Chronique cinéma : Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache

3

Aujourd’hui je vais vous parler d’un film qui était très attendu. A juste titre d’ailleurs puisqu’il s’agit du nouveau bébé des réalisateurs d’Intouchables, Samba. Toutefois, je n’étais que moyennement partante pour aller le voir et cela pour deux raisons : Charlotte Gainsbourg et Izia Higelin. Mais ma mère m’ayant gracieusement offert la séance, je suis donc allée le voir.

Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache

Sypnosis

Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d’obtenir ses papiers, alors qu’elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu’au jour où leurs destins se croisent… Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d’imagination qu’eux ?

Bande annonce

Mon avis sur Samba

Je dois tout d’abord dire que j’aime énormément ces deux réalisateurs mais pas grâce à Intouchables. En effet, le premier film que j’ai découvert d’eux était « Nos jours heureux », qui traite des colonies de vacances et que tout bon animateur se doit d’avoir vu. J’ai depuis une profonde affection pour eux, j’attendais donc leur prochain film avec impatience. Et bien sûr, leur talent a été confirmé grâce à Intouchables, qui a permis de découvrir un Omar Sy acteur, et quel acteur !

Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache

Malgré cela, je ne pensais pas aller voir Samba au cinéma. Pas à cause de sa thématique loin de là. Parce qu’on a dans ce film un sujet très actuel, qui permettra je l’espère d’ouvrir les yeux pour certains. J’ai d’ailleurs acheté et lu le livre « Samba pour la France » de Delphine Coulin dont le film est tiré. Le problème pour moi vient de son actrice principale, Charlotte Gainsbourg. Je ne dis pas qu’elle n’a pas de talent, loin de là, mais il y a des acteurs auxquels on n’accroche pas. Il y a aussi Izia Higelin (fille de Jacques Higelin) qui est une très bonne chanteuse et musicienne mais j’adhère beaucoup moins à son jeu d’actrice.

Donc j’y suis allé un peu à reculons … et là … surprise j’ai aimé !

Tout d’abord, il est bien évident que le talent combiné des réalisateurs et d’Omar Sy fait qu’on retrouve le charme qu’il y avait dans Intouchables. On a dans ce film un Omar Sy touchant, combatif, en colère mais aussi romantique et ça c’est une grande première pour moi de le voir dans ce registre. Il incarne parfaitement Samba avec ses doutes et ses peurs mais aussi avec une envie de se battre et de vivre plutôt que de survivre.

J’ai aimé voir l’envers du décor concernant les sans-papiers. C’est quelque chose que l’on ne voit qu’assez rarement ou en tout cas pas dans un film comme celui-là. Là où Toledano et Nakache sont vraiment bons, c’est pour prendre un sujet difficile et relativement tabou et de le rendre accessible à tous en donnant un effet détendu et humoristique sur un fond de drame.

Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache

Quant aux deux autres actrices, il se trouve qu’elles ont exactement le rôle qui colle à l’image que j’avais d’elles. Charlotte Gainsbourg incarne une femme au bord de la crise de nerfs, réservée et solitaire. Izia Higelin, quant à elle, joue une bénévole d’une association d’aide aux sans-papiers, révoltée, un brin décalée et survoltée. Du coup, cela fonctionne et fait que l’on s’attache à tous les personnages. Petite mention spéciale pour Tahar Rahim qui est pour moi LA révélation du cinéma français et qui incarne à merveille la touche de folie dans le film.

 Il y a toutefois un petit défaut à ce film, à savoir ses longueurs notamment en ce qui concerne la relation entre Samba et Alice qui est beaucoup exploitée, de façon certes subtile mais sans jamais aller au fond des choses et au final tout est très vite bâclé à la fin. Je regrette un peu cela et j’aurais préféré que l’accent soit mis surtout sur la situation de Samba et sur les autres personnages comme celui de Tahar Rahim.

Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache

Pour conclure, je dirais que Toledano et Nakache signent ici un film poignant et juste. On découvre le quotidien des sans-papiers, ce qui permettra surement à certains de revoir leurs jugements. Le tout est magistralement joué et filmé notamment avec un Omar Sy toujours aussi touchant. Je suis également ravi de retrouver le compositeur  Ludovico Einaudi qui était déjà présent sur Intouchables. Sa musique sait parfaitement soulever l’intensité du film.

Pour ceux qui auraient envie de lire le livre, tout d’abord je vous le conseille, toutefois l’histoire est assez différentes du film. Cela permet de voir un autre aspect de la vie de Samba est de souligner des personnages qui sont très secondaires dans le film.

Julia Pan

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

J’ai longtemps espéré que Peter Pan vienne me chercher et m’amène au pays imaginaire pour y vivre pleins d’aventures mais à 25 ans je me suis fait une raison. Afin de pouvoir quand même vivre mille vies, je me suis réfugié dans la lecture, les films et les séries.

3 commentaires

  1. Je vous le conseille vraiment ! Il n’aura pas je pense le même succés qu’intouchables mais on passe vraiment un bon moment 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :