Chronique cinéma : Imitation game

3

La semaine dernière, j’étais enchantée de voir qu’un cinéma près de chez moi diffusait encore le film de Morten Tyldum : Imitation Game. Je voulais le voir depuis l’annonce de sa sortie, mais je n’en avais pas eu l’occasion jusqu’à présent. Donc un mercredi soir habituel, sans rien de bien intéressant à la télévision, j’ai décidé de prendre mon Homme sous le bras et d’aller le voir. Alors est-ce que ce film a été à la hauteur de mes espérances ?

Imitation Game - affiche

Synopsis

1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.

Bande-annonce

Mon avis

J’ai toujours été emballée par les films qui concernent la Seconde Guerre Mondiale, et quand j’ai su qu’un film allait sortir sur Alan Turing, l’inventeur de la machine qui a réussi à décrypter Enigma j’étais aux anges. J’ai toujours été attirée par les maths (je les entends d’ici vos « Ah dégueu, des maths, pouiii »), la mécanique et la logique (non je ne suis pas une extraterrestre), j’espérais de tout coeur que Imitation Game n’allait pas me décevoir…et ce n’a pas été le cas, loin de là.

Tout d’abord, nous allons refaire un petit point sur le synopsis du film (attention, attention, cette séquence va comporter un cours d’histoire, pour les personnes sensibles à toute forme d’école ou de leçons, veuillez s’il vous plait passer directement au paragraphe suivant). Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands se servaient de la machine Enigma pour crypter des messages qui permettaient de donner des instructions militaires. Les anglais, persuadés que ces messages pouvaient leur être d’une grande aide pour gagner la guerre, se mirent en tête de trouver un moyen de les décrypter. Alan Turing (Benedict Cumberbatch), mathématicien et cryptologue de renom est engagé par le gouvernement anglais afin de mener à bien cette mission. Pour ce faire, il est accompagné, entre autre de Hugh Alexander (Matthew Goode) et de Joan Clarke (Keira Knightley) qu’il a recruté personnellement.

Imitation Game

Le narrateur d’Imitation Game est le personnage principal, Alan Turing qui se voit obliger de raconter son histoire lors d’un interrogatoire suite à un vol dans sa propre maison. Ce film est donc raconté en flash-back, un style que j’adore. Outre sa vie lors de la Seconde Guerre Mondiale, on retrouve également un Alan Turing collégien afin de comprendre correctement son histoire. En effet, le point le plus intéressant de ce film n’est pas la recherche du décryptage de la machine Enigma mais la vie privée d’Alan, qui fut pour le moins mouvementée (je ne peux pas vous en dire plus, ceux qui ne connaissent pas le personnage et qui veulent voir le film risque de m’en vouloir).

Côté acteur, Benedict Cumberbatch est juste parfait dans le rôle d’un mathématicien de génie, insociable et vaniteux. Alan Turing est un personnage torturé qui ne rentre pas dans les moules créés par la société, il est surtout très têtu et a du mal à prendre en considération l’aide que les autres pourraient lui fournir. Je ne connaissais pas cet acteur jusqu’à présent et je trouve que c’est une très belle découverte. Le personnage de Joan Clarke, une jeune femme avec une capacité de réflexion incroyable qui peine à trouver sa place dans un milieu très masculin, est tenu par Keira Knightley. Il faut avouer que cette actrice à la capacité de pouvoir jouer dans n’importe quelle sorte de film et ça fonctionne à tous les coups, c’est un peu un caméléon du cinéma. Par contre, sa performance, bien que très bien réalisée ne m’a pas plus convaincue que ça (je ne suis une cinéphile blasée, je sais).

Imitation Game

Côté décor, les rappels de scènes de guerre sont très bien réalisés et fonctionnent parfaitement dans la mécanique du film. Cela permet de rappeler que le chrono tourne et que chaque minute perdue, c’est une vie qui est perdue. Le film aurait très bien pu être réalisé sans ces scènes de guerre, mais cela aurait enlevé beaucoup de réalisme sur l’ambiance qui régnait à ce moment-là.

Les problématiques évoquées dans le film sont abordées d’une manière terriblement juste que j’ai adorée, avec autant honnêteté que de sinisme. Dans ce film, on passe par tous les états possibles : joie, peur, tristesse, compassion…

En conclusion, je vous mentirais si je vous disais j’ai aimé ce film, je l’ai adoré. C’est mon gros coup de coeur de cette année 2015 dans la même lignée qu’American Sniper. Il est juste parfait et il aborde des sujets de sociétés qui nous touchent malheureusement encore aujourd’hui. Je vous encourage de tout mon être (je ne fais qu’1m60 les bras levés, mais quand même) à aller le voir, vous ne serez absolument pas déçu et ça permet de se refaire un petit cours d’histoire plus que plaisant.

Jone

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

3 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :