24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi

2

Aujourd’hui je vais vous parler d’un film (24 jours) mais aussi d’un livre qui m’a particulièrement touché. L’affaire Ilan Halimi, on en a pas mal entendu parler et à juste titre. Cette histoire m’avait vraiment bouleversée alors quand j’ai su que la mère d’Ilan avait écrit un livre, j’ai de suite voulu l’acheter pour en savoir plus. En revanche, j’hésitais un peu plus à voir le film sachant qu’il serait dur à regarder… Dans cet article, je vais raconter l’affaire dans sa totalité alors si certains ne savent pas ce qui c’est passé et désire voir le film, je vous conseille de ne pas lire cette chronique.

24 jours, la vérité sur l'affaire Ilan Halimi

Synopsis

Le 20 janvier 2006, après le dîner de chabbat, Ilan décide, contre l’avis de sa mère, de sortir faire la fête. En partant, il embrasse sa mère pour la réconforter. Ruth Halimi ne reverra jamais son fils…

Bande annonce

Mon avis sur 24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi

Avant de parler du film, je pense qu’il faut d’abord parler du livre. En 2009, Ruth Halimi (la mère d’Ilan) et Emilie Frèche ont écrit un livre ensemble retraçant l’histoire de cette affaire. Cette histoire m’avait énormément marqué, par le caractère horrible mais aussi par ce lien avec l’antisémitisme. Sachant que le livre était écrit notamment par la mère d’Ilan, j’ai voulu en savoir plus. Le livre est vraiment dur à lire puisqu’il retrace jour pour jour ce qu’il c’est passé et en particulier sur la captivité d’Ilan. Je savais que celle-ci avait été particulièrement abominable mais pas au point d’en avoir les détails … Voila chose faite avec le livre et savoir que c’est sa mère qui le raconte rend la lecture encore plus difficile.

Je savais qu’un film avait été tourné puisque j’ai acheté le livre à peu près à la même période. Toutefois, après ma lecture éprouvante je n’avais pas particulièrement envie de voir les images de cette affaire. Mais sachant qu’il s’agit avant tout et malheureusement d’un travail de mémoire je me suis lancée.

Ainsi, le 20 janvier 2006, Ilan Halimi est enlevé par un gang qui réclame 450 000 euros à ses parents qui pourtant ont des revenus modestes. S’ensuivent trois semaines de calvaire pour Ilan et sa famille. Le gang ne cesse de jouer au chat et à la souris avec la police et persécute Ilan ainsi que ses parents et ses proches en les appelant parfois près de 600 fois en quatre jours. L’affaire piétine, les ravisseurs deviennent de plus en plus nerveux, demandent moins d’argent, promènent le père d’Ilan et surtout ne supporte plus la présence du jeune homme. Il sera retrouvé agonisant le 13 février 2006 avec des brulures sur plus de 80% du corps, des coups de cuter sous la gorge et autres atrocités.

Le but n’est pas tellement de juger la qualité du film car c’est tout bonnement impossible de vous dire s’il y a des défauts. En toute sincérité le début est plutôt calme et puis on est happé par cette affaire même si on en connait l’histoire et surtout la fin. Le but de ce film est avant tout de faire un travail de mémoire pour le grand public mais aussi de dire la vérité sur cette histoire. Les acteurs sont tous époustouflants de vérité à commencer par Zabou Breitman et Pascal Elbé. On arrive très bien à se mettre à la place des ces parents qui sont tiraillés entre le désir de retrouver leur fils au plus vite en cédant aux ravisseurs et le devoir de suivre ce que leur dit la police. On notera aussi la performance de Jacques Gamblin et Sylvie Testu qui sont énervants au possible. Parce que oui dans cette affaire, la police a été par certaines personnes mise en cause dans leur façon d’agir notamment à cause du choix de mettre fin à la négociation avec les ravisseurs.

Je suis sincèrement soulagée que le réalisateur ai décidé de garder une certaine pudeur concernant les sévices faits à Ilan. Dans le livre rien ne nous est épargné et cela avait été très dur à lire, j’avais peur qu’il en soit de même dans le film. Or on voit très peu la captivité d’Ilan afin de mettre l’accent sur ses parents. Cela est totalement justifié et n’enlève en rien à la difficulté de voir comment c’est déroulé sa captivité.

Quand je dis que ce film sert dans un premier temps de travail de mémoire, c’est bien sur en rapport avec l’antisémitisme. En effet, Ilan a été enlevé parce qu’il était juif et que pour les ravisseurs, les Juifs ont de l’argent… Est-ce qu’il était question de la bêtise humaine ? Oui, très certainement mais le racisme vient de la bêtise humaine alors qualifier ce crime d’antisémite était légitime. Hors la justice a mis du temps à l’admettre, ce qui comme le disait sa mère avait pour fait de « tuer une deuxième fois Ilan ». Savoir que ce genre de préjugé puisse encore exister en 2006 est effrayant et c’est en cela que ce film est utile, pour ne pas oublier.

Pour conclure je dirais que ce film est à voir parce qu’il est important de comprendre et de ne pas oublier …

 

 Julia Pan

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

J’ai longtemps espéré que Peter Pan vienne me chercher et m’amène au pays imaginaire pour y vivre pleins d’aventures mais à 25 ans je me suis fait une raison. Afin de pouvoir quand même vivre mille vies, je me suis réfugié dans la lecture, les films et les séries.

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :