Pré-sentiment d’Eloïse Clunet : un premier roman mitigé

6

Aujourd’hui, on se retrouve pour la chronique du premier roman d’Eloïse Clunet, Pré-sentiment. Reçu dans le cadre de mon partenariat avec les Editions Artalys mais également de la part de l’auteure que j’ai connu grâce au Ladies Club, j’avais hâte de commencer ce roman dont j’entendais beaucoup parler. Malheureusement, cette lecture ne m’a pas convaincu….

Synopsis

Cassandre possède des dons lui permettant d’entrevoir l’avenir, qui ont fait d’elle une jeune fille à part. L’arrivée de Lucas, un jeune homme d’abord vu en rêve avec un inconnu devant une colonnade céleste, va bouleverser sa vie. Il entreprend de la séduire et l’aide à développer ses dons, malgré des drames qui s’enchaînent autour d’elle. Elle découvre qu’elle fait partie d’un groupe d’individus doués de pouvoirs psychiques où elle n’a malheureusement pas que des amis. Il y aura Aaron, le protecteur, et une très puissante et énigmatique rivale.

Mon avis

Je me suis lancée dans ce roman avec grand plaisir et en tout confiance puisque pour le moment je n’avais pas été déçu des livres reçus de la part des Editions Artalys. Mais il fallait bien que cela arrive un jour, je n’ai pas du tout apprécié cette lecture…

Commençons par l’histoire. Cassandre est une jeune femme qui a toujours été solitaire à cause de son don, elle peut voir l’avenir. Cela semble pourtant être un avantage mais la jeune femme a vite acquis une réputation de marginale qui a poussé tous ses amis à s’éloigner d’elle. Alors qu’elle entre en deuxième année de licence (dans le livre, il est précisé qu’elle prépare un DEUG mais ce diplôme n’existe plus depuis 2003 puisqu’il a été remplacé par la licence en 3 ans), elle va faire la connaissance de Lucas. Alors qu’elle n’a jamais rencontré ce jeune homme (beau comme un dieu évidemment), elle se souvient avoir rêvé de lui la veille…. Et lui aussi semble se souvenir de ce rêve.

L’histoire aurait pu être un point positif mais quelques incohérences m’ont dérangé. Je m’explique. Je suis rentrée assez rapidement dans l’histoire qui avait une bonne base. Une jeune femme qui possède un don de clairvoyance, apprend qu’elle fait partie d’un clan aux pouvoirs psychiques et qu’elle peut se servir de ses rêves pour communiquer. J’ai suivi les révélations tout le long du roman avec plus ou moins d’entrain mais la fin était plutôt bien trouvé. Voila pour les points positifs… Ah non, j’oubliais ! Mention spéciale pour avoir cité la Franche Comté dans le récit. On parle trop peu de ma belle région ! Maintenant, on passe au côté moins sympa, les points négatifs.

Tout d’abord, la personnalité de Cassandre qui m’a fait lever les yeux au ciel une bonne centaine de fois et même parfois rire. Je sais, ce n’est pas bien de se moquer. L’auteure place son histoire à la fac, pourtant pendant tout le roman on se situerai plutôt au lycée. Cassandre est immature, à des réactions incompréhensibles (tantôt gamine et la seconde d’après, femme fatale) et je n’ai pas supporté son côté « vilain petit canard ». Je ne me suis pas du tout attaché au personnage et j’étais même contente de pouvoir laisser Cassandre à la fin du roman. Bien que Lucas et Aaron soient très stéréotypés, on s’en sort un peu mieux du côté masculin.

J’ai noté également quelques incohérences dans l’histoire, bon ce n’est pas la fin du monde mais ça m’a tout de même dérangé dans ma lecture. Comme par exemple le fait que Cassandre prépare un DEUG alors que ce diplôme n’existe plus ou que l’auteure profite d’un moment où Cassandre lit dans l’esprit d’un professeur pour nous faire un copié-collé de cours d’économie. Un autre exemple, Cassandre est obligé de rentrer chez elle a pied après s’être enfuit d’une soirée car elle n’a pas d’argent sur elle mais dès qu’elle passe devant un cinéma, elle a bizarrement de quoi s’acheter une place. Des petits détails, certes mais qui m’ont gêné (oui, je suis une chieuse parfois).

Mais ce qui m’a le plus dérangé dans ce roman est le style d’écriture de l’auteure. J’ai eu beau faire tous les efforts du monde, je n’ai pas du tout adhéré. Peut être que certain lecteur aime le style « j’écris comme je parle » mais personnellement, je ne supporte pas. Je ne demande pas d’avoir un langage soutenu mais alors lire des choses comme « Et puis, pourquoi il m’a parlé de mes rêves pour commencer ? Il abuse… », « les jeunes de quartiers chauds viennent souvent nous embêter » ou encore « il adore me faire tourner en bourrique », je ne peux pas. Les dialogues présents durant le roman ont toujours l’air de sortir de nulle part, et inventés juste pour faire coller le reste de l’histoire avec ce qui est en train de se passer.

Bref, je vais m’arrêter là parce que je pense que vous avez compris mon point du vue. Je suis totalement passée à coter de cette histoire qui aurait pu m’intéresser mais le style d’écriture m’a vraiment dérangé malheureusement. Si vous avez tout de même envie de vous lancer dans l’aventure, vous pouvez acheter cette romance paranormale sur le site des Editions Artalys.

Smells like rock

Facebook - Twitter - Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

6 commentaires

  1. Je suis en train de le lire et je voulais voir si mon ressenti était déplacé ou si quelqu’un pensait comme moi… Du coup on se rejoint 😉 Je pourrai cité encore d’autres incohérences… :/ Ton impression que l’histoire se passe au lycée plutôt qu’à l’université n’est pas complètement fausse, j’ai eu cette impression aussi jusqu’à ce que je tombe sur une phrase où Cassandre dit clairement « le lycée » 😉 C’est dommage ce sont les incohérences qui me font vraiment tiquer mais sinon l’histoire est bien :/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :