Beautiful stranger (Christina Lauren) : la suite de Beautiul bastard !

18

Souvenez-vous, il y a quelques mois, je vous avais parlé d’un livre que j’avais adoré Beautiful Bastard de Christina Lauren. J’ai enfin eu le temps de me plonger dans la suite, Beautiful Stranger. J’avais tellement adoré le tome 1, que j’avais peur d’être déçu par le tome 2. J’y suis allée un peu à reculons et pourtant….

Synopsis

Pour échapper à son ex qui l’a trompée, Sara Dillon, une jeune prodige de la finance, a emménagé à New York City et cherche un peu d’action mais pas de relation. Faire la connaissance de l’irrésistible britannique dans un club n’aurait dû être qu’une nuit de fun, mais la manière et la vitesse à laquelle il noie ses inhibitions va transformer ce coup d’un soir en son Bel Étranger.

Toute la ville sait que Max Stella aime les femmes, bien qu’il n’en ai jamais trouvé une qu’il aimerait garder. En dépit de son charme de bad boy, ce n’est qu’avec Sara – et les photos qu’elle lui a laissé prendre d’elle – qu’il commence à se demander s’il n’a pas trouvé quelqu’un à garder… et pas que dans son lit.

Mon avis

Dans le tome 1, nous avions fait la connaissance de Chloé et Bennett, son patron. Après une relation tumultueuse, ils avaient finit par trouver un équilibre et commençaient une belle histoire ensemble. Ce que j’avais aimé dans ce tome, c’est la personnalité de Chloé : on oublie la femme soumise qui se laisse faire et on met en scène une femme forte, qui prend des décisions et qui les assume. J’espérais retrouver cette personnalité dans la suite de l’histoire.

Tout commence avec Sara, jeune comptable qui compte bien faire évoluer sa carrière. Cela tombe bien puisque Bennett lui propose de faire partie de sa nouvelle filiale à New York. L’occasion pour elle de prendre un nouveau départ, de retrouver son amie Chloé et surtout de laisser son passé derrière elle. Sara se trouve dans une mauvaise période depuis sa séparation avec son ancien petit ami qui était avec elle plus par intérêt que par amour, et elle a vraiment besoin de passer à autre chose.

Dès son arrivé à New York, Chloé organise une sortie en boite de nuit pour fêter son enterrement de vie de jeune fille, oui vous ne rêvez pas Chloé et Bennett vont se marier ! Tout se passe bien jusqu’à ce que Sara croise le chemin d’un bel anglais qui va lui faire ressentir des émotions oubliées depuis longtemps. Cet étranger est bien entendu beau comme un dieu, avec un accent anglais sexy à souhait et même si Sara ne veut pas s’engager dans une nouvelle relation, ce bel inconnu va bizarrement se retrouver très souvent sur son chemin.

Dans ce nouvel opus, on garde les ingrédient qui ont fait le succès de Beautiful Bastard : une histoire tumultueuse et surprenante, des personnages à fort caractère et surtout beaucoup de passion. Sara n’est pas aussi téméraire que Chloé, elle a un peu plus tendance à se laisser porter par les événements et beaucoup trop analyser tout ce qu’il se passe mais je l’ai tout de même apprécié. Au lieu de se laisser submerger par sa déception amoureuse et de sombrer dans la dépression, Sara se prend en main et tente de nouvelle aventure dans les bras d’un beautiful stranger. Elle m’a parfois énervé à tout remettre en question tout le temps et en faisant confiance à personne mais elle reste tout de même attachante.

Notre bel anglais, Max, ressemble énormément à Bennett. Beau, riche, passionné par son métier et… Par les femmes. Mais il a quelque chose en plus, une certaine passion pour la photographie. Prendre des photos pendant ses relations avec ses partenaires pour pouvoir les regarder plus tard, voilà une passion qui va beaucoup plaire à Sara même si quelques règles s’imposent. D’ailleurs toute la relation entre Sara et Max va reposer sur des règles pour éviter que leur passion ne prenne trop d’importance sur leur vie quotidienne.

Un nouveau tome qui m’a tout aussi convaincu que la premier, une histoire que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et un roman que j’ai dévoré tout aussi vite que son prédécesseur. J’aime le ton de l’auteur, les fortes personnalités des personnages et surtout la « normalité » de leur relation. Même si certaines scènes sont difficilement envisageable dans la « vraie vie » (quoique avec un amant riche tout est possible), on ne tombe pas dans la facilité du BDSM qui devient beaucoup trop redondante dans la littérature érotique.

Si vous avez aimé Beautiful Bastard, vous allez adorer Beautiful Stranger ! Et si vous chercher une romance érotique qui change de ce qu’on peut voir habituellement, je vous conseille fortement cette saga !

Smells like rock

Chroniques des autres tomes :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

18 commentaires

  1. Je suis très en retard dans mes chroniques car j’ai fini BB bien avant de partir chez les Rosbifs et aussi parce que ce livre me tentait depuis très très longtemps … Bref ! Alors comme toi, j’étais impatiente de lire ce livre car BB est pour le moment pour moi, le meilleur livre du genre érotique. J’ai aimé le début de la relation entre Max et Sara. Comme toi j’ai aimé Max… j’en veux un ! J’ai beaucoup apprécié son personnage (en même temps, les British sont mes fantasmes ^^) alors que Sara … disons que parfois, je comprenais pas ce côté tantôt réservée, tantôt excitée qui me gonflait car elle repoussait Max à cause de ça puis allait le chercher à nouveau … Il y a quelque chose en elle que j’ai pas aimé et je la préférais en fait dans Beautiful Bastard quand elle n’était que l’assistante d’Henry, le frère de Bennett. D’ailleurs … j’ai aimé retrouver Bennett et Chloé mais bizarrement … j’ai eu le sentiment que leur histoire tombait dans la guimauve et que donc on était loin du choc entre ces deux fortes têtes du premier tome. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti dans leurs dialogues. Peut être devrais-je lire Beautiful Bitch pour essayer de les comprendre mais … voilà. Je suis un peu déçue mais pourtant, je lirai le tome suivant Beautiful Player consacré à l’associé de Max, Will Sumner car c’est tout de même bien écrit à mon avis (mieux que 50 shades et peut être Crossfire) et certaines scènes « sensuelles » dirons-nous ont le mérite d’avoir été un peu recherché. Sur ce … j’ai fini ma litanie plutôt courte (je me suis limitée car je pourrais en parler encore plus longtemps je pense mais j’ai des choses à faire).

    • C’est vrai que l’histoire Chloé / Bennett tombe dans la guimauve et dans le côté facile « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » mais on sens bien que c’est toujours Chloé qui porte la culotte et ce n’est pas plus mal.
      Sara m’a beaucoup énervé comme toi et pour les mêmes raisons mais j’ai réfléchi à son comportement et j’en suis arrivé à la conclusion que dans son cas, j’agirai surement exactement comme elle. Elle a envie de passer à autre chose et de vivre son histoire avec Max mais d’un autre côté elle a peur de se faire à nouveau avoir… Les femmes sont compliquées ^^
      Bon sinon, pour noël je veux bien que tu m’envois un Max-beau-gosse-anglais s’il te plait 😀

      • Effectivement … c’est Chloé qui domine très clairement et ça donne envie de lire les petites nouvelles que les auteures ont écrites entre chaque tome pour en savoir plus.
        C’est vrai que dit comme ça, on peut comprendre Sara mais … elle me gonfle quand même 🙂
        Pour le Max beau-gosse-anglais tu le veux blond, brun ou roux ? 😀

  2. J’avoue que contrairement à toi j’ai un peu moins aimé ce second tome. Sara m’était antipathique et Max, malgré son sex appeal, aurait pu me faire craquer, s’il n’y avait eu son langage un peu ordurier quand il est avec son pote et qui m’a gênée. Je pense aussi que je dois être un peu vieux-jeu mais c’est mon ressenti. Sinon, il est vrai que BS est une histoire qui change un peu des codes déjà utilisés dans la romance érotique.

    • Oui j’avais lu ta chronique avant de me lancer dans ma lecture 🙂 Même si le langage m’a parfois gêné, on a vu bien pire dans ce genre de littérature et puis je n’en garde pas un si mauvais souvenir que ca ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :