Chronique cinéma : Catacombes

5

Aujourd’hui, je vous parle cinéma avec le film d’horreur « Catacombes » de John Erick Dowdle sortie au cinéma le 20 août 2014. J’ai été voir ce film avec lapin (enfin j’ai traîné lapin au cinéma) vendredi dernier et je vous fais seulement sa critique aujourd’hui…. Je vous fais mes plus plates excuses mais j’ai eu une semaine de folie et je n’ai pas eu le temps de venir sur le blog ni de vous faire de chroniques. Vous me pardonnez, hein ? Allez soyez sympa… J’organise un beau concours pour me faire pardonner !

catacombes

 Synopsis

Un réseau de sous terrains complexe et inextricable émaille sur des kilomètres le sous-sol de Paris: Les catacombes, la dernière demeure d’innombrables âmes. Lorsqu’une équipe d’explorateurs s’aventure au cœur d’une partie inconnue de ce labyrinthe d’ossements, ils percent avec effroi le secret de la véritable vocation de cette cité des morts. CATACOMBES est un voyage au cœur de la folie et de la terreur, qui extirpe des tréfonds de l’âme humaine nos démons les plus intimes, afin qu’ils reviennent nous hanter tous

Bande annonce

Mon avis

Je suis une grande fan de film d’horreur, ce n’est pas un secret. Catacombes ne m’aurait pas forcément attiré au cinéma avec juste sa bande annonce que je ne trouvais pas exceptionnelle mais j’en ai tellement entendu parler sur Facebook que j’ai finis par me dire que je passais peut être à côté de quelque chose. Pourtant ma maman m’avait dit de ne jamais croire ce que je lis sur Facebook et elle avait raison (normal c’est une maman et une maman a toujours raison).

Le film commence en nous présentant Scarlet Marlowe, une sorte d’archéologue qui est en voyage en Irak. On comprend qu’elle n’a pas forcément le droit d’être là mais que des souterrains sur le point d’être détruit ont une grande importance pour elle. Elle est en effet à la recherche de la pierre de rosette permettant de trouver la pierre philosophale (que tous ceux qui ont pensé à Harry Potter lève la main !). Sa quête va la mener à Paris, dans les catacombes plus précisément, où elle va devoir s’aventurer dans des tunnels jamais explorés pour atteindre son objectif. Mais peut être que ces tunnels n’ont jamais été explorés pour une bonne raison…

Dans ce film ce qui m’a le plus gêné c’est l’accumulation de tout et n’importe quoi. L’histoire part d’abord sur une quête archéologique plutôt sympa. Si le film avait continué sur cette voix, j’aurais surement beaucoup plus apprécié. Mais on ajoute à ça, la pierre philosophale qui dans l’idée permet de devenir immortel et de guérir toutes les blessures (enfin dans le film). Cette pierre apporte un côté fantastique à l’histoire genre bonjour je mets un peu de pierre dans ton bras et tout guéri comme par magie. Et vers la fin du film c’est la fête du slip du n’importe quoi ! On nous met du fantôme, des esprits, des gens bizarres qui finalement ne servent à rien parce qu’ils ne servent à rien. On nous sert tout ce qui se fait dans les films d’horreur pour faire « peur » aux spectateurs. Mais au final, à part quelques scare jump qu’on voit arriver à trois kilomètre, ce film ne m’a pas du tout fait peut et malgré avoir été à la séance de 22h, j’ai très bien dormis.

En plus, on continue dans les critiques, mais le film est entièrement filmé en caméra subjective c’est-à-dire que nous sommes censé voir ce que film les personnages filment avec des petites caméras embarquées sur leurs casques. Ça bouge tout le temps, ça tangue, ça tourne, bref moi ça me donne envie de vomir ! Je trouve ce procédé juste insupportable et c’est d’ailleurs pour ça que je n’aime pas du tout les films dans le genre de REC. Le seul point positif que je peux trouver à ce film est l’univers qui est tout de même bien prenant et qui donnera quelques sueurs froides aux claustrophobes. Le fait d’être coincé dans des catacombes est originale et pas mal angoissant.

Côté acteur, rien de bien particulier. On retrouve Ben Feldman habitué des films d’horreur comme Vendredi 13 et Cloverfield, Perdita Weeks dont le visage me parlait car elle joue dans la série Lost in Austen et Edwin Hodge que vous avez pu voir dans American Nightmare et Tous les garçons aiment Mandy Lane.

Pour conclure, un film d’horreur qui n’a rien d’innovant et qui ne vous fera pas frissonner si vous êtes un habitué du genre. Vous pouvez y aller tranquille et même acheter du pop-corn, faites juste attention aux quelques jump scare qui pourrait vous attirer les foudres de vos voisins !

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

5 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :