Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh

18

Alors que le film tiré de cette bande-dessinée, la vie d’Adèle, a obtenu la Palme d’or au Festival de Cannes, j’ai eu envie de me plonger dans cette histoire très touchante. Je vous invite donc à découvrir Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh. Merci une nouvelle fois à Estelle, ma fournisseuse officielle de BD.

Synopsis

Clémentine, étudiante, rencontre Emma, avec qui elle va vivre une passion amoureuse en dépit des préjugés et du conformisme. Un one-shot fleur-bleue qui traite de façon romantique le thème de l’homosexualité féminine et ses tabous.

Mon avis

Je ne suis pas très bande-dessinée, enfin ça c’était avant Le bleu est une couleur chaude. J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette histoire en plein dans l’actualité du mariage gay (la raison de la palme d’or de son adaptation cinématographique ?). Une très belle histoire d’amour entre deux filles qui vont apprendre à s’aimer et à grandir  ensemble.

Tout commence quand Emma se rend chez les parents de Clémentine suite au décès de cette dernière. « Quand tu liras ces mots j’aurai quitté ce monde » sont les premiers mots de la lettre d’adieu que Clémentine à laissé à Emma, sa compagne. Pour respecter les dernières volontés de cette dernière, Emma va se plonger dans les journaux intimes de Clémentine et nous entraîner dans un voyage dans le passé qui commence le jour de leur rencontre vingt ans plus tôt. Clémentine est au lycée et on découvre une jeune fille avec les préoccupations de son âge : les garçons. Elle s’attache vite à Thomas et accepte un rendez-vous avec ce garçon dont elle pense être amoureuse. Au détour d’une rue, elle croise un couple de lesbienne dont l’une attire spécialement son attention, peut être à cause de sa chevelure bleue ou de son regard intriguant (comme sur la couverture qui est magnifique au passage).

A partie de cet instant, Clémentine ne pourra plus retirer Emma de ses pensées. Elle va rêver de la jeune femme chaque nuit et l’élever au rang de fantasme sans vraiment comprendre ce qui lui arrive. Entre honte et désir, elle va devoir faire face à ses nouvelles pensées qui hantent son quotidien. Sa vie va basculer lorsqu’elle accepte d’accompagner un ami dans un bar gay et tomber sur Emma, l’inconnue aux cheveux bleus. Une belle histoire va donc commencer entre les deux jeunes femmes et avec elle les difficultés que rencontrent beaucoup de couples homosexuels. Clémentine va devoir affronter le jugements des autres, le rejet de certains de ses amis de lycée qui ne veulent plus s’approcher d’elle comme si l’homosexualité était une maladie mais aussi le rejet de la part de ses parents.

Malgré toutes ces difficultés, l’amour qui unit Emma et Clémentine est pur et sincère, et ne va cesser de grandir. Un beau message de tolérance et une histoire d’amour qui n’a rien à envier aux plus beaux romans d’amour.  Une histoire qui m’a profondément touchée, qui m’a fait rire et pleuré et que je ne suis pas prête d’oublier. D’ailleurs, j’ai hâte de voir le film pour voir si je ressens les mêmes émotions et si l’histoire arrive à me séduire autant que la bande dessinée.

Un gros coup de coeur pour Le bleu est une couleur chaude, pour son histoire et ses dessins qui mérite largement son 20/20 sur Livraddict.

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

18 commentaires

  1. Ça fait un bon moment que cette bd me fait de l’oeil ! Julie Maroh a un magnifique coup de crayon et une ambiance bien à elle ! Son blog est également très intéressant avec des articles assez percutants parfois ! une artiste admirable, je confirme !

  2. Comme toi, je me suis posée la question sur le fait qu’Abdellatif Khechiche ait obtenu la Palme du fait que le mariage gay venait d’être promu en France. Mais si ça se trouve … pas du tout. (Ca me rappelle « La Pianiste » de Michael Heineke qui était un film sous fond de BDSM (enfin c’est difficile à expliquer) et où Isabelle Huppert et Benoît Magimel avait obtenu des Palmes))
    Bref … c’est vrai qu’on ne parlait pas souvent d’homosexualité avant le mariage gay (je suis pour à 100% mais à force de trop médiatisé, ça devient limite gonflant) et cette BD m’a l’air vraiment intéressante. Voilà des années que je n’ai pas lu de BDs et en plus, l’auteur est d’Angoulême qui est pas loin de chez moi (dans le département d’à côté mais 1h et j’y suis) alors je vais essayer de trouver le temps de la lire après notre deal « Plaisirs coupables » 😉

    • Je crois qu’il y avait 3 films qui parlait d’homosexualité à Cannes cette années et je pense que l’actualité à quand influencé le jury… Enfin j’ai un copain qui a vu « La vie d’Adèle » à Cannes et apparemment il est vraiment bien donc à voir….
      En tout cas je ne peux que te conseiller cette BD qui est génial, je suis tombé amoureuse de l’histoire (si si c’est possible).
      Bon aller je vais me plonger dans notre deal ^^

  3. Pingback: Tie and dye rose, bleu, rouge…Osez la couleur ! | Blog Culture & Beauté

  4. Je suis entièrement d’accord avec toi sur cette BD. Je l’ai lu il y a quelque temps et chroniqué et comme toi je me demande si cette palme d’or n’est pas lié à l’adoption de la loi. En tout cas, le coup de crayon est magnifique et l’histoire belle et touchante.

    • Je pense que l’actualité à joué son rôle dans cette palme d’or même si ce film me laisse perplexe… Enfin je ne vais pas critiquer avant d’avoir vu ! En tout cas la BD est un gros coup de cœur, une histoire magnifique et de très beaux dessins

  5. Tiens, une lecture quasi-commune ! 😉 Tu es bien plus enthousiaste que moi par contre. Je te conseille l’article de l’auteur « Le bleu d’Adèle ». Intéressant.

    • J’ai lu l’article hier et effectivement très intéressant. La position de Julie Maroh face au film était une question que je me suis vite posé puisqu’au vu des extraits, le film a été « librement adapté » comme elle dit.
      Qu’est ce que tu n’as pas aimé dans la BD ?

      • La 2e partie de la BD surtout, les relations de couple inutilement compliquées, mais aussi l’ellipse qui vient brutalement, à partir de là j’ai trouvé que ça devenait très commun en fait.

  6. Pingback: Challenge d’été : le bilan | smells like rock

  7. Pingback: La vie d’Adèle – Chapitre 1 & 2 | smells like rock

  8. Pingback: Article spécial "Cha" avec "Eh merde !" et "Les allumeuses" | smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :