L’affaire Sylvia Likens

18

Aujourd’hui je vais vous parler de l’affaire Sylvia Likens à travers 2 films : An american crime (2007) et The girl next door (2007). Ces films sont tirés tous les deux de l’histoire vraie du meurtre de Sylvia Likens, séquestrée et battue à mort par Gertrude Baniszewski.

Sylvia Likens

Ellen Page et Catherine Keener dans « An american Crime »

Les faits réels

Sylvia Likens

Sylvia Likens a été torturée à mort par Gertrude Baniszewski (née Van Fossan), par ses enfants, et par d’autres jeunes du quartier. Ses parents, gens du voyage et forains, ont suggéré que leurs deux filles, Sylvia Marie Likens, 16 ans, et Jenny Faye Likens, 15 ans, prennent pension chez la famille Baniszewski (trois mois avant la mort de Sylvia), en échange de 20 $ par semaine afin qu’eux puissent continuer à travailler dans tout l’État.

L’autopsie du corps de Sylvia Likens a révélé de nombreuses brûlures, des contusions et des lésions nerveuses et musculaires. Dans son agonie, Sylvia s’est mangé les lèvres. Sa cavité vaginale a été coupée et brûlée, un examen du canal détermine formellement que son hymen était encore intact, ainsi les affirmations des Baniszewski selon lesquelles Sylvia était une prostituée et leur insistance sur le fait qu’elle était enceinte, ont pu largement être démontées au cours du procès. La cause officielle du décès était un œdème cérébral, hémorragie interne du cerveau.

Baniszewski, deux de ses enfants, Paula et John, et deux autres jeunes du quartier, Coy Hubbard et Richard Hobbs, ont été accusés et reconnus coupables du crime. Sa torture et son assassinat ont été décrits par le procureur lors du procès des Baniszewski et a été déclaré comme « le pire crime perpétré contre une personne dans l’histoire de l’Indiana ». Gertrude Baniszewski a été condamnée à l’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

(Par respect, j’ai décidé de ne pas publier de photos réelles de la cave où à été séquestré Sylvia, ni de photos de son corps prisent avant l’autopsie)

An american crime (2007)

Synopsis : à l’été 1965, M. et Mme Likens confient leurs filles Sylvia et Jenny à la garde d’une femme au foyer, Gertrude Baniszewski. Pendant plusieurs mois, cette dernière, aidée de ses enfants, séquestrera et torturera Sylvia à mort dans la cave de leur maison en Indiana.

Ce film, bien que présenté lors du festival de Sundance ne sortira jamais au cinéma. Ce téléfilm se base sur des faits réels et raconte le procès de Gertrude Beniszewski qui a séquestré et battue à mort la jeune Sylvia Likens. Pour tout vous dire, je suis tombé complètement par hasard sur ce film qui m’a vraiment bouleversé.  L’histoire est déjà très dur en elle-même et ce film ne nous épargne rien.

Depuis que j’ai lu 3096 jours de Natascha Kampusch, je me tiens éloigné des histoires qui relates des séquestrations d’enfants. Le fait qu’une personne puissent disposer de la vie d’une autres comme il l’entend, me révolte. Dans le cas de Sylvia, c’est encore pire. Gertrude décide d’enfermer Sylvia dans la cave pour la punir de faits plus ou moins fondés souvent inventés par elle et par sa fille, Paula. Elle l’a bat et la brûle à de nombreuses reprises avec des cigarettes, mais le pire reste à venir. Les enfants de Gertrude décident de faire venir les enfants du quartier pour « jouer » avec Sylvia. C’est alors que tour à tour, et cela pendant de nombreux mois, les enfants des voisins venaient battre, brûler et torturer cette pauvre enfant, sous les yeux de Gertrude. A aucun moment, les voisins pourtant alertés par les cris n’ont prévenu la police, aucun enfant n’a dénoncé leur « jeux » à des adultes, tout le monde à décidé de fermer les yeux et de laisser faire. Comment une adolescente peut regarder sa soeur mourir sans réagir ? Comment des enfants peuvent voir le fait de torturer quelqu’un autre comme un jeux ? Comment quelqu’un peut être tellement dérangé pour laisser faire ca ?

Si vous avez l’occasion de voir ce film, je suis sur que vous serez aussi révolté que moi face à ce genre d’histoire. Il faut également saluer l’actrice Ellen Page qui joue à la perfection le rôle de Sylvia, elle à réussit à faire passer beaucoup d’émotions même les plus dérangeantes. Catherine Keener est également remarquable dans le rôle de Gertrude.

The Girl next door (2007)

Synopsis : dans les années 1950, nous assistons à la vie d’un jeune garçon, David Moran (Daniel Manche), dont la voisine, Ruth Chandler (Blanche Baker), alcoolique, vit entourée de tous les enfants du quartier qui ont fait de sa maison leur terrain de jeu. Les deux nièces de Ruth, Meg (Blythe Auffarth) et Susan (Madeline Taylor), lui sont confiées lorsque les parents de ces dernières meurent dans un accident. Rapidement, les deux jeunes filles deviennent la cible d’insultes, de coups, de tortures et d’abus sexuels de la part de Ruth, assistée par ses fils et quelques enfants du quartier.

Attention ce film est bien « The girl next door » de 2007 et non le teens movie de 2004 ! Dans cette version, les faits réels ont inspirés le film mais ne sont pas repris entièrement comme dans « An american crime« . Pour commencer, vous pouvez passer les 20 premières minutes du film qui selon moi ne servent pas à grand chose. Les personnages sont mal joués, l’histoire n’avance pas et j’ai presque arrêté mon visionnage ici. Mais pour rédiger correctement mon article, je me suis forcé à regarder jusqu’au bout.

Ce film est aussi difficile à regarder que le premier. Les scènes de torture dans la cave sont difficiles et m’ont valus quelques cauchemars cette nuit.  Le principal changement dans cette version et que Meg, en plus des tortures physiques, va également subir des sévices sexuels de la parts des fils de Ruth et des enfants du quartier. D’ailleurs Stephen King à déclaré sur ce film  » C’est le premier film américain réellement choquant que je vois depuis Henry, portrait d’un serial killer il y a plus de 20 ans. Si vous êtes facilement perturbé, ne regardez pas ce film. Si par contre vous êtes prêts pour un long voyage en enfer, façon banlieue, The Girl Next Door ne vous décevra pas. C’est la version « face cachée de la lune » de Stand By Me ».

Je vous conseil vraiment de voir ces deux films si vous aimez les drames et que vous n’êtes pas hyper sensible. Vous pouvez également aller faire un tour sur le site web qui rend hommage à Sylvia Likens : http://www.sylvialikens.com .

Smells like rock

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share.

About Author

Je suis la créatrice de ce blog et rédactrice bien entendu ! J’ai une passion pour Disney et les films d’horreur, eh oui j’aime autant les princesses que les zombies (et je ne vous parle même pas des princesses zombies !). Je suis très éclectique comme lectrice mais aussi dans mes choix de films / séries, je passe des comédies romantiques aux drames ou aux thrillers bien sanglants sans aucun problème ! Rien de m’arrête !

18 commentaires

  1. ça me donne envie de vomir…je ne connaissais pas, alors j’ai regardé les bandes annonces et là, je me suis dit comme toi « comment c’est possible ? » comment on peut avoir aussi peu d’humanité et de connerie humaine concentrée en 1 seule personne. Sérieusement, ça me file la gerbe…

  2. Pingback: Films à thème : problèmes d’adolescent | smells like rock

  3. Pingback: Films à thème : retour en enfance | smells like rock

  4. Pingback: L’affaire Natascha Kampush | smells like rock

  5. J’ai pu voir « The girl next door » et j’avoue que ce film m’a marquée.
    Il est super dur, surtout lorsque tu sais qu’il est tiré d’une histoire vrai.
    C’est le genre de film qui te reste dans la tête un bon moment après l’avoir vu…
    Quand tu as des enfants je crois que c’est encore pire de se dire que des choses comme celles-ci arrive tout les jours sans qu’on le sache…

  6. Ta critique est très bonne et j’ai aussi été bouleversée par cette histoire..
    Comment peut on non seulement être cinglée comme ça, mais embrigader ses propres enfants et ceux du voisinage ?

    Comment peut on trouver autant de malades au même endroit..

    Sinon, pour nuancer tes propos je précise que la petite soeur n’a pas regardé ça sans rien dire. Elle aussi a été maltraitée donc.. Ne pas s’offusquer qu’elle n’ait soit disant rien fait..

    Ps : une critique si bien faite et rédigée mériterait vraiment moins de fautes d’orthographe.. Ça gâche tout pour de la « presse »

    • Merci pour ton commentaire. Cette histoire ne peut que révolter et je trouvais important d’en parler pour ne pas laisser de tels faits se reproduire.
      Ps : ceci est un blog sur lequel je partage mes avis et non un site « presse ». Je bosse toute seule et malheureusement parfois, certaines fautes échappent à ma relecture.

  7. Pingback: Tallulah : le retour d'Ellen Page par Netflix ⋆ Smells like rock

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :