Big Bad Wolves : la maison du bonheur façon Tarantino

4

Aujourd’hui, on se retrouve pour parler cinéma. Oui, ca y est, je suis de retour dans les salles obscures ! En même temps, il fait moche, il fait froid donc on est aussi bien au cinéma ! Je suis allée voir « Big bad wolves » d’Aharon Keshales et Navot Papushado. Un film israélien qui aura mis beaucoup de temps à sortir sur les écrans français puisque sa première diffusion en Israël remonte au 15 août 2013.

Synopsis

Passé à tabac par la police afin de lui soutirer des aveux, Dror, un jeune enseignant religieux, est finalement relâché. La police continue de traquer un tueur en série qui s’attaque à de jeunes filles. Seul Miki, un flic renvoyé pour son erreur, persuadé de sa culpabilité, continue de le suivre et découvre que Dror est également la cible de Gidi, le père de la dernière victime du tueur, bien décidé à faire justice lui-même.

Bande annonce

Mon avis

Lorsque nous nous sommes rendus au cinéma, nous étions partie pour voir Transcendance avec Johnny Depp. Mais il est 22h, nous sommes fatigués et nous avons peur de ne rien suivre au film qui à l’air bien compliqué. Nous changeons donc d’avis et optons pour Big Bad Wolves, thriller israélien plébiscité par Monsieur Quentin Tarantino lui-même. La bande annonce nous plait bien, le film à l’air drôle et complètement décalé. Nous sommes quatre dans la salle pour ce film qui n’a pas fait énormément parlé de lui encore.

Et je ne regrette pas du tout notre choix de film ! L’histoire n’est pas sans rappelé celle Prisoners mais est abordée très différemment. Une fillette est kidnappée et retrouvée morte dans les bois. Après enquête, il se trouve que la fillette a été torturée pendant plusieurs heures (il lui manque les ongles des pieds et des mains et la tête manque au reste du corps) et violée. Plusieurs fillettes sont retrouvées, présentant les mêmes séquelles. Persuadé d’avoir retrouvé le Serial Killer auteur de ces crimes, Miki décide d’interroger à sa manière Dror, un professeur de théologie. Une vidéo de l’interrogatoire musclé va fuiter sur internet et Miki sera envoyé faire la circulation. Va alors s’installer une relation tumultueuse avec Gidi, le père de la dernière victime. Les deux hommes vont alors séquestrer Dror dans une maison isolée afin de le torturer jusqu’à lui faire avouer où est caché la tête de la fillette.

Ce film est un thriller en huit clôt puisque toute l’action va se passer dans la cave de la maison où se déroule les interrogatoires. Alors que Prisoners est un thriller qui met à rude épreuve vos nerfs, Big Bad Wolves intègre de l’humour dans une histoire très dérangeante. Les personnages sont plus décalés les uns que les autres. Miki, ce flic qui veut faire justice lui-même mais qui finalement fait tout de travers. Gidi, ancien de l’armée qui veut venger sa fille à sa manière et qui va impliquer son père aussi fou que lui, dans l’histoire. Pendant tout le film vous aller osciller entre suspense, rire et… Ennui. Même si j’ai beaucoup aimé ce film, certains passages sont très longs et malheureusement, ces quelques passages font perdre tout son rythme au film. Mais la fin rattrape aisément ces quelques passages avec un final qui vous scotchera à votre siège. La fin fait d’ailleurs débat car c’est une fin ouverte qui laisse le choix aux spectateurs d’imaginer la suite. On aime ou on n’aime pas, mais personnellement, j’aime beaucoup ce genre de fin que ce soit au cinéma ou dans les livres.

Par contre, je ne comprends pas bien l’interdiction du film au moins de 16 ans. D’accord, un corps sans tête ça peut être choquant mais j’ai trouvé les scènes de torture très soft. On ne voit pas grand-chose, tout est suggéré la plupart du temps. Une interdiction au moins de 12 ans aurait suffit.

Pour conclure, un film que je vous conseil de voir si vous aimez l’humour noir, les thrillers dérangeants ou si vous avez aimé Prisoners. Un film qui change de toutes les super productions hollywoodiennes que l’ont peut voir en ce moment et qui vous fera passer un bon moment cinématographique.

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

4 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :