« Des noeuds d’acier » de Sandrine Collette

8

Aujourd’hui on parle encore littérature ! Avant mon départ en Hongrie, je tente de faire baisser au maximum ma PAL et ce matin j’ai finis mon deuxième livre : Des nœuds d’acier de Sandrine Collette. Je n’avais pas trop entendu parler de ce livre mais une collègue l’a reçu dans le cadre du prix des lecteurs. En lisant la synopsis, je savais que ce roman allait me plaire.

 sandrine collette

Synopsis

Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave. Théo n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

Mon avis

J’adore les huis clos, que ce soit au cinéma ou dans la littérature. On pourrait croire que un roman / film entier qui se passe dans une seul pièce pourrait être ennuyeux mais j’adore la tension qui naît dans ce genre de situation, le lecteur / spectateur est toujours dans un suspense presque insoutenable et les maîtres du genre arrivent même à nous filer des maux de ventre tellement l’angoisse est saisissante. D’ailleurs en parlant de huis clos angoissant dans la littérature, je pense tout de suite à « Jessie » de Stephen King où une femme se retrouve menotté à son lit à côté de son mari mort. Tout le roman se passe dans cette chambre à coucher avec cette femme coincée dans son lit et pourtant certaines scènes ont réussi à me filer des sueurs froides. D’ailleurs, je vous conseille ce roman si vous ne l’avez jamais lu.

Mais revenons-en au roman « Des nœuds d’acier ». Théo vient de sortir de prison après s’en être pris à son frère pour une histoire d’adultère. Dix-neuf mois enfermé dans une prison, il pensait que rien de pire ne pouvait lui arriver, que plus jamais il n’allait revivre ce genre d’expérience. En retrouvant sa liberté, Théo ne souhaite pas retrouver sa femme toute suite mais prendre un peu de temps pour lui, pour réfléchir. Et quoi de mieux que la randonnée en montagne pour réfléchir ? Sauf que tout ne va pas se passer comme prévu. Théo va être kidnappé et séquestré par deux vieux fous habitants dans une maison perdue au milieu de nulle part. Il va alors être torturé dans une cave et transformé en esclave au service des deux fermiers pour qui il devient un simple « chien ».

« Des nœuds d’acier » est raconté comme un journal intime. Théo parle au lecteur, raconte tout ce qu’il endure à la première personne. Le lecteur devient son confident et le témoin des horreurs que va subir Théo tout au long du roman. Le fait que toute l’histoire soit à la première personne du singulier a beaucoup plus d’impact pour le lecteur, on est avec Théo dans cette cave, on vit avec lui les longues heures de travail, on ressent sa colère, sa résignation et sa souffrance. Sandrine Collette nous plonge au cœur de son roman très angoissant, très glauque. Son écriture est fluide, très facile à lire et elle arrive parfaitement à décrire les décors qui sera l’enfer de Théo pendant 260 pages.

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai dévoré en deux jours. J’ai adoré l’ambiance, l’histoire, le personnage de Théo et j’ai même aimé détester les deux vieux fermiers psychopathes. Je vous conseille de lire ce livre si vous aimez les huis clos, les histoires angoissantes. A éviter si vous êtes claustrophobe bien sûr !

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

8 commentaires

  1. Ça a l’air bien glauque comme truc ! Je note le livre de Stephon King aussi, je ne le connais pas, celui-là ! Mon préféré jusqu’à présent est Misery ! Le livre comme le film d’ailleurs !

    • Oh oui, Misery est génial, livre comme film ! Et c’est rare qu’un film soit aussi génial que le livre dont il est adapté !
      Mon préféré de King reste « La petite fille qui aimait Tom Gordon » 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :