Nos étoiles contraires : une bonne adaptation ?

9

Aujourd’hui, on parle cinéma avec le film événement Nos étoiles contraires de Josh Boone. Je vous avais déjà parlé du livre l’année dernière dans une chronique qui n’était pas très enthousiaste. Le livre était une lecture agréable mais il était loin du coup de cœur. Est-ce que le film m’a plus séduit que le roman de John Green dont il est adapté ?

Synopsis

Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux via un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Bande annonce

[su_youtube url= »https://www.youtube.com/watch?v=X6WVLSdigCk »]

Mon avis

Généralement mes chroniques de film adapté de roman que j’ai lu sont souvent assassines. J’étais même un peu réticente à voir ce film tant j’avais peur d’être déçu. Mais la blogosphère s’est enflammée autours de ce film, criant au génie, écrivant à tour de bras des chroniques sponsorisées par Kleenex. Alors je me suis laissée tenter et c’est en solo que j’ai découvert ce film. Oui en solo parce que je n’aime pas pleurer en public. Je préfère prendre mes précautions ! Même s’il n’est pas impossible que je retourne voir ce film avec de la compagnie cette fois afin de pouvoir faire mes commentaires sur le film à une autre personne que mon cendrier (Mary, si tu lis cette chronique, te voilà prévenue).

Si vous vivez dans une grotte depuis deux mois, je vais commencer par vous faire un rappel de l’histoire. En effet, il est difficile de passer à coter de l’histoire d’Hazel si vous fréquentez la blogosphère, Facebook, Twitter, Allociné ou tous autres sites internet.  Donc Hazel est une adolescente pas comme les autres, elle est atteinte d’un cancer. Renfermée sur elle-même, sa mère décide de l’envoyer dans un groupe de soutient afin de pouvoir partager son expérience avec d’autres adolescents malades. C’est à ce groupe qu’elle fait la connaissance d’Augustus, un jeune homme en rémission avec qui elle va partager bien plus qu’une maladie.

L’histoire a été parfaitement adaptée pour le film. Oui, vous avez bien lu, c’est un compliment ! Aucun passage important oublié, enfin dans mon souvenir puisque j’ai lu le livre il y a déjà pas mal de temps. Le film est cohérent et développe l’histoire telle que le fait l’auteur. Hazel va vivre une magnifique histoire avec Augustus même si elle se sait condamnée à mourir dans un futur proche. Je pense que les personnes qui n’ont pas lu le livre vont plus apprécier ce film car en connaissant déjà l’histoire, je n’avais plus d’effet de « surprise ». Je savais déjà tout ce qui allait se passer et c’est parfois dommage.

Pour en revenir au film, il est évidemment très touchant. Les histoires d’amour entre adolescents sont souvent niaises et plein de clichés. Pas ici. Hazel et Augustus vont vous redonner espoir et vous emporter dans leur magnifique histoire. Alors qu’Hazel est résignée sur son sort, Augustus est bien décidée à lui faire vivre des moments inoubliables pour lui redonner envie de vivre. Un autre personnage que j’ai particulièrement apprécié dans ce film (tout comme dans le roman) est d’Isaac. Un personnage drôle et touchant qui apporte une touche d’humour à ce film. Bon par contre, j’ai un doute sur son histoire qui me semble est différente dans le film que dans le livre… Si quelqu’un qui a lu le livre récemment veut bien m’éclairer sur ce sujet… En essayant de ne spoiler personne bien entendu. Je ne vais pas plus développer ici mes impressions sur les personnages, si vous voulez en savoir plus je vous invite à lire ma chronique sur le roman.

Côté acteurs, je suis plutôt mitigée. Il fallait bien que je trouve des défauts ! Sur le duo principal Shailene Woodley (Divergente) / Ansel Elgort (Divergente, Carrie), je n’ai rien à redire ! Les deux acteurs font un couple parfait, ils représentent parfaitement les personnages comme je les avais imaginé. Leur jeu est crédible, non vraiment même en cherchant bien, je n’ai pas de critiques à faire. Si, c’est juste un peu bizarre de les voir passer de frère et sœur dans Divergente à amoureux dans Nos étoiles contraires. Mais c’est très vite oublié. Mon point négatif vient plutôt des parents d’Hazel… Sa mère est incarnée par Laura Dern (sociopathe dans la série Enlightened) et le père par Sam Trammell (personnage principal dans True Blood). Un couple formé par Sam Merlotte et Amy Jellicoe, c’est tellement bizarre que ça m’a perturbé pendant tout le film ! En plus, ils ne vont tellement pas ensemble… C’est mon seul point négatif.

Je vais arrêter ma chronique parce que je sens que je commence à être longue. Pour conclure, Nos étoiles contraires est un bon film mais qui ne m’a pas emballé plus que ça. C’est une très bonne adaptation mais tout comme le roman, il m’a manqué un petit quelque chose pour qu’il soit un coup de cœur. Et pour finir, je vais vous faire une confession…. J’ai pleuré à la fin du film. Voilà c’est dit.

Smells like rock

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

9 commentaires

  1. Pingback: Concours "Nos étoiles contraires" | Smells like rock

  2. Pingback: Le Hobbit : La bataille des cinq armées | Smells like rock

  3. Et voilà que près de 1 an et demi après, je lis ta chronique… mais comme on dit : mieux vaut tard que jamais non?
    Pour ma part, j’ai lu le livre et vu le film à la suite et je peux te dire que l’histoire de Isaac et identique dans les 2! 🙂
    Bon, les 2 m’ont chamboulés et j’ai aussi versé ma larme à la fin (je ne sais pas, peut être ça te rassurera!)

    • Exactement : mieux vaut tard que jamais ! D’ailleurs, il n’est jamais trop tard 😉
      Merci de la précision pour Isaac, je ne sais pas pourquoi mais j’étais persuadée que quelque chose avait changé… ^^
      En tout cas, je crois qu’il est impossible de ne pas verser une petite larme 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :