Chronique cinéma : Whiplash

7

Cette semaine, je suis allée voir le film Whiplash réalisé par Damien Chazelle qui a reçu pas moins de 4 prix et de 11 nominations, notamment par le Festival du Cinéma de Deauville. Dès que j’ai vu la bande-annonce de ce film, j’avais très hâte de le voir, en effet ma première passion dans la vie est la musique et plus particulièrement la batterie. Alors qu’est ce que j’ai pensé de ce film largement primé ?

Chronique cinéma : Whiplash

Synopsis

Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence…

Bande-annonce

Mon avis sur Whiplash

La batterie est ma passion depuis plus de 15 ans maintenant, j’attendais sérieusement ce film au tournant car je ne voyais pas comment réaliser un film dont le principal sujet est celui-ci sans que cela soit monotone. Mais là où je me suis trompée c’est que la batterie n’est pas du tout le sujet principal…

Andrew (Miles Teller, que l’on a déjà rencontré en méchant dans le film Divergente) est un jeune batteur qui veut percer dans le milieu du Jazz. Il intègre alors le conservatoire de Manhattan, un jour il se fait réperer par Terence Fletcher (J. K. Simmons) qui dirige l’un des meilleurs orchestres de Jazz de la ville. Une relation sado-masochiste va alors s’installer entre les deux hommes : Terence poussant Andrew à son maximum et Andrew acceptant cette pression psychologique.

Quand je dis « sado-masochisme » je ne pense pas « Cinquante nuances de Grey » loin de là, mais plutôt drame psychologique, car ce film en est un. Bien qu’axé essentiellement sur la batterie, la relation entre les deux hommes est l’enjeu principal de ce film, on s’en fiche presque qu’Andrew réussisse dans le milieu ou pas, ce que l’on veut savoir c’est lequel des deux craquera le premier.

Chronique cinéma : Whiplash

Andrew est un acharné, il s’entraine à en pisser le sang (et oui pour les grands sceptiques d’entre vous qui ont vu le film, quand on s’entraine beaucoup à la batterie, les mains ne sont pas très jolies à voir, mes mains sont pleines de cornes, c’est ultra sexy, hum hum…). D’ailleurs je trouve dommage que le réalisateur ait autant mis l’accent sur cet entrainement, la musique est un plaisir pour n’importe quel musicien, cela permet de se « détendre » et ce n’est plus du tout le cas pour Andrew. Il veut impressionner Terence quelque soit la manière et Terence quant à lui recherche coûte que coûte à trouver le nouveau grand musicien de demain.

Sans talent, tu feras du rock !

L’histoire est ultra prenante du début à la fin et les scènes les plus angoissantes sont accompagnées d’un rythme qu’on appelle le « double swing » à la cymbale qui permet d’accentuer le suspense. Le talent des acteurs est indéniable, J. K. Simmons et Miles Teller sont parfaits dans leur rôle respectif. Je tiens à saluer le jeu de batterie de Miles Teller qui est juste incroyable, je sais que cet acteur est batteur à la base (j’ai fait mes recherches) mais là le niveau est tel qu’il a vraiment du s’entraîner beaucoup pour ce film et sa prestation de fin est époustouflante.

En conclusion, ce film est vraiment à voir, que vous soyez musicien ou non, c’est un très bon moment de cinéma qui a marqué cette fin d’année 2014. Je regrette toutefois que le personnage d’Andrew prenne si peu de plaisir à jouer. Autre bémol, mais c’est juste un détail : ses baguettes sont toujours nickel j’aimerais bien savoir comment il fait, les miennes sont bonnes à mettre au feu au bout d’un mois.

Jone

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

7 commentaires

  1. Pingback: Ciné club #25 ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :