Chronique cinéma : Hatchi

10

Aujourd’hui je vais vous parler d’Hatchi de Lasse Hallstrom qui était pour moi jusqu’ici, un plaisir coupable. Mais hier soir, Arte a eu la brillante idée de passer ce film et du coup par la même occasion de me rendre compte qu’il s’agit avant tout de parler de loyauté.

Hatchi

Synopsis

Pour Parker, professeur de musique à l’université, l’arrivée du chien Hatchi dans la famille fut un heureux événement. L’animal prit sa place auprès de chacun, mais c’est avec Parker qu’il passait le plus de temps. Chaque matin, le chien accompagnait son maître à la gare où il prenait son train, et chaque soir, l’animal venait l’y attendre. Cet attendrissant rituel rythmait la vie de tous ceux qui en étaient témoins… jusqu’au jour tragique où Parker ne revint pas. Hatchi continua à l’attendre. Il l’attendit chaque jour, jusqu’à la fin. À force de fidélité et de patience, l’animal devint non seulement une légende, mais il bouleversa tous ceux qui connurent son histoire.

Bande annonce

Mon avis sur Hatchi

J’ai toujours été très attachée aux animaux et du coup touchée par les films parlants d’eux. S’il y a bien une chose qui me fait pleurer, c’est bien un film traitant d’une histoire avec des animaux. J’adore les films d’horreur mais je déteste quand il y a des animaux parce que je sais très bien qu’ils meurent en premier et en général, je ne peux pas voir ça. Les films sur la maltraitance, impossible pour moi surtout quand je sais qu’en réalité l’animal a vraiment été maltraité (De l’eau pour les éléphants, Le hobbit 1, …). Bref, vous l’aurez compris je suis très sensible à cela alors que je ne pleure que très rarement devant un film. Mais là avec Hatchi je vous assure que c’est tout bonnement impossible de rester insensible …

Un jour en rentrant de son travail, Parker trouve un chiot à la gare. Ne pouvant se résoudre à le laisser là, il décide de le ramener chez lui et cela malgré les réticences de sa femme. Ce qui devait être une adoption temporaire devient une grande histoire entre Parker et Hatchi. Un rituel se met en place entre eux, Hatchi l’accompagne toujours à la gare le matin et vient le chercher le soir. Jusqu’au jour où Parker décède … Malgré cela Hatchi continuera à venir à la gare, attendant toujours son retour …

Il faut d’abord savoir que cette histoire est vraie. Hatchi a réellement existé sauf que cela c’est déroulé au Japon à la gare de Shibuya. Et ce qui peut être pour nous qu’une histoire émouvante, est pour eux une véritable légende. Pour preuve, le corps du chien a été empaillé et mis dans un musée (pas la partie que je préfère …) mais surtout une statue lui a été dédiée à la gare, à la place où il attendait son maître. Celle-ci a été fondue durant la seconde guerre mondiale pour récupérer le métal mais elle a été reconstruite et est un point de rendez vous pour les amoureux pour se jurer fidélité. Elle fait également l’objet d’une cérémonie d’hommage tous les ans en avril.

Bien qu’au Japon, Hatchi soit une véritable légende et un symbole, chez nous cette histoire est totalement inconnue. D’ailleurs avant que mon frère m’offre le dvd, je n’en avais jamais entendu parler. Et pour cause, le film est sortie directement en DVD aux Etats-Unis mais a réalisé un score incroyable et a connu son meilleur score au Japon. Et puis je l’ai regardé et là … BIM BAM BOUM.

Ce film est un véritable bijou où il n’est pas seulement question d’un chien. On y parle de loyauté, de famille, de drame … Hatchi est un lien entre tous les membres de la famille. Il permet de réfléchir sur soi et sur les personnes qui nous entoure. Lasse Hallstrom (Le chocolat, Une vie inachevée, Gilbert Grape) est un réalisateur que j’aime beaucoup, j’ai aimé tous les films que j’ai vus de lui et plusieurs font partie de mon top 10 de mes films préférés.

Le film est réalisé de façon très intelligente mêlant la vision du chien à la vision de l’homme. Le spectateur n’est pas extérieur à l’histoire mais complètement pris dedans que ce soit en étant dans la famille ou toutes ces personnes qui ont assisté à l’histoire entre Parker et Hatchi. Les images sont magnifiques notamment le passage où les années défilent.

Et bien sur il faut parler des acteurs… Ce que j’aime particulièrement dans ce film, c’est le lien entre Richard Gere et chaque chien qui ont joué Hatchi. J’adore quant on sent qu’un acteur a pris un réel plaisir à jouer dans un film. C’est d’ailleurs l’acteur qui a parlé de l’histoire d’Hachiko au réalisateur. Je tiens à souligner Joan Allen qui joue la femme de Parker et qui est le personnage qui me touche le plus. D’abord réticente au chien, on se rend assez vite compte qu’elle est celle qui a le plus de points communs avec lui. Bon et puis je dois avouer que les trois chiens utilisés pour jouer Hatchi, ont admirablement été dressés surtout qu’il faut savoir qu’un Atika est une race de chien particulière, sa capacité de raisonnement est supérieur à celle des autres chiens. Ils ont la particularité d’aimer ou non une personne et ne se laissent pas amadouer par les friandises, ce qui renforce je trouve la justesse du lien entre le chien et Richard Gere.

Je regrette seulement une chose. J’aurais aimé que l’histoire se passe au Japon parce que j’aime que les histoires vraies se déroulent dans le vrai contexte de l’histoire. Je comprends toutefois le choix du réalisateur puisqu’un premier film a été fait sur Hachiko : Hachiko Monogatari de Seijiro Koyama. J’avais essayé de le voir mais j’ai entendu parler de la fin qui ne me satisfait pas du tout notamment en lien avec la musique choisie.

D’ailleurs, je tiens à souligner le travail de Jan A.P Kaczmarek qui est, je pense le responsable de ma crise de larmes pendant le film. Les musiques interprètent complètement les émotions et sont indispensables au film. Elles sont tellement puissantes que quand j’en entend une en particulier (celle de la fin du film), je ne peux m’empêcher d’avoir la larmichette facile.

Pour conclure, je laisserai la parole a Richard Gere qui a dit :  « Cette histoire (…) recèle quelque chose d’extrêmement symbolique et mystérieux. Elle nous touche au cœur. Cette loyauté si absolue, cette certitude de savoir qu’il y aura toujours quelqu’un pour vous attendre… C’est très puissant et très profond, et cela résonne forcément en chacun de nous ».  

Julia Pan

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

J’ai longtemps espéré que Peter Pan vienne me chercher et m’amène au pays imaginaire pour y vivre pleins d’aventures mais à 25 ans je me suis fait une raison. Afin de pouvoir quand même vivre mille vies, je me suis réfugié dans la lecture, les films et les séries.

10 commentaires

  1. J’adore ce film, très prenant comme tu le dis! Une magnifique histoire en tout cas, d’autant plus touchante qu’elle est basée sur des faits réels.

  2. bonsoir ,
    je suis une fan de Richar Gere depuis la première heure
    j’ai été très touchée par ce superbe film
    si j’avais su que Arte le diffusait ,je l’aurai revu avec grand plaisir
    un bijou

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :