Chronique cinéma : Horns

11

Aujourd’hui, on parle cinéma avec une adaptation qui a fait couler beaucoup d’encre : Horns de Alexandre Aja. Ce film est adapté d’un roman du même nom écrit par Joe Hill. Pour ceux qui suivent ce blog, j’ai parlé de ce fameux Joe Hill pas plus tard qu’hier dans ma chronique de la BD « Locke and Key » pour laquelle il a écrit le scénario ! Quand un maître de l’horreur décide de porter à l’écran une histoire du fils de Stephen King, on aime ou pas ?

horns

 

Synopsis

Merrin Williams a été tuée dans des circonstances aussi atroces qu’inexplicables. Ignatius Martin Perrish, l’homme qu’elle aimait, est le seul suspect. Au premier anniversaire du meurtre, il passe la nuit à boire au point de perdre conscience de ce qu’il fait… Le lendemain matin, il se réveille avec une terrible gueule de bois et… une paire de cornes qui lui sort des tempes. Il se découvre rapidement doté d’un nouveau pouvoir. Même s’il ne comprend pas ce qui lui arrive, il compte bien utiliser son macabre don pour retrouver le monstre qui a tué Merrin et par là même, détruit sa vie. Si la prière et la bonté ne l’ont mené nulle part, il est temps de prendre sa revanche et de donner sa chance au diable…

Bande annonce

Mon avis

Dès que les premières rumeurs sont sorties à propos de ce film, j’ai eu envie de le voir. Pourquoi ? Tout d’abord car il est tiré d’un roman de Joe Hill, qui est le fils prodige de Stephen King. Bon, je n’ai pas lu le roman mais le nom de l’auteur est un peu un gage de qualité. J’étais déjà à peu près sur que l’histoire allait être intéressante et surtout tenir la route. Ensuite, le réalisateur, Alexandre Aja est quelqu’un que je suis depuis quelques années. Il a entre autre réalisé Maniac, La colline à des yeux, Haute tension,…. Le réalisateur n’en ai pas à son premier film et fait généralement du bon travail (nous passerons sous silence Piranha 3D, tout le monde fait des erreurs dans la vie).

Mais revenons en à Horns. L’histoire est celle de Ignatius Martin Perrish, un jeune homme accusé du meurtre de sa petite amie, Merrin Williams. Un meurtre barbare qui va lui attiré les foudres de toute la ville mais aussi de la presse qui fait de lui L’ennemi public n°1. Iggy veut prouver à tout le monde qu’il est innocent mais les circonstances font de lui le coupable idéal. Alors qu’il est libéré sous caution jusqu’au procès, Iggy bois pour oublier ses malheurs, il bois encore et encore jusqu’à perdre connaissance. Mais il n’est pas si facile de se débarrasser de ses problèmes, c’est ce qu’Iggy va comprendre quand il va découvrir que des cornes ont poussé sur sa tête pendant la nuit.

Déjà qu’Iggy était dans une mauvaise posture, avoir des cornes sur la tête ne va pas arranger ses affaires ! Pire, les cornes semblent avoir des effets bizarres chez les autres. Elles font ressortir tout ce qu’il y a de mauvais en vous, vous font dire les pires choses qui nous passe par la tête et libèrent nos démons. Iggy va se servir de sa nouvelle arme pour faire parler les gens de sa petite ville afin de découvrir le meurtrier de Merrin. Ils va apprendre beaucoup de choses sur le meurtre mais également sur lui, des choses qu’il aurait sans doute préféré ignorer.

Je vais commencer par les points positifs du film. La première partie de l’histoire est plutôt pas mal. Le petit ami accusé du meurtre à tord du meurtre sanglant de sa petite amie, c’est un peu du vu et revu mais on fait l’impasse puisque l’intrigue évolue avec l’arrivé des cornes. C’est le moment du film que j’ai préféré, lorsqu’Iggy se sert de ses cornes pour faire parler les gens autours de lui. Ces passages sont très drôles et bien amenés. Si tout le film avait été dans ce genre-là, je l’aurais adoré ! Autre point positif, les acteurs. Daniel Radcliffe nous fait définitivement oublier Harry Potter et nous prouve qu’il est un vrai acteur avec beaucoup de talent. Bon, je mets juste un bémol pour sa voix française qui n’a pas changé depuis le premier volet de Harry Potter et qui gâche un peu tout le film. Juno Temple est également magnifique dans ce film mais je ne suis peut être pas objective car j’adore cette actrice que vous avez pu voir dans Magic Magic, Lovelace ou encore Maléfique.

Je vais maintenant attaquer les points négatifs. La fin du film est vraiment horrible (j’essai de rester polie pour ne pas choquer mes plus jeunes lecteurs). Le niveau du film était plutôt pas mal jusqu’à cette fin qui gâche tout ! J’ai envie de dire, Pourquoi ? Pourquoi avoir gâcher ce film avec une fin digne d’une série B ? Pourquoi avoir intégré des éléments religieux qui viennent pourrir l’histoire principale ? Pourquoi avoir choisi une fin aussi merdique pour Merrine ? Je ne comprends pas… On essaye de jouer sur tellement de tableaux que ce film devient du grand n’importe quoi sur la fin. C’est vraiment dommage parce que c’était bien partie pourtant ! Deuxième point négatif, le meurtrier de Merrine. J’avais deviné qui étais le meurtrier au bout de quinze minutes de film. J’aurai vraiment voulu être surprise par la fin, mais non.

Pour conclure, je ne comprends pas pourquoi toutes les critiques ont salué ce film et l’on élevé au rang de chef d’oeuvre…. Si la première partie du film est très bien, la deuxième gâche toute l’histoire et classe ce film dans ma catégorie « déception ». Dommage !

You think you know someone. But mostly you just know what you want to know

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

11 commentaires

  1. Bon je viens enfin de le voir, et je suis souvent raccord avec tes avis, mais cette fois-ci je dois dire que j’ai plutôt apprécié ce film. Sans être un chef d’oeuvre j’ai passé un bon moment. Bon ok la fin n’était vraiment pas nécessaire, et je crois que c’est la seule partie qui m’a déçue. Sinon je me suis laissée embarqué et c’était sympa. Un bon divertissement, qui change.

  2. Pingback: Ciné Club #38 : Les animaux fantastiques, Swiss Army Man et Don't breathe ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :