Chronique cinéma : La French

2

Depuis quelques temps (enfin depuis la sortie du film) l’Homme me tannait pour aller voir le dernier film de Cédric Jimenez : La French, hier soir j’ai fini par céder. C’est vrai que je n’ai pas non plus freiné des quatre fers, le casting est loin d’être médiocre : Jean Dujardin et Gilles Lellouche, et en général c’est plutôt gage de bon film. Alors qu’est-ce que j’ai pensé de ce duel au sommet ?

128118.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Synopsis

Marseille. 1975. Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec femme et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Il décide de s’attaquer à la French Connection, organisation mafieuse qui exporte l’héroïne dans le monde entier. N’écoutant aucune mise en garde, le juge Michel part seul en croisade contre Gaëtan Zampa, figure emblématique du milieu et parrain intouchable. Mais il va rapidement comprendre que, pour obtenir des résultats, il doit changer ses méthodes.

Bande-annonce

Mon avis

Bien que le film ne me tentait pas plus que ça (je ne suis pas trop film de mafieux), j’étais plutôt contente de retrouver un duo d’acteurs français que j’apprécie beaucoup et qui fonctionne très bien ensemble : Gilles Lellouche et Jean Dujardin. L’histoire se déroule à Marseille, milieu des années 70 au moment où l’héroïne fait des ravages autant en France qu’aux Etats-Unis. L’or blanc est géré par une bande Mafieux : La French Connection dirigée par Zampa (Gilles Lellouche). Le juge Pierre Michel (Jean Dujardin) est depuis peu promu en tant que juge du grand banditisme et on lui confie l’enquête sur La French Connection.

L’histoire est vraiment très prenante, Pierre Michel fait tout pour inculper Zampa même si il doit utiliser des méthodes pas très légales. La French Connection devient une obsession jusqu’à mettre en danger son couple et surtout sa vie. Quant à Zamba, il fait évidemment tout pour mettre des bâtons dans les roues au juge. Le duel entre les deux acteurs est très intéressant, les deux personnages sont semblables malgré le fait qu’ils servent des causes différentes. Ils ont notamment un point commun : l’addiction, l’argent pour l’un et la justice pour l’autre. Sachant que l’héroïne est le point central de l’intrigue, ce parallèle est très bien pensé.

la-french-dujardin-lellouche-720x300

Le jeu des deux acteurs est remarquable, j’aime beaucoup Jean Dujardin dans des rôles sombres plus que dans des comédies d’ailleurs où je le trouve moins sincère. Gilles Lellouche est parfait dans le rôle de mafieux, anxieux de voir sa tête tomber. Mais ce qui est le plus impressionnant, c’est que si on échangeait les acteurs entre les deux rôles, le film fonctionnerait aussi bien. Ils ont cette polyvalence que l’on retrouve chez peu très d’acteurs français.

De plus, le réalisateur Cédric Jimenez réussi à nous plonger dans une ambiance très seventies baignée par le soleil de Marseille où la tension mise en place par la French est palpable. Les musiques qui ont été choisies pour le film sont parfaites et cela m’a permis de redécouvrir des titres oubliés depuis quelques années. D’ailleurs vous trouverez ci-dessous la liste Spotify des musiques utilisées dans le film :

Cependant, le film est un poil trop long, je trouve qu’il y a une course poursuite entre les deux personnages de trop, il aurait mérité d’être un peu raccourci. De plus, la corruption au sein des services de police et du gouvernement n’est pas assez mise en avant à mon goût.

En conclusion, j’étais très réticente à l’entrée et finalement très enjouée à la sortie. Le film inspiré librement de fait réel retrace correctement la vie à Marseille quand la French Connection détenait la ville. Le film est juste et les acteurs sont parfaits. Je vous recommande de sortir votre petit nez dehors et de filer au cinéma, en plus l’Homme a beaucoup aimé (c’est gage de qualité, il est très difficile !).

 

Jone

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :