Le Dernier Jour de ma vie (Lauren Oliver) : loin de la qualité de Delirium

11

Hier soir j’ai terminé Le Dernier Jour de ma vie de Lauren Oliver. J’avais adoré la saga Delirium de cette auteure et c’est pour quoi j’ai eu envie de découvrir ses autres romans. Ayant entendu beaucoup de bien de celui là, je me suis lancé mais j’en ressors plutôt déçu….

Synopsis

Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ? » Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l’entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?

Mon avis

Le dernier jour de ma vie traîne dans ma PAL depuis pas mal de temps. Je l’avais acheté en achat compulsif sur Amazone avec La femme parfaite est une connasse et depuis il dormait dans ma zone « à lire bientôt » (oui mes livres sont classés en zone). Alors quand j’ai ouvert ce livre, je ne me souvenais absolument pas de la synopsis, je ne savais plus du tout le thème de l’histoire alors je suis un peu partie à l’aventure. Il s’avère que ce livre est une histoire de jour qui se répète encore et encore (comme dans le film « Un jour sans fin » avec Brian Doyle-Murray). Je n’ai rien contre ce principe mais dès les premiers chapitres, je me suis mise à redouter la fin….

I’m a bitch

Pour être honnête, je n’ai pas été emballé par ce livre, je n’ai pas réussi à me laissé emporter par l’histoire. Je pense que tout est de la faute des personnages : quatre pétasses dans un lycée. Sam, notre héroïne, est une fille populaire qui sort avec le garçon le plus en vue du lycée et qui traîne avec trois autres garces, Lindsay, Elody et Ally. Ces quatre jeunes filles profitent de leur popularité pour faire ce qui leur plait et rabaisser les autres à longueur de journée. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la comparaison avec le gang des Plastiques de « Lolita malgré moi« . J’ai donc trouvé les personnages principaux antipathiques, bourrés de cliché et rien à faire je n’ai pas réussi à m’accrocher à elles. J’en étais presque au point d’être contente de ce qui leur arrive, elles l’ont mérité d’un côté. Le seul personnage que j’ai aimé est Kent, ce jeune homme complètement décalé et très touchant.

Les personnages secondaires ne rattrapent pas non plus le coup et là encore aucune surprise, on reste dans les clichés de base sur les lycées américains. Le petit ami de Sam est le sportif sur lequel toutes les filles craquent, leur ennemis commun et déclencheur cette boucle temporelle est une jeune fille effacée dont tout le monde se moque à longueur de journée et qui va finir par péter un plombs. Il y a l’armada de filles presque populaire qui rêvent de fréquenter notre quatuor de pétasses pour atteindre les hauts rangs du lycée et bien sur on ne pouvait pas passer à côté du prof de math pervers qui rêve de se taper une de ses élèves.

Un roman répétitif

Vous allez me dire : c’est forcément répétitif puisque c’est la même journée que Sam revit encore et encore. Bien joué Sherlock. Mais cette journée du 14 février (non ce n’est pas une blague) devient très vite lassante. Là encore on reste dans les banalités avec une Sam qui va essayer toutes les possibilités pour faire évoluer la situation : être la plus sage possible, franchir toutes les limites, essayer de faire des bonnes actions, dire leur quatre vérités à ses amies, se lier avec les parias du lycée, sortir avec un garçon inattendu,…. Il ne se passe rien inattendue et à aucun moment je n’ai été surprise.

J’ai tout de même terminé ce livre pour connaitre la fin et là encore une grande déception. Bien que je n’avais pas deviné la bonne fin j’ai tout de même été déçu de la tournure qu’à pris l’histoire. Sam, la garce de base se rend compte de ses erreurs et qu’elle a été méchante avec plein de monde, essaye de réparer toutes ses erreurs au fils des jours. C’est beau, c’est touchant…. Enfin, non ce n’est pas touchant. On ne peut pas réparer des années de moqueries et d’humiliation en une journée (même dans les romans). C’est un livre bisounours où tout est bien qui finit bien sans un monde rempli de bonheur, d’amour et de chocolat. Enfin tout ce que je déteste comme le savent ceux qui suivent mon blog.

On lit ou on lit pas ?

C’est très rare mais j’ai bien envie de vous dire : on ne lit pas. Ce roman est ennuyeux, long et très répétitif. Lauren Oliver est loin du niveau de sa sage Delirium ! Vous pouvez tout de même vous lancer si vous aimez les histoires de jour sans fin ou si vous voulez vous lancer dans une lecture facile sans prise de tête. Mais personnellement, je n’en garde pas un bon souvenir…..

Smells like rock

Chronique sur le même auteur :


Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

11 commentaires

  1. « C’est très rare mais j’ai bien envie de vous dire : on ne lit pas. Ce roman est ennuyeux, long et très répétitif. Mais personnellement, je n’en garde pas un bon souvenir… »
    Cela résume très bien mon avis. Sauf que je l’ai lu avant Delirium et que, du coup, je n’ai plus du tout envie de découvrir cette saga !

  2. Bon déjà je sais qu’il faut au moins que je lise Delirium 1 et 2 qui sont dans ma PAL, mais que peut être je devrais éviter celui là. Je fais du tri comme ça parce que bien évidemment, j’ai encore craqué hier niveau livres. J’ai du dépenser 150 euros en cumulé ce mois-ci pour des livres. Je vais arrêter le massacre de mon compte en banque.

  3. Pingback: Challenge d’été : le bilan | smells like rock

  4. Je viens de terminer se bouquin et oui je suis vraiment déçu par la fin c’est comme si on m’avait prise pour une conne (rire) je suis donc venu cherchée des explications qui m’on sûrement échappé mais du coup je me dit que c’était qu’un livre d’ados.. sa ne me donne plus envie de lire d’autre livre écrite par lauren oliver

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :