Chronique cinéma : American Sniper

9

Aujourd’hui (ou plutôt il y a une semaine, je suis grave à la bourre sur cette chronique), je suis allée voir American Sniper de Clint Eastwood. Ce film a été nominé 11 fois et a reçu l’oscar du meilleur montage sonore. Est ce que ce nouveau Clint Eastwood tient aussi bien ses promesses, comme tout le monde semble le penser ?

American sniper - Affiche2

Synopsis

Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle (Bradley Cooper) est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s’imposant ainsi comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! ». Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Bande annonce

Mon avis

Débat houleux mercredi soir dernier entre l’Homme et moi : American Sniper ou Cinquante nuances de Grey ? On a tranché pour la première proposition et je n’ai pas regretté d’avoir cédé, loin de là.

Chris Kyle (Bradley Cooper, pour mon plus grand plaisir !!!) est un jeune cowboy aussi amoureux de sa famille que de sa patrie. Comme son père lui répète régulièrement : « Dans la vie, il y a trois types d’hommes : les moutons (les harcelés), les loups (les harceleurs) et les chiens de bergers (les défenseurs). » Chris fait partie des chiens de bergers et il veut à tout prix servir son pays, il rentre alors dans l’équipe des tireurs d’élite : la SEAL. Il devient malgré lui le meilleur de sa catégorie ce qui lui fait mériter le surnom de « Légende ». Bien qu’heureux de retrouver sa femme (Sienna Miller) entre chaque mission, il n’arrive pas à se changer les idées et développe une sorte de dépendance à la guerre. Sa femme ne le reconnais plus et des difficultés dans le couple se font ressentir.

American sniper

Quand j’ai lu le synopsis, je n’étais pas vraiment emballée… Le film est tiré d’une histoire vraie et du coup je connaissais déjà la fin, ce qui m’embêtait un peu. Mais comme le rôle principal est tenu par Bradley Cooper, forcément ça rend tout de suite le visionnage plus intéressant.

Côté acteur, il faut dire qu’outre son physique très avantageux (certaines de vous dirons qu’il est un peu rondouillet dans ce film mais je trouve qu’il a la carrure d’un protecteur, juste comme il faut), Bradley Cooper a su trouver un jeu juste et authentique qui colle parfaitement au personnage. Chris Kyle est un homme très torturé limite dépressif, ce rôle aurait très bien pu tomber dans le pathos, mais c’est loin d’être le cas. De son côté, Sienna Miller joue à merveille la femme qui attend encore et toujours le retour de son mari parti à la guerre. Au passage, je donne un très gros coup de coeur pour la scène de leur rencontre.

Côté décor et mise en scène, l’horreur de la guerre se fait particulièrement ressentir : l’attente de l’ennemi jusqu’aux premiers combattants tués. D’ailleurs, Clint Eastwood a vraiment réussi à nous faire éprouver la pauvreté, la peur et de le désespoir de ces habitants irakiens qui continuent de lutter. Par contre, je trouve ça intolérable que le film ne soit pas au moins interdit au moins de 10 ans, car certaines scènes sont plus que limites… Mais ceci est un autre débat.

Je noterai tout de même un petit bémol pour la longueur du film, je trouve qu’il y a une mission de trop, mais ce n’est que mon avis. Par contre, je souligne l’intelligence de la fin qui est simple et efficace et qui m’a permis d’avoir ce petit pincement au coeur que j’aime tant.

En conclusion, ce nouveau Clint Eastwood est du pur génie. Je vous encourage vivement à aller voir American Sniper. Je n’en pense que du bien et surtout jusqu’à maintenant j’en ai vraiment entendu que du bien. Et si la problématique se pose : American Sniper ou Cinquante nuances de Grey ? Choisissez sérieusement la première proposition, vous rentabiliserez mieux le prix du ticket de cinéma.

Jone

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

9 commentaires

  1. J’en avais pas entendu vraiment parlé (juste les affiches), mais ça me tente vraiment ! et 50 nuances, honnêtement ça sera en téléchargement, le ciné coûte trop cher de toute manière 😉

  2. Je suis globalement d’accord avec toi!
    En voyant le début du film, j’ai cru que Cooper allait jouer un gros boeuf et pas du tout !

    Ensuite, il n’est pas accro à la guerre (enfin si mais pas que), en fait il a vécu un traumatisme donc il « se croit » encore au combat, c’est courant chez les soldats.
    J’avoue que j’ai adoré la scène de rencontre avec Sienna Miller !

    Et je pense également que ce film est un grand Clint Eastwood!

  3. Pingback: Chronique cinéma : Imitation game ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :