouvez toute découvrir dans un tome différent. J’espère que maintenant le concept d’U4 est plus clair pour vous… Sinon n’hésitez pas à m’envoyer une réclamation via un commentaire sous cet article.

Grâce aux éditions Nathan, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir le tome consacré à Jules, écrit par Carole Trébor. Bon, je dois avouer que si j’avais eu le choix, je n’aurai pas choisi ce tome mais je suis toujours curieuse de découvrir de nouveaux auteurs alors je me suis très vite intéressée à ce roman surtout que l’histoire m’attirait tout particulièrement. Malheureusement, je ressors assez mitigée de ce tome… Pas à cause de l’histoire mais à cause du style de l’auteure. Mais je vais tout vous expliquer en détail.

Jules est un adolescent qu’on pourrait qualifier de geek. Depuis qu’il a découvert WOT, il sort moins avec ses amis, passe son temps devant son ordinateur et ne jure plus que par ce jeu vidéo. Quand l’épidémie commence, il a juste le temps de voir le message sur le forum de WOT avant de se retrouver tout seul dans son appartement. Il sait que ses parents partis en voyage ne rentreront jamais et son frère, accro à la drogue ne s’occupera pas de lui. C’est comme cela qu’il va organiser sa survie dans la capitale française en attendant le 24 décembre, jour de la rencontre avec les experts WOT. Mais Jules ne restera pas seul très longtemps, il va tout d’abord trouver Alicia, une petite fille qui se prend pour Dora l’exploratrice et dont il va s’occuper comme si elle était sa petite sœur, puis il va retrouver plusieurs de ses amis qui ont formé une véritable communauté. En attendant de pouvoir remonter dans le temps, Jules va devoir affronter de  nombreuses épreuves comme la prise de la ville par l’armée, la formation de gang d’adolescents aux quatre coins de Paris, la guerre civile qui se débuter dans les rues parisiennes, sans parler de la faim, de la peur de vivre dans ce nouveau monde…

Concernant l’histoire de base, je n’ai pas du tout été déçue ! J’ai adoré le concept de virus qui tue tout le monde, ce Paris apocalyptique, le concept des experts WOT et le fait de mêler jeux vidéo et horreur. D’ailleurs, l’ambiance m’a beaucoup fait penser à celle de Réseau(x). Mais je ressors tout de même mitigée de ce tome à cause de l’auteure, Carole Trébor. Comme je vous l’avais précisé en début d’article, je ne connaissais pas du tout cette auteure ni son style d’écriture, ce roman a donc été une totale découverte. Et malheureusement, je n’ai pas du tout accroché à son style… Je ne pourrais pas vous dire avec précision ce qui m’a déplu, c’est juste un sentiment général, je ne me suis pas sentie concernée par ce roman. J’ai eu par exemple du mal avec les surnoms des personnages, qui était tellement enfantin que j’ai l’impression que ce livre était destiné à un public très jeune. D’ailleurs, l’auteure essaye d’aborder des sujets très grave comme la mort, l’addiction à la drogue, l’abus de confiance, mais tout est survolé. L’auteure n’ose pas approfondir, ne va pas au bout des choses donc le roman est malheureusement très superficiel. Je n’ai ressentie aucune émotion lors de la mort d’un personnage par exemple alors que d’habitude, je peux vider une boite entière de Kleenex !

Pour conclure ce très long article, je dirai que l’idée de base d’U4 est très bonne mais que malheureusement, je n’ai pas accroché au style de Carole Trébor. Après, ce n’est que mon opinion ! Les goûts et les couleurs, vous savez… Par contre, comme j’ai vraiment adoré le concept de base et il y a de grande chance pour que je m’intéresse aux autres tomes et notamment à celui concernant Stéphane et Koridwen !

Smells like rock

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

10 commentaires

  1. Je n’en ai pas entendu parler mais ton article donne vraiment envie!! Je regarderai dans ma librairie dès la fin du mois.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :