Smells like rock vous raconte ses Eurockéennes

17

Ca y est je suis de retour des Eurockéennes ! Trois jours de folie entres copines, de concert, de musique. Bon, j’ai mal partout, je n’ai plus de pied mais j’ai plein de choses à vous raconter ! Je vais tout vous dire sur mes trois jours aux Eurockéennes même si ceux qui me suivent sur Instagram ont déjà eu un petit aperçu de mon week-end !

Jour 1 : vendredi sous la pluie

Ca y est le jour J est arrivé, les Eurockéennes qu’ont attend depuis un an sont enfin là ! Avant la transformation de mon appartement en camping VIP pour mes copines, je fais le ménage à fond, je pars en expédition dans mes placard pour retrouver mes affaires de festivalières (sac à dos, veste, k-way) et je prépare mes affaires. 17h, arrivée des copines. Installation des campements pour la nuit et prise du première apéro qui marque le début de nos trois jours de festival ! Tout le monde est motivée malgré les messages des Eurockéennes sur Facebook prévenant que nous sommes en alerte orange pour les orages et la grêle. Mais nous sommes confiante et nous partons en voiture direction le site du Malsaucy.

Nous arrivons pile poil pour le début du concert de Findlay. Artiste découverte il n’y a pas très longtemps mais grosse surprise sur scène ! Une énergie folle, une voix magnifique, le public est conquit et nous aussi ! Elle reprend ses titres les plus connus (Off & On, Greasy Love, Your sister, Fever) et nous fais même une reprise rock’n’roll de « I wanna be your dog » des Stooges qui est presque mieux que l’original ! La fin du concert arrive et avec elle, la pluie qui commence à tomber en continue. Il est 20h et nous sommes déjà trempées ! On garde le moral et on espère que la pluie va s’arrêter durant le concert des Pixies. Groupe de rock mythique, je m’attendais à un super concert. Finalement, j’ai trouvé le tout très mou, pas d’ambiance, tout le monde écoute le groupe gentiment. Seul leur titre « Where is my mind » arrive à nous faire chanter et bouger un peu.

Pour le concert suivant, je choisis d’aller voir Trash Talk même si Metronomy me tentait bien. Mais un peu de punk ne nous fera pas de mal au milieu de toute cette pop-rock. Les punks font leur entrée sur scène avec beaucoup de retard, nous servent des chansons très courtes avec un son pas terrible. Evidemment, avec un chanteur qui fait des pogos au milieu de la foule, ce n’est pas évidant de chanter en même temps ! D’ailleurs, le groupe joue à peine une demi heure avant de quitter la scène sans un au revoir. Très déçu de ce concert mais ce n’est pas gave puisque après nous nous rendons au concert de Stromae, soit le concert que j’attendais le plus ! Et je n’ai pas été déçu ! Un show incroyable, des changements de tenue, des mises en scènes, tout était parfait ! Stromae est un show man qui reprend tout ses plus grands tubes (Ta fête, Bâtard, Tous les mêmes, Ave Cesaria). Un super concert dont je garde un super souvenir. J’ai hâte de pouvoir le revoir en concert dans un mois à Budapest ! Dernier concert de la soirée, . Je n’aimais pas spécialement cette artiste, et le concert ne me laisse pas un souvenir impérissable. La pluie a raison de nous, tant pis pour Détroit, nous décidons de rentrer.

 

Jour 2 : samedi électro

Le samedi nous commençons la journée par faire sécher nos vêtements qui sont trempés ! Nos chaussures sont couvertes de boue, mes cigarettes et ma place ont rendu l’âme, les premières courbatures se font sentir. Le temps est gris mais il ne pleut pas. On fait tous les loques sur le canapé pour se motiver à retourner patauger dans la boue. Aujourd’hui, nous décidons de nous rendre sur le site du festival en navette. On commence donc par une petite marche de vingt minutes à travers Belfort pour rejoindre la gare. Et là mauvaise surprise, pas de navette à 19h50 comme annoncé sur le site mais à 21h. Franz Ferdinand commence à 21h, tout le monde commence à s’énerver. Une navette finit par arriver à démarrer à 20h20. Nous arrivons devant un show déjà commencé de Franz Ferdinand. Beaucoup d’ambiance, tout le monde reprend les titres les plus connus du groupe (Love illumination, Take me out, Evil eye). Encore un très bon souvenir de ce groupe déjà vu en concert il y a quelques années.

Nous nous rendons ensuite à Parov Stelar. De l’électro Jazz qui met une très bonne ambiance dans la foule, difficile de ne pas danser sur leur musique entraînante. Même si leur concert était pas trop mal, ce n’est pas un groupe que j’écouterais chez moi par plaisir. Ensuite, concert de Shaka Ponk. Je sens la catastrophe arrivée avant même le début du concert. Shaka Ponk est un groupe que je connais depuis longtemps et que j’ai déjà vu beaucoup de fois en concert. J’ai adoré les premiers albums que je trouve rock et entraînant et leurs tout premiers concerts étaient énormes ! Par contre, je n’aime pas du tout le virage musical que le groupe a pris. Les deux derniers albums ne sont pas terribles, trop commercial, pas assez rock. Le groupe a vraiment perdu quelque chose. Comme je m’y attendais, le groupe joue surtout ses dernières chansons, le son est vraiment pas terrible en plus, bref je m’ennui pendant une très grande partie du concert même si visuellement le décors est vraiment superbe. Je me réveil un petit peu quand le groupe joue des anciennes chansons (Sex Ball, I’m picky, Te gusta me). Mais le concert est long et j’ai hâte qu’il finisse.

A peine le temps d’atteindre la Green Room que le concert de M.I.A. a déjà commencé. Je ne suis pas forcément fan mais le concert est vraiment pas mal. Bonne ambiance même si on dirait que la chanteur à subtilisé les lumières de Noël de Belfort pour les mettre sur scène. La fin de concert est génial puisque M.I.A. joue les deux seules chansons que je connais, Bad girls et Paper Planes. Le concert prend fin et le moment le plus attendu arrive enfin, le concert de Skrillex. Je garde un super souvenir de son concert au Zénith de Strasbourg et j’avais hâte de le retrouver enfin sur scène. Et là, déception. Je ne m’en remet toujours pas d’ailleurs… Alors qu’à Strasbourg, Skrillex nous avais servis tous les plus gros titres dubstep, là il se contente de remixer des titres d’autres personnes, on oublie le dubstep la plupart du temps et on assiste à un show commercial que n’importe quel DJ de boite aurait pu nous faire. Même ses tubes, il arrive à les gâcher en les remixant en moins bien. Je pense que le show a été revu pour plaire à un plus grand nombre de personnes en festival mais pour moi c’est la déception du samedi. J’espère qu’il nous fera quelque chose de mieux à Budapest !

Après Skrillex, il est l’heure de rentrer. Il est trois heures du matin, tout le monde est crevé, nous avons hâte de nous coucher. Comme le groupe s’est dispersé dans la foule, tout le monde se retrouve à la gare. Et là, une nouvelle galère commence. La queue pour la navette est interminable, les trains partent pratiquement vide. Nous faisons la queue pendant une heure et n’avons même pas avancé d’un mètre. Les esprits s’échauffent, les flics nous poussent, jouent au cow boy pour essayer de nous faire ranger correctement mais échauffent encore plus les esprits des festivaliers qui ont hâte de rentrer chez eux. Nous abandonnons l’idée de pouvoir monter dans une navette et parons à pied. Heureusement sur le chemin nous croisons une âme charitable qui accepte de nous déposer. Nous nous couchons à cinq heures du matin avec une certitude : les navettes des Eurockéennes, plus jamais !

Jour 3 : dimanche fatigué

Le dimanche est toujours un jour particulier car avec deux jours de festival dans les pieds, il commence à être difficile de tenir debout. D’ailleurs, nous perdons une partie des troupes qui préfère rester au lit. Nous sommes de nouveau en alerte orange pour les orages et les grêles, tout le monde scrute le ciel d’un air inquiet. Nous arrivons sur le site du festival en voiture pour assister au concert de Biffy Clyro. Il fait beau, nous sommes assises dans l’herbe avec une bière tout est parfait. Sauf quand la pluie s’invite de nouveau mais part très vite. Tout le monde est soulagé et nous continuons à regarder notre concert. J’adore la musique de Biffy Clyro mais j’ai un problème avec la voix du chanteur. Mais le concert est plutôt sympa. Nous profitons de se moment pour nous préparer à affronter la grande scène pour voir Volbeat.

Et là surprise, très peu de monde pour ce concert, nous pouvons aller presque devant les barrières sans soucie et avons même plein de place autours de nous pour bouger. Le concert est très bien et ils font même ma chanson préférée du groupe, Still Counting.  Mais pas de grosses surprises pendant ce concert, un très bon show quoique un peu conventionnel. Et la folie dans tout ça ? Mais on est dimanche et des concerts tranquilles font du bien. Nous redescendons ensuite à la Green Room pour voir Foster the people. Je n’aimais déjà pas du tout la musique de ce groupe et le concert me conforte dans ma décision. Je regarde dans regarder, nous en profitons pour discuter avec des amis croisés par hasard.

A la fin du concert, il est temps pour moi de rentrer. J’abandonne le groupe pour rejoindre ma voiture. J’ai mal partout, plus de pieds et terriblement envie de dormir. Les eurockéennes sont finis et ce n’est pas plus mal. J’ai de moins en moins de plaisir à fréquenter ce festival que je fais tous les ans depuis pas mal d’année. Même si tous les ans j’hésite à y retourner, je finis toujours par prendre un pass trois jours. Et l’année prochaine ? Nous verrons bien. Mais pour le moment, nous pensons déjà à notre prochain festival à Budapest, Sziget !

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

17 commentaires

  1. Quelle chance ! Et je vois que tu as kiffé autant que moi Stromae en concert ! C’est quand même dingue le mal qu’il se donne même en festival ! Tu me diras si à Budapest c’est aussi bien ! Chanceuse va !

  2. Pingback: A la découverte du festival « Les Traversées Tatihou » | Smells like rock

  3. Pingback: Queens of the stone age : mon top 10 ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :